Arte Magazine n°2017-43 21 oct 2017
Arte Magazine n°2017-43 21 oct 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-43 de 21 oct 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : Oblomov.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
lundi 23 octobre ARTE MAG N°43. LE PROGRAMME DU 21 AU 27 OCTOBRE 2017 Sous-titrage pour sourds M 12 Audiovision pour aveugles 1Z et malvoyants =I LEI Diffusion en haute définition Disponible sur Internet durant ln sept jours après la diffusion =I RED Vidéo à la demande 14 5.00 M BRAHMS  : DOUBLE CONCERTO Concert d’ouverture de la Foire du livre de Francfort 2017 Concert 5.50 M ARTE REPORTAGE Magazine 6.45 L7 R L’ASSIETTE BRÉSILIENNE La cuisine arabe au Brésil Série documentaire 7.10 7 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.20 M XENIUS Vivre et travailler en montagne Magazine 7.45 LEM INDE, LA DERNIÈRE DANSE Documentaire 8.45 M PACIFIQUE Un océan féroce Série documentaire 9.25 L7 R 360° GEO Zanzibar, une affaire de femmes ; Les bateaux légendaires d’Oman ; Camargue, la guerre des tellines Reportage 12.20 M POLARS DU TERROIR En Périgord avec Martin Walker Série documentaire 12.50 7 ARTE JOURNAL 13.05 7 ARTE REGARDS Reportage 13.35 LM MATA HARI, AGENT H21 Film 15.40 M EN VOITURE AUTOUR DU MONDE Les aventures de Clärenore Stinnes Documentaire 16.30 7 E INVITATION AU VOYAGE Émission et malentendants R 17.10 XENIUS Les céréales complètes Magazine 17.35 7 AUX CONFINS DU MONDE France Série documentaire 18.05 L7 HISTOIRES D’ARBRES Les dieux de la nature Série documentaire 19.00 L7 MAGIC CITIES Casablanca Série documentaire 19.45 7 ARTE JOURNAL 20.05 7 28 MINUTES Magazine 20.45 7 E TU MOURRAS MOINS BÊTE Téléportation Série d’animation 20.50 A.I. Intelligence artificielle Film 23.15 L7 QUE VIVA EISENSTEIN ! Film 0.55 7 HORS CHAMPS, AKA LA RÉVOLUTION JUSQU’À LA VICTOIRE Documentaire 2.00 M LE SOUPER Film 3.30 EM FAITS DIVERS, L’HISTOIRE À LA UNE La tuerie de Jonestown, une apocalypse américaine Collection documentaire 4.00 7 M ARTE REGARDS Reportage Pour mieux profiter d’ARTE Multidiffusion Rediffusion Version française Version originale sous-titrée en français Version originale sous-titrée en français DREAMWORKS FILMS/WARNER BROS 20.50 Cinéma Cycle Steven Spielberg A.I. Intelligence artificielle Abandonné par sa mère adoptive, un enfant-robot fait tout pour la retrouver. Signé Spielberg, un conte SF à l’aura crépusculaire. Dans un monde ravagé par le dérèglement climatique, les « méca », des androïdes, font marcher l’économie. Le professeur Hobby s’emploie d’ailleurs à mettre au point un robot plus avancé, capable d’aimer. Son entreprise propose à Monica et Henry, qui tentent de commencer à faire le deuil de Martin, leur fils mourant, d’accueillir ce méca nouvelle génération. Baptisé David et très attachant, celui-ci fait fondre les réticences de Monica. Mais Martin guérit et une rivalité toxique naît entre les deux garçons. Monica refuse de rendre David à l’usine, qui le détruira. La mort dans l’âme, elle l’abandonne dans la forêt. Dès lors, l’enfant-robot n’aura de cesse de la retrouver. TROUBLANTE HYBRIDATION Une planète submergée par les océans, les méandres de l’intelligence artificielle, des robots vus comme une menace, traqués, au ban de la société  : sorti il y a seize ans, ce film, échafaudé sur les cendres d’un projet de Kubrick, prouve une fois de plus le talent visionnaire de Spielberg. S’il montre avec subtilité à quel point la présence d’un androïde – si « humain » qu’il en est angoissant – brouille les repères, A.I. convoque aussi, sous le manteau de la science-fiction, les obsessions du cinéaste  : la persécution des juifs, à travers celle des robots, et l’enfance meurtrie, plongée trop tôt dans le chaos de l’âge adulte. C’est d’ailleurs un méca prostitué, campé par un Jude Law clownesque, qui, tel un sulfureux (mais dévoué) mentor, guide David dans cet univers dévoyé. Une troublante hybridation entre conte naïf et science-fiction crépusculaire. Lire page 8 (AI – Artificial Intelligence) Film de Steven Spielberg (États-Unis, 2001, 2h19mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Ian Watson, Steven Spielberg, d’après la nouvelle de Brian Aldiss Supertoys Last All Summer Long Avec  : Haley Joel Osment (David), Jude Law (Gigolo Joe), Frances O’Connor (Monica Swinton), William Hurt (Allen Hobby) - Production  : Warner Bros., Dreamworks Animation, Amblin Entertainment, Stanley Kubrick Productions
23.15 Cinéma Que viva Eisenstein ! Les dix jours qui, en 1931, au Mexique, bouleversèrent la vie du grand cinéaste russe Eisenstein. Entre documentaire et fiction, un film troublant signé Peter Greenaway. SUBMARINE En 1931, fraîchement éconduit par Hollywood et sommé de rentrer en URSS, le cinéaste Sergueï Eisenstein se rend à Guanajuato, au Mexique, pour y tourner son nouveau film, Que viva Mexico ! Chaperonné par son guide, Palomino Cañedo, il se brûle au contact d’Éros et de Thanatos. Son génie créatif s’en trouve exacerbé et son intimité fortement troublée... MISE À NU « Dix jours dans la vie d’un des géants du cinéma, toute génuflexion admirative était formellement exclue. » Fervent adepte de Sergueï Eisenstein, dont il est devenu un spécialiste, Peter Greenaway s’est inspiré d’un fait réel  : le tournage chaotique d’un long métrage au Mexique, qui ne verra jamais le jour, par le cinéaste russe. Conçu au départ comme un documentaire, Que viva Eisenstein ! en garde certaines spécificités – l’utilisation de photos, d’archives – mais s’autorise toutes les audaces de la fiction. Aidé d’un époustouflant acteur finlandais, Elmer Bäck, venu du théâtre, le film met en scène, avec une grande fantaisie et des séquences parfois très crues, un Eisenstein mis à nu, en plein bouleversement artistique et personnel, initié à la passion physique par son guide mexicain et hanté par la mort. Un hommage délirant et virtuose. (Eisenstein in Guanajuato) Film de Peter Greenaway (Pays-Bas/Mexique/Finlande/Belgique, 2014, 1h41mn, VF/VOSTF) Scénario  : Peter Greenaway - Avec  : Elmer Bäck (Sergueï Eisenstein), Luis Alberti (Palomino Cañedo), José Montini (Diego Rivera), Cristina Velasco Lozano (Frida Kahlo) - Production  : Submarine, Fu Works, Paloma Negra Films, Edith Film, Potemkino, Mollywood, en association avec ARTE/ZDF 0.55 La lucarne Hors champs, aka la révolution jusqu’à la victoire À partir de films militants palestiniens exhumés de l’oubli, une méditation en images sur les vaincus de l’histoire et leur inextinguible rêve de liberté. Entre 1968 et 1982, sous l’égide de l’Organisation de libération de la Palestine de Yasser Arafat, des réalisateurs, palestiniens pour la plupart mais aussi sympathisants étrangers, ont entrepris de filmer le conflit avec Israël d’un point de vue militant, mettant en scène le combat de l’OLP, la légitimité de sa lutte et l’unanimité révolutionnaire du peuple derrière ses mots d’ordre. Seuls deux de ces films, produits en 1974, sont passés à la postérité  : Ici et ailleurs de Jean- Luc Godard et Anne-Marie Miéville, à partir d’images tournées quatre ans plus tôt par le cinéaste suisse dans un camp palestinien d’Amman, l’expulsion violente des Palestiniens hors de Jordanie, lors du « Septembre noir » de 1970, ayant interrompu le projet initial ; et le méconnu mais emblématique They Do Not Exist, de Mustafa Abu Ali, cofondateur du collectif Palestine Film Unit (PFU), dont la plupart des archives ont été détruites ou dispersées en 1982, lors de l’intervention israélienne au Liban. VOYAGE DANS LE TEMPS Lui-même palestinien, Mohanad Yaqubi, comme la majorité de ses contemporains, ignorait tout du PFU et de ses films. Il en a retrouvé bon nombre, puis a entrepris de monter, sans commentaire, ces fragments d’une révolution non advenue. De 1968 à la fin des années 1970, il restitue le moment charnière qui voit l’OLP substituer aux yeux du monde l’image d’un peuple de réfugiés à celle de combattants de la liberté. Mais le jeune réalisateur laisse aussi entrevoir le hors champ de la geste révolutionnaire  : le silence, la défaite, l’espoir, la résistance, la mort. Entre fiction et propagande, rêve et réalité, ces séquences arrachées à l’oubli, telle une machine à voyager dans le temps, offrent une méditation cinématographique d’une poignante beauté sur les non-dits de l’histoire. Lire page 5 Documentaire de Mohanad Yaqubi (Palestine/France/Qatar/Liban, 2016, 1h02mn) - Production  : Idiom Films lundi 23 octobre ARTE MAG N°43. LE PROGRAMME DU 21 AU 27 OCTOBRE 2017 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :