Arte Magazine n°2017-21 20 mai 2017
Arte Magazine n°2017-21 20 mai 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-21 de 20 mai 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : Timbuktu.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°21. LE PROGRAMME DU 20 AU 26 MAI 2017 6 Abderrahmane Sissako Filmer contre la peur À l’occasion d’une soirée spéciale que lui consacre ARTE, avec le film Timbuktu, suivi d’un portrait documentaire, Abderrahmane Sissako revient sur la genèse et le tournage d’une œuvre qui a décroché sept César en 2015. Paroles fortes d’un cinéaste toujours en colère. Mercredi 24 mai à 20.55 Cinéma Soirée Abderrahmane Sissako Lire pages 20-21t.. 7 Ir - — - -e.Feat‘wve=re.- - La vie des gens « Avec Timbuktu, je voulais me positionner contre cette violence qui se pratique au nom d’une religion. J’ai la conviction que ce n’est pas la religion qui décide de la violence, mais les hommes, parfois manipulés. Quand j’ai commencé à travailler sur le sujet, Timbuktu était occupée par les djihadistes. En tant que Sahélien, j’en étais très affecté, d’autant plus que je ressentais l’approche superficielle des médias comme une injustice. À Timbuktu, les gens humiliés souffraient au quotidien. Mais la presse n’en parlait pas. Les journaux n’évoquent les victimes que lorsqu’elles nous ressemblent. Du coup, il revient à l’artiste d’abolir les distances. Mon choix fut donc, avec Timbuktu, de parler de la vie des gens. » Ces hommes qui nous ressemblent « Les attentats de ces dernières années, que ce soit en France, à Bamako, au Burkina ou à Beyrouth, sont des actes barbares, mais commis par des hommes qui nous ressemblent. Il faut accepter cette réalité  : ils sont capables de s’asseoir à une terrasse et le lendemain de commettre l’innommable. Il ne faut pas les penser autrement. Pour ce film, il était important pour moi de créer une mosaïque de djihadistes que l’on puisse croiser dans la rue sans les remarquer. Il n’y a, par exemple, pas de barbus dans le film  : je ne voulais pas rentrer dans un schéma caricatural. Ce n’est pas la longueur de la barbe qui crée l’identité. » Images responsables « Dans Timbuktu, je ne voulais pas utiliser de forme violente pour évoquer la violence. Pendant le tournage, je réfléchissais tous les jours à la manière de filmer la lapidation du couple non marié. Une scène terrible, pour laquelle je cherchais la bonne distance. Car pour moi, l’image n’est pas quelque chose de banal, c’est une responsabilité. On ne peut pas faire n’importe quoi  : il est important qu’il Les films du Worso/Dune Vision
Philippe Quaisse à I j II y ait une réflexion, afin de ne pas tomber dans le spectaculaire. J’ai donc réalisé une scène furtive pour m’en éloigner très vite. Et je l’ai croisée au montage avec les images d’un homme qui danse. […] J’ai un rapport très simple avec les vidéos venues de Daech  : il ne faut pas les regarder, pas aller les chercher. Ne pas voir, c’est aussi de notre responsabilité. » L’indignation et l’action « Quand on apprend l’histoire vraie de ce couple enterré dans un trou puis lapidé, si on est cinéaste, il ne suffit pas de s’indigner, même si l’indignation est un sentiment normal. Au-delà, il faut agir. Et, pour moi, l’action consistait tout simplement à faire un film. […] Tourner est un acte rare sur le continent africain, car très peu de films sont produits. Alors, quand on a la possibilité d’en réaliser un, on est guidé, en tout cas en ce qui me concerne, vers des thématiques à la portée universelle. » La peur mange l’âme « Nous vivons dans une société qui a peur. Je pense au film de Fassbinder, Tous les autres s’appellent Ali, dont le titre allemand signifie ‘La peur mange l’âme’. Lorsque la peur remplit ton quotidien, tu ne cherches pas à connaître l’autre, et donc tu ne peux pas l’accepter. Le cinéma peut avoir le pouvoir de changer les consciences et de combattre les idéologies, mais il ne faut pas lui donner cette mission, il ne faut pas d’optimisme exagéré. Un film qui touche, pourtant, par son émotion, peut changer quelqu’un. De toute façon, ceux qui vont au cinéma sont généreux. Ils vont à la rencontre de quelque chose, pour être ensemble, partager les mêmes valeurs. » Propos recueillis par Pascal Mouneyres et publiés avec l’aimable autorisation du Forum des images Abderrahmane Sissako Retrouvez des extraits de l’interview sur forumdesimages.fr/un-etat-du-monde-webdoc 7ARTE MAG N°21. LE PROGRAMME DU 20 AU 26 MAI 2017



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :