Arte Magazine n°2017-24 10 jun 2017
Arte Magazine n°2017-24 10 jun 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-24 de 10 jun 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : trésors animés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°24. LE PROGRAMME DU 10 AU 16 JUIN 2017 6 En marge du Festival d’Annecy, organisé du 12 au 17 juin, ARTE célèbre l’animation avec une programmation spéciale et un beau livre, Cinéma d’animation – La French Touch. Avec l’auteur, Laurent Valière, retour sur cinq œuvres phares évoquées dans ses pages. Animation, trésor national Le roi et l’oiseau de Paul Grimault (1953/1979) « Avant Paul Grimault, le dessin animé, essentiellement financé par la publicité, avançait avec les moyens du bord. Grimault, que l’on surnommait le ‘Walt Disney de gauche’, envisage pour la première fois en France l’animation de manière industrielle, avec des studios dédiés  : désirant créer une animation aussi souple que celle de Disney, il lui emprunte ses techniques. C’est ainsi qu’il crée en 1936, avec l’industriel André Sarrut, le Studio des Gémeaux, dont les effectifs passent en 1949 de douze à cent personnes pour Le roi et l’oiseau. Malgré cela, le projet prend du retard et des désaccords financiers avec la production disloquent l’équipe. Le film sort ainsi une première fois en 1953 dans une version désavouée par Grimault puis en 1979, retravaillé par l’auteur. Il connaît alors un retentissement international. » Il était une fois... l’homme d’Albert Barillé (1978) « Non seulement ce programme réunit animation et série télévisée, mais il crée aussi une nouvelle association entre dessin animé et pédagogie. Pionnier de l’edutainment, Albert Barillé signe par ailleurs le premier succès international d’un dessin animé imaginé en France, mais fabriqué à l’étranger pour des raisons de coût. Il ouvre la voie à d’autres séries comme Ulysse 31, Les mystérieuses cités d’or ou Inspecteur Gadget. Il était une fois... l’homme constitue enfin le début de l’exportation française en matière de dessins animés  : quatorze chaînes de télévision étrangères s’intéressent à la série, qui devient un modèle de coproduction internationale. Aujourd’hui, l’animation est le premier genre audiovisuel français diffusé à travers le monde. » Kirikou et la sorcière de Michel Ocelot (1998) « Une vraie révolution ! Ce film signe le début du boom du long métrage d’animation français. Le succès de Kirikou a donné des idées à de nombreux producteurs de cinéma en France. Il est pourtant sorti en catimini, face à des géants comme Mulan de Disney et Le prince d’Égypte de Dreamworks. Ce film original et audacieux, tant par l’univers abordé que par le graphisme, place la France sur l’échiquier de l’animation mondiale grâce à son esthétique singulière, à l’opposé du cartoon, même si l’Hexagone reste tout petit face aux États-Unis. » WALT DISNEY COMPANY/ARTE ÉDITIONS/LA MARTINIÈRE
11 [1.11qt Persepolis de Vincent Paronnaud et Marjane Satrapi (2007) « Persepolis témoigne du réel avec une esthétique qui donne à voir et comprendre des choses fortes. Marjane Satrapi, qui avait travaillé quatre ans pour créer sa bande dessinée autobiographique, en a ensuite passé plus de trois sur le film, à notamment coécrire le scénario et vérifier l’ensemble des dessins. Prix du jury à Cannes, nommé aux Oscars, Persepolis révèle au monde l’incroyable vivier français des auteurs de bande dessinée. Cette richesse graphique et cette audace artistique sont constitutives de la ‘French Touch’en matière d’animation. » Souvenirs de Marnie Astérix et le domaine des dieux d’Alexandre Astier et Louis Clichy (2014) « Dans un tout autre genre, le personnage d’Astérix est aussi un emblème de l’artisanat français. En 1974, Goscinny, Uderzo et Dargaud créent les studios Idéfix pour faire vivre à l’écran l’univers de leurs irréductibles Gaulois. À la demande de Goscinny, l’école de la chambre de commerce et d’industrie de Paris ouvre une filière animation en 1975 – l’ancêtre des Gobelins. Classée aujourd’hui meilleure école de film d'animation au monde, elle colle depuis 1980 aux innovations technologiques qui révolutionnent la fabrication des films. Astérix et le domaine des dieux, réalisé en images de synthèse, est entièrement fabriqué en France. C’est porteur d’espoir ! » Propos recueillis par Emmanuelle Bour Festival d’Annecy Souvenirs de Marnie, lundi 12 juin à 20.55 Lire page 16 La planète sauvage, lundi 12 juin à 22.35 Lire page 17 Piano Forest, mercredi 14 juin à 20.55 Lire page 20 Court-circuit n°850, mercredi 14 juin à 23.25 Lire page 21 ÉDITIONS RADIOI FRANCE/C. ABRAMOWITZ JILl'APIIMAT141414.. Cinéma d’animation – La French Touch de Laurent Valière Une coédition ARTE Éditions/La Martinière, 256 pages, parue le 9 mai. Laurent Valière est journaliste et producteur à France musique. 7ARTE MAG N°24. LE PROGRAMME DU 10 AU 16 JUIN 2017



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :