Arte Magazine n°2017-30 22 jui 2017
Arte Magazine n°2017-30 22 jui 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-30 de 22 jui 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : monarchy in the UK.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°30. LE PROGRAMME DU 22 AU 28 JUILLET 2017 6 À l’instar de ses grands prédécesseurs Richard III ou Henry VIII, immortalisés par Shakespeare, Élisabeth II est un rôle en or. Tour d’horizon des apparitions de Sa Majesté dans les fictions filmées, entre parodie et révérence. Élisabeth II Nonagénaire télégénique Dimanche 23 juillet à 20.55 Summer of Fish’n’Chips Lire pages 14-15 Le couronnement d’Élisabeth II en 1953 fut le premier à être retransmis en direct à la télévision  : l’avènement de la reine croît parallèlement à celui de l’écran, et depuis soixante-cinq ans que dure son règne, elle voit, immuable, évoluer son peuple et le reste du monde. C’est d’ailleurs à ce hiatus entre une reine garante des nobles institutions centenaires de Grande-Bretagne, impassible face à la modernité, et un peuple sujet à l’immédiateté et à la passion bien peu british suscitée par les écrans que s’attaque, pour la première fois, Stephen Frears en 2006. Le réalisateur brise un tabou anglais en portraiturant, de son vivant, Élisabeth II et la royal family dans leur intimité. Choisir de se pencher sur la semaine qui a suivi le décès de Lady Diana en 1997 met en lumière l’incompréhension, qui a explosé au grand jour à cette occasion, entre la souveraine et ses sujets  : l’une se drappe dans le deuil et la dignité tandis que l’autre réclame de la compassion et de l’empathie face à ce qui est ressenti comme de l’indifférence froide. Moins de dix ans après cette semaine cruciale pour la Couronne, ce film à PATHÉ-FILMS
RUE DES ARCHIVES/GAMMA/AURIMAGES Jeannette Charles dans Y a-t-il un flic pour sauver la reine ? succès revient sur une expérience traumatique de la monarchie, comme pour mieux comprendre les motivations royales. Dans cette optique, l’actrice britannique Helen Mirren campe une Élisabeth magistrale, digne et émouvante dans la maîtrise de sa personne, une prestation qui lui a par ailleurs valu de remporter, notamment, un Oscar. RÉVÉRENCE PRÉCISE Certains cinéastes choisissent de s’attaquer au monument que constitue la vie de Sa Majesté en se concentrant avec respect sur un moment bien précis de son histoire. Exemple d’un volet scénarisé de la vie de la reine, celui de la série anglaise Playhouse Presents qui consacre en 2012 l’épisode « Walking the Dogs » à une nuit de 1982, quand un intrus a pénétré dans la chambre d’Élisabeth et, à la faveur d’un système de sécurité défaillant, y est resté pendant dix minutes en tête à tête avec elle. Élisabeth II est ici interprétée par Emma Thompson dans un épisode réalisé par Jeremy Brock. Une autre nuit royale particulière est célébrée en 2015 par Julian Jarrold, qui met en scène une jeune Élisabeth, alors princesse héritière du trône, jouée par Sarah Gadon. A Royal Night Out raconte que, lors des célébrations historiques fêtant la victoire de l’Angleterre contre l’Allemagne nazie en 1945, les deux filles Huguette Funfrock dans Bons baisers de Hong Kong. du roi George VI avaient été autorisées à se mêler à la liesse populaire dans les rues londoniennes. Les auteurs des temps modernes s’emparent donc des nombreux événements de la longue vie de la reine pour faire entrer – sans irrévérence – le spectateur dans l’intimité de la puissante figure. Une composition sérieuse, source de récompenses pour les actrices de ces biopics. La série américanobritannique The Crown créée par Peter Morgan, le scénariste de The Queen, diffusée depuis 2016 sur Netflix, présente le quotidien d’Élisabeth, depuis son mariage en 1947 à l’année 1953 (pour la saison 1). La jeune Claire Foy joue avec gravité la version scénarisée de Sa Majesté, un rôle qui lui a valu un Golden Globe en 2017. SECOND RÔLE Sans doute parce que les blagues sont rares du côté de Buckingham, la prestance souveraine peut également être vue comme un sujet de dérision, a fortiori dans la patrie des Monty Python. Élisabeth II constitue un ressort comique, voire satirique pour les cinéastes qui relâchent la soupape royale  : ils se permettent ainsi un humour pas toujours très british pour insérer la reine d’Angleterre en rôle secondaire. Ainsi, apparaît-elle, potache, dans les comédies des années 1980, principalement dans des parodies de James Bond où sa royale condition est parfois bien mise à mal. Deux actrices se spécialisent d’ailleurs dans ces doublures bon enfant de films bouffons  : la Française Huguette Funfrock dans Bons baisers de Hong Kong, Le bourreau des cœurs, Mad Mission 3  : Our Man from Bond Street et la Britannique Jeannette Charles dans Queen Kong, Bonjour les vacances 2, Y a-t-il un flic pour sauver la reine ?, et Austin Powers dans Goldmember. Malgré tout, Sa Majesté a consenti une seule fois à jouer son propre rôle, dans le sketch projeté lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Londres, en 2012. Élisabeth II y apparaît au bras de Daniel Craig/James Bond, qui l’emmène sous la caméra de Danny Boyle sauter en hélicoptère pour ouvrir le grand rendez-vous sportif depuis le stade olympique... Seule une partie du film aurait été doublée par une cascadeuse. Mais de quelle scène pourrait-il bien s’agir ? Emmanuelle Bour Claire Foy joue Élisabeth en 1947, l’année de son mariage. 7ARTE MAG N°30. LE PROGRAMME DU 22 AU 28 JUILLET 2017



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :