Arte Magazine n°2017-26 24 jun 2017
Arte Magazine n°2017-26 24 jun 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-26 de 24 jun 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : jeunesse perdue.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°26. LE PROGRAMME DU 24 AU 30 JUIN 2017 8 Dans sa folle jeunesse, Raphaël Stora a vécu et filmé la fièvre des battles. Mêlant images de danse passées et présentes, sa websérie Les promesses du sol nous immerge avec passion dans l’univers en perpétuel mouvement du hip-hop. Battles royales Sur une vidéo de 2002, des jeunes, venus en nombre, s’agitent dans les allées du centre commercial de la « Def » (La Défense). Au centre du cercle, le hip-hop se célèbre en une battle débordante d’énergie. Ces moments intenses de créativité, Raphaël Stora les a connus et filmés, dans les années 2000, lorsqu’il était adolescent, puis en tant que danseur, avec son crew SectionC. Il ne se doutait pas que ses images fugaces témoigneraient d’un pan de la street culture  : il regrette aujourd’hui d’avoir effacé nombre de cassettes. Dans cette websérie en huit épisodes de cinq minutes, coproduite par ARTE France et Darjeeling, le « hip-hopeur », devenu réalisateur, guide le spectateur à travers ses souvenirs fragmentés et décide, chemin faisant, de filmer les danseurs d’aujourd’hui, afin « que leur histoire reste ». Dans Les promesses du sol, il nous immerge dans une contre-culture qui se réinvente à l’abri des regards. Au fil des épisodes se dévoilent la chaleur familiale du crew et les giclées d’adrénaline des battles. Websérie documentaire Les promesses du sol Itinéraire d’un danseur parisien arte.tv/promessesdusol SAISIR LA DANSE La caméra vole d’inoubliables instants de danse  : à porte de Montreuil, un jeune homme éclairé par des téléphones portables se livre à une démonstration de krump (danse hyperexpressive, en apparence agressive). Entre deux portes, Ndoho Ange, une danseuse et amie du réalisateur, se désarticule avec une fluidité hypnotique, confiant en voix off sa fascination pour la gestuelle des toxicomanes. Roman d’initiation urbain, Les promesses du sol raconte aussi l’histoire d’un cinéaste en herbe qui apprend son métier en choisissant un objet du désir, la danse, par nature évanescente, et son envie de renouer avec une discipline à laquelle il a renoncé. Vidéo au grain nostalgique, plans nocturnes, corps débordant du cadre  : en jouant de la fragilité des images, chaque épisode documente avec poésie cette course fiévreuse après une jeunesse déjà lointaine. À l’instar de la techno, le hip-hop a grandi en marge des modèles dominants. Aujourd’hui, la discipline s’est institutionnalisée, troquant les centres commerciaux pour des lieux branchés. Mais elle revient puiser son énergie dans l’underground. Récemment, deux illustres crews, Enfants prodiges et Sarcellite, se sont défiés à l’aube, sur un parking. À l’heure du Web, il ne reste de l’événement qu’une vidéo mal filmée. Peu d’images mais de l’imaginaire  : comme un désir inconscient de cultiver le mythe. Nicolas Bole RAPHAEL STORA
AURELIEN FAIDY/AUTOFOCUS-PROD/ARTE/JPG FILMS Les combats de Lucie En avril dernier, Gérard Mordillat débutait la réalisation de Mélancolie ouvrière, une fiction avec Virginie Ledoyen et Philippe Torreton sur l’histoire oubliée de Lucie Baud, la première femme syndicaliste. Visite sur un tournage engagé et chantant. Prochainement sur ARTE Fiction Mélancolie ouvrière À Saint-Julien-Molin-Molette, dans la Loire, l’usine Perrier, spécialisée dans le filage, a cessé son activité en 2003. Reconvertie en habitation et en studio de danse, elle a conservé sa vingtaine de métiers à tisser. Quand ces antiques machines ont repris du service, fin mars, pour le tournage de Mélancolie ouvrière, coproduit par ARTE et JPG Films, les habitants du village ont prêté une oreille émue à un bruit qui ravivait leurs souvenirs. « Si nous n’avions pas trouvé cet endroit, le film aurait été difficile à faire », confie Gérard Mordillat, ravi, en cette troisième semaine de tournage, de l’engagement suscité par le projet dans la région. « Beaucoup de gens d’ici participent au film comme figurants et ont le sentiment de jouer une part de leur histoire. » Cette fiction raconte l’histoire d’une terre qui devint, dans la seconde moitié du XIX e siècle, un creuset de l’industrie textile. Les soyeux lyonnais décidèrent en effet d’implanter une partie de leurs ateliers dans ces campagnes qu’ils croyaient dociles. De 1904 à 1906, Lucie Baud y fonda pourtant un syndicat et y mena deux grandes grèves pour protester contre les cadences et les maigres salaires imposés par les patrons locaux. Entre deux prises d’une scène qui dévoile les déplorables conditions de vie des ouvrières italiennes employées dans l’usine, Virginie Ledoyen, qui prête à Lucie Baud son regard noir et décidé, s’étonne que son personnage soit tombé dans l’oubli  : « Cette femme n’était pas comme les autres. Une ouvrière veuve qui se rebelle contre ses employeurs et ose vivre son amour avec un syndicaliste, c’était scandaleux à l’époque. » Philippe Torreton joue cet amant et mentor, tandis que François Cluzet interprète le mari que Lucie perd au début du film. AIRS POPULAIRES Cette histoire a bien évidemment séduit le militant Mordillat, qui a écrit le scénario à partir d’un essai de l’historienne Michelle Perrot. « Je m’en suis tenu aux faits connus  : les trois pages que Lucie Baud a publiées en 1909 dans une revue syndicale. La seule dimension que j’ai recréée est celle des sentiments, qui seront véhiculés par le chant. » Des airs populaires rythmeront le film et diront l’enthousiasme ou le désespoir des personnages, comme aujourd’hui, le libérateur Va, pensiero de Verdi, repris en chœur par les ouvrières. Gérard Mordillat espère ainsi donner à Lucie Baud, première femme syndicaliste, la place d’héroïne qui lui revient. Jonathan Lennuyeux-Comnène ARTE MAG N°26. LE PROGRAMME DU 24 AU 30 JUIN 2017 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :