Arte Magazine n°2017-29 15 jui 2017
Arte Magazine n°2017-29 15 jui 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-29 de 15 jui 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : summer of Fish'n'Chips.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 16 juillet ARTE MAG N°29. LE PROGRAMME DU 15 AU 21 JUILLET 2017 14 POLYGRAM/COLLECTION CHRISTOPHEL 18.10 Personne ne bouge ! Spécial britpop Tea time ! En trois chapitres, musique, cinéma et art de vivre, Personne ne bouge ! se penche sur le fameux British spirit. Story L’histoire affriolante des Swinging Sixties, celle d’une jeunesse qui veut vivre et s’apprête à révolutionner la société occidentale. Mort stupide Un petit déjeuner, ça donne la pêche pour la journée. Exception faite de celui, fatal, pris par le batteur de Led Zeppelin... Story De Mr. Bean à Ken Loach, interviewé pour l’occasion, panorama de la comédie à l’anglaise. Star system Vous voulez devenir célèbre ou le rester ? Découvrez la méthode de James Bond. Scandale ! En 1971, Orange mécanique sort au cinéma. Scandale assuré, à tel point que Kubrick lui-même dut demander le retrait de son film des salles anglaises ! Entretien À Londres, le designer et dandy excentrique Paul Smith ouvre les portes de son bureau aux allures de capharnaüm. Garde-robe Passage en revue de la panoplie vestimentaire de David Bowie, entre platformshoes et combinaisons à paillettes. Perle rare George Michael se confie au micro de sir Michael Parkinson, journaliste de la BBC. Revue culturelle de Philippe Collin et Frédéric Bonnaud (France, 2017, 52mn) Coproduction  : ARTE France, Ex Nihilo 20.55 Cinéma Good Morning England Inspirée d’une histoire vraie, l’irrésistible épopée d’un bateau radio pirate que le gouvernement anglais tenta de faire taire en pleine déferlante rock. Rythmée par une euphorisante B.O., une revigorante comédie british. UNIVERSAL STUDIOS 1966  : en pleine explosion rock, l’Angleterre, branchée sur des radios pirates, swingue du soir au matin, des dortoirs des pensionnats aux usines en passant par la City. La BBC, elle, résiste à la vague contre vents et marée. Vedettes marioles et subversives, les DJ déjantés de Radio Rock, dont un Américain surnommé « le comte », émettent depuis un vieux rafiot voguant en mer du Nord, au-delà des eaux territoriales. Alors que le gouvernement britannique, ulcéré par ces voix dissidentes, s’emploie à les condamner au silence, le jeune Carl, 18 ans, jouvenceau en échec scolaire, débarque sur le bateau pour un parcours initiatique en accéléré. FOUTRAQUE ODYSSÉE Rythmée par une fabuleuse B.O., vraie star du film, des Kinks aux Stones en passant par les Who, les Beach Boys, les Supremes ou Leonard Cohen, cette comédie haute en couleur (chemises et minijupes incluses), inspirée par l’histoire de Radio Caroline, plonge avec délice dans les eaux effervescentes du Swinging London. Au travers d’une odyssée communautaire foutraque, entre petits moyens, grandes ondes, fous rires et substances illicites, le film livre l’instantané sonore d’une époque grisée d’oser et de se découvrir libertaire, face à un establishment dépassé, confit dans son puritanisme – mention spéciale à Kenneth Branagh, autorité coincée s’étranglant de rage face à l’audace des rebelles. Un enthousiasme érotico-rock lumineux, parfois naïf, auquel Richard Curtis rend hommage avec une tendresse empreinte de nostalgie. (The Boat That Rocked) Film de Richard Curtis (Royaume-Uni/Allemagne/France, 2009, 2h15mn, VF/VOSTF) Scénario  : Richard Curtis Avec  : Philip Seymour Hoffman (le comte), Bill Nighy (Quentin), Kenneth Branagh (Dormandy), Rhys Ifans (Gavin), Nick Frost (Dave), Tom Sturridge (Carl), Chris O’Dowd (Simon), Emma Thompson (Charlotte), January Jones (Elenore), Katherine Parkinson (Felicity), Talulah Riley (Marianne) Production  : Universal Pictures, StudioCanal, Working Title Films
23.05 The Rolling Stones  : Havana Moon 2016 GARY MILLER Les meilleurs moments du concert historique donné début 2016 par les Rolling Stones à La Havane. Barack Obama était passé quatre jours auparavant pour une visite historique à Cuba. Simple chauffeur de salle des Rolling Stones, ont plaisanté les mauvais esprits. Le concert gratuit donné en plein air à la Ciudad Deportiva de La Havane le 25 mars 2016 a été un événement pour plus d’un million de spectateurs, qui n’avaient jamais vu de concert de rock d’une telle ampleur. Les Stones ont été à la hauteur de leur légende en interprétant leurs succès mémorables tels que « Jumpin’Jack Flash », « Paint it Black », « Miss You », « All Down the Line », « Satisfaction » ou le non moins mythique « Sympathy for the Devil » — un clin d’œil peut-être au Vatican, qui avait protesté contre la tenue du concert un vendredi saint. Mick Jagger, en chemise de satin rose indien, avait déclaré dès sa montée sur scène  : « Nous y voilà enfin ! Nous sommes sûrs que cette soirée va être un moment inoubliable, tant pour vous que pour nous... Les temps changent. » Devant une foule très jeune, cette performance sans faute des papes du rock’n’roll fait vibrer d’intenses émotions. Concert (Royaume-Uni/Cuba, 2016, 1h) - Réalisation  : Paul Dugdale - (R. du 30/12/2016) 0.05 Cinéma Moi, Peter Sellers 2004 HOME BOX OFFICE, INC. La vie privée chaotique de Peter Sellers, comique adulé, éternel insatisfait. Burlesque et démesuré, un film porté par l’extraordinaire prestation de Geoffrey Rush. Populaire comme interprète de radio, le jeune Peter Sellers peine à se lancer dans le cinéma. Pour convaincre une directrice de casting, il décide de se faire passer pour un autre, grimé et méconnaissable. C’est le début d’une extraordinaire carrière, faite de dizaines de personnages mémorables. Mais, parallèlement à son succès et à sa collaboration avec les réalisateurs Stanley Kubrick ou Blake Edwards, sa vie 2.20 Edward Elgar « Concerto pour violon en si mineur » Renaud Capuçon et l’Orchestre symphonique allemand de Berlin interprètent une œuvre phare du Britannique Edward Elgar. Sous la direction du jeune chef d’orchestre britannique Robin Ticciati, le violoniste Renaud Capuçon et l’Orchestre symphonique de Berlin interprètent depuis la Philharmonie de Berlin une œuvre phare du compositeur et chef d’orchestre personnelle, sacrifiée sur l’autel de ses rôles, part en lambeaux. « JE N’AI PAS DE PERSONNALITÉ » Adapté du livre de Roger Lewis, compagnon de route de Peter Sellers, le téléfilm de Stephen Hopkins présente l’acteur adulé du public comme un personnage peu recommandable. Violent, immature, accro à la drogue et aux femmes, qu’il oublie aussitôt épousées, terrifié par l’idée de ne plus plaire, Sellers y est présenté comme un monstre de foire, sans cesse rattrapé par son obligation de faire rire. Méconnaissable, l’acteur Geoffrey Rush effectue MUTESOUVENIR/KAI BIENERT britannique Edward Elgar, le Concerto pour violon en si mineur. Auteur des fameuses marches patriotiques Pomp and Circumstance, Elgar fit un triomphe en 1910 avec ce une composition grandiose, reprenant, déguisé, lors d’apartés faits au public, les rôles de chacun de ses contradicteurs  : sa mère, son père, sa femme, Blake Edwards, etc. L’acteur s’efface puissamment derrière tous ces personnages, rappelant cette délectable citation de Peter Sellers  : « Je n’ai pas de personnalité. J’en avais une, mais j’ai eu recours à la chirurgie. » Meilleur téléfilm, meilleur acteur dans un téléfilm (Geoffrey Rush), Golden Globes 2005 (The Life and Death of Peter Sellers) Film de Stephen Hopkins (États-Unis, 2004, 2h02mn, VOSTF) - Scénario  : Christopher Markus et Stephen McFeely, d’après le livre éponyme de Roger Lewis - Avec  : Geoffrey Rush (Peter Sellers), Charlize Theron (Britt Ekland), Emily Watson (Anne Sellers) John Lithgow (Blake Edwards), Miriam Margolyes (Peg Sellers) Stanley Tucci (Stanley Kubrick), Stephen Fry (Maurice Woodruff) - Coproduction  : HBO Films, en association avec BBC Films, The De MannEntertainment Company, Company Pictures concerto pour violon – l’un des plus longs de l’histoire de la musique occidentale. Concert (Allemagne, 2017, 52mn) Coproduction  : ARTE/RBB dimanche 16 juillet ARTE MAG N°29. LE PROGRAMME DU 15 AU 21 JUILLET 2017 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :