Arte Magazine n°2017-22 27 mai 2017
Arte Magazine n°2017-22 27 mai 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-22 de 27 mai 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : le bel âge.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°22. LE PROGRAMME DU 27 MAI AU 2 JUIN 2017 8 Jeudi 1er juin à 20.55 Série Manon 20 ans (1-3) Lire pages 26-27 Avec Manon 20 ans, Jean-Xavier de Lestrade accompagne l’ex-ado à fleur de peau de 3 x Manon aux portes de l’âge adulte. Une deuxième saison aussi poignante que la précédente, récompensée à Luchon de cinq prix, dont celui de la meilleure interprétation féminine pour Alba Gaïa Bellugi. « Manon doit enfanter d’elle-même » Quand a émergé l’idée d’une suite à 3 x Manon ? Jean-Xavier de Lestrade  : Le dernier jour du tournage de cette première saison. Je ne pouvais imaginer quitter ce personnage que j’aimais tant. Après cette première étape, avec sa sortie du centre éducatif fermé et la parenthèse du foyer, Manon n’allait-elle pas se fracasser à la suivante ? J’avais trop envie de savoir ce qu’elle allait devenir, et avec le scénariste Antoine Lacomblez, nous avions déjà plein d’idées. Mais le vrai défi, c’était d’attendre qu’Alba, la comédienne, ait trois ans de plus, pour nourrir le personnage de ses nouvelles expériences. Comment, dès lors, avez-vous envisagé l’évolution du personnage ? À 20 ans, les jeunes comme Manon sont confrontés à une interrogation centrale  : quelle est ma place ? Laquelle se décline à travers trois thématiques fortes  : sociale, affective et familiale. Il y a donc d’abord le monde du travail, avec le premier emploi et la façon dont on s’insère dans la société. Ensuite, les relations sentimentales, les amitiés et les amours. Pour Manon, c’est terra incognita, parce que ce qu’elle a vécu avec sa mère l’a privée de toute forme de sexualité. Là, avant tout poussée par le désir des autres, elle doit faire tout un chemin pour découvrir ce qu’elle veut. Enfin, Manon est confrontée à la quête des origines avec un père absent. Elle est aux prises avec ces trois enjeux, qui vont lui permettre, de façon un peu métaphorique, d’enfanter d’elle-même. Y a-t-il une part de vous dans Manon ? On ne peut plonger aussi loin dans un personnage sans y mettre une part de soi-même. Au fond, PHOTOS ANGELA ROSSI
Antoine Lacomblez et moi, deux hommes donc, nous nous sommes rejoints dans cette jeune figure féminine. Ce qui nous touche, ce sont ces êtres de l’ombre, qui ne disposent pas de mots pour s’exprimer et qu’on ne remarque pas, alors qu’ils sont remarquables. Manon est de ces personnages du silence, de la souffrance. Si je n’ai jamais vécu dans mon adolescence ce qu’elle a traversé, je sais ce que c’est que de bouillonner à l’intérieur sans pouvoir l’exprimer. Alba Gaïa Bellugi compose cette fois encore une formidable Manon… Dès le premier essai d’Alba, j’ai eu la sensation que le personnage avait été écrit pour elle. Pourtant, de par ses origines, elle n’est pas du tout Manon. Douce, elle cherche l’harmonie plutôt que le conflit. Mais quelque chose chez elle rejoignait cette adolescente. Lors de ce premier essai, à la fin d’une scène, la caméra a continué à tourner, et elle se demandait ce qu’on attendait d’elle. À sa manière de détourner le regard avec une sorte d’inquiétude, elle devenait Manon. Nous avons creusé dans cette petite insécurité pour restituer ce doute fondateur. Alba possède une intuition des scènes rare pour quelqu’un d’aussi jeune. Pourquoi avoir pensé à Marina Foïs pour incarner la mère de Manon ? Marina possède ce talent singulier d’exceller dans l’ambiguïté, et c’était nécessaire pour le rôle de Alba Gaïa Bellugi et Jean-Xavier de Lestrade cette mère susurrant des mots d’amour qui font terriblement peur. Monique se montre présente, attentionnée. Seuls des détails trahissent son côté vampirisant, en particulier ses gestes que nous avons beaucoup travaillés. Sa tendresse est toujours plus appuyée qu’elle ne le devrait. Comment avez-vous choisi le morceau « They Said That Hell’s Not Hot » de Marilyn Manson pour la bande originale ? Au cours du montage, j’essayais des musiques que j’avais sélectionnées sur mon téléphone portable et rien ne marchait, jusqu’à ce que cette chanson se mette en route toute seule. Une révélation. Ce qu’elle racontait – l’histoire d’une gamine brisée −, l’énergie qu’elle dégageait…  : j’ai eu le sentiment qu’elle avait été écrite pour Manon. Du coup, on a changé un peu la perspective de la bande originale pour tendre vers un côté plus métal, brutal et organique. Je ne pouvais trouver plus juste et émouvant, avec cette violence qui contient, aussi, une petite mélodie. Songez-vous déjà à une troisième saison ? Absolument. Mais il faudra attendre quelques années… Propos recueillis par Sylvie Dauvillier ÉDITIONS e4.1e Manon vue par Alba Gaïa Bellugi « En quête de vérité, extrêmement humaine et forte, Manon est quelqu’un de droit malgré son passé douloureux. J’aime ce personnage parce qu’il cristallise des doutes et des difficultés, que tous les jeunes connaissent au moment d’entrer dans la vie adulte. À 15 ans, elle apprenait surtout à gérer ses sentiments, à se connaître. À 20 ans, elle réussit à mieux maîtriser ses colères. C’est une héroïne qui m’accompagne toujours et pour laquelle j’éprouve beaucoup d’affection et de tendresse. » Le coffret regroupant les deux trilogies 3 x Manon et Manon 20 ans sera disponible chez ARTE Éditions à partir du 6 juin. - ARTE MAG N°22. LE PROGRAMME DU 27 MAI AU 2 JUIN 2017 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :