Arte Magazine n°2017-20 13 mai 2017
Arte Magazine n°2017-20 13 mai 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-20 de 13 mai 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : Pedro Almodovar, président du jury de la 70e édition du festival de Cannes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
LUNDI 15 MAI JOURNÉE 5.00 M ROSTROPOVITCH JOUE DVOŘÁK Concert 5.50 M ARTE REPORTAGE 6.45 LM XENIUS Ebola  : le virus est-il enrayé ? Magazine 7.10 7 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.20 LM XENIUS Médecine en surdose – Quand est-ce que trop, c’est trop ? Magazine 7.45 M 360° GEO La maman des bonobos Reportage 8.40 EM AU CŒUR DU MONDE ARCTIQUE L’Islande Série documentaire 9.25 L7 R 360° GEO Taïpan, le serpent le plus venimeux au monde ; Irlande, les sauveteurs de l’extrême ; Dakar, les rois de la récup Reportage 12.20 LEM VILLAGES DE FRANCE Bonneval-sur-Arc Série documentaire 12.50 7 ARTE JOURNAL Thierry Valletoux 13.00 ARTE REGARDS Reportage (2017, 28mn) Du lundi au vendredi, un reportage raconte les Européens dans toute leur diversité. 13.35 LDM CINÉMA 3 CŒURS Film 15.35 L7 R SUR LES TOITS DES VILLES Paris Série documentaire 16.30 7 E INVITATION AU VOYAGE Émission présentée par Linda Lorin (2017, 35mn) Espagne  : Trujillo, la ville des conquistadores ; Céret la Catalane  : capitale du cubisme ; Sicile  : échappée aristocratique à Palerme. 17.05 7 R XENIUS Le sang  : que contient-il et comment peut-il sauver des vies ? Magazine Bilderfest 17.35 LEM VILLAGES DE FRANCE Paimpont ; Saint-Jean- Pied-de-Port ; Saint- Antoine-l’Abbaye Série documentaire SOIRÉE 19.00 L7 R LES PARCS NATIONAUX AMÉRICAINS Grand Canyon Série documentaire (2015, 8x43mn) À la découverte des paysages grandioses et de la faune sauvage des plus beaux parcs nationaux des États- Unis. 19.45 7 ARTE JOURNAL 20.05 7 28 MINUTES Magazine 20.50 7 ER TOUT EST VRAI (OU PRESQUE) Isabelle Huppert Série d’animation 20.55 7 E VF/V0STF CINÉMA TEL PÈRE, TEL FILS Film 22.50 L7 VF/V0STF CINÉMA WHITE GOD Film 0.50 7 CINÉMA WITHIN OUR GATES Film muet 2.00 LEM LA RÈGLE DU JEU Film 3.45 M ARTE REGARDS Reportage. sous-titrage pour sourds E et malentendants 16 N°20 – Semaine du 13 au 19 mai 2017 – ARTE Magazine D audiovision pour aveugles et malvoyants L diffusion en haute définition disponible sur Internet durant sept jours après la diffusion 7 M vidéo à la demande M multidiffusion R rediffusion version française VF/V0STF version originale sous-titrée en français version originale V0STF sous-titrée en français Wild Bunch 20.55 CINÉMA TEL PÈRE, TEL FILS Un couple apprend que son enfant a été échangé à sa naissance avec un autre. Une réflexion sur la filiation empreinte d’humanité par Hirokazu Kore-eda, un grand du cinéma japonais. Brillant architecte, Ryota place très haut la réussite sociale, le goût de l’effort et du travail. Très investi dans sa vie professionnelle, il a peu de temps à consacrer à son épouse, Midori, mère au foyer, et à leur fils de 6 ans. Convoqués par la maternité où Keita est né, Ryota et Midori apprennent que leur petit garçon a été interverti à la naissance avec celui d’une autre famille, plus modeste que la leur… LIENS DU SANG Continuant de creuser son sillon autour de la famille et de l’enfance (Nobody Knows, I Wish – Nos vœux secrets), Hirokazu Kore-eda place Ryota et Midori face à des questions auxquelles rien ne les a préparés  : sur quoi repose l’amour filial ? Sur les liens du sang ou sur l’attachement et les souvenirs communs, tissés patiemment au fil des ans ? En tant que parents, pourquoi ne se sont-ils aperçus de rien ? Doivent-ils reprendre Ryusei, leur fils biologique, et confier Keita à l’autre couple, comme le suggère la direction de l’hôpital ? Ryota a-t-il raison de vouloir entamer une action en justice pour obtenir la garde des deux garçonnets ? Avec délicatesse, Hirokazu Kore-eda capte les réactions et les émotions de ses personnages, grands et petits confondus, bousculés par une situation qui les dépasse. D’une grande maîtrise, un hymne magnifique à l’amour tout court. Lire aussi pages 4-5 FESTIVAL DE CANNES Prix du jury, Cannes 2013 (Soshite chichi ni naru) Film de Hirokazu Kore-eda (Japon, 2013, 1h55mn, VF/VOSTF) – Scénario  : Hirokazu Kore-eda – Avec  : Masaharu Fukuyama (Ryota Nonomiya), Machiko Ono (Midori Nonomiya), Keita Ninomiya (Keita Nonomiya), Yokô Maki (Yukari Saiki), Riri Furanki (Yudai Saiki), Shôgen Hwang (Ryusei Saiki), Jun Fubuki (Nobuko Nonomiya) – Image  : Takimoto Mikiya Montage  : Hirokazu Kore-eda – Musique  : Takeshi Matsubara, Junichi Matsumoto, Takashi Mori – Production  : Amuse Films, Fuji Television Network
22.50 CINÉMA WHITE GOD La révolte d’une meute de chiens en butte à la sauvagerie humaine. Un film puissant aux nombreuses scènes chocs. Pendant trois mois, Lili, 13 ans, doit aller vivre chez son père, à Budapest. Mais celui-ci n’apprécie pas qu’elle arrive avec Hagen, son chien. D’autant plus qu’une loi réglemente sévèrement la possession des bâtards au profit des chiens de race. Le père de Lili, à bout de nerfs, abandonne Hagen dans la rue, au grand désespoir de sa fille. Livré à lui-même, le chien tombe dans les mains d’un dresseur qui veut faire de lui un tueur pour participer à des combats… MIROIR DÉFORMANT Un gouvernement privilégiant la pureté de la race au détriment du métissage… Toute ressemblance avec certaines politiques aux tentations extrémistes serait-elle une coïncidence ? En faisant de son film une allégorie puissante, le cinéaste hongrois Kornél Mundruczó décrit le futur possible d’une société autoritaire  : le chaos et la révolte. Il y parvient grâce à l’étonnante pugnacité d’une réalisation qui aligne les scènes chocs. Et surtout, ses personnages canins atteignent un niveau d’expressivité rarement vu au cinéma. Le film se fait le témoin d’un renversement  : les chiens semblent animés de sentiments forts, et sont confrontés à des hommes commettant des actes sauvages, proches de l’animalité. Troublant. Lire aussi page 9 FESTIVAL e/eKeé DE CANNES Prix Un certain regard et Palme dog (pour les chiens Luke et Body), Cannes 2014 (Fehér isten) Film de Kornél Mundruczó (Hongrie/Allemagne/Suède, 2014, 1h53mn, VF/VOSTF) Scénario  : Kornél Mundruczó, Viktória Petrányi, Kata Wéber – Avec  : Zsófia Psotta (Lili), Sándor Zsótér (le père), László Gálffi (le professeur de musique), Ervin Nagy (le boucher), Lili Horváth (la mère), Kornél Mundruczó (le propriétaire d’un restaurant), Lili Monori (Bev) – Image  : Marcell Rév Montage  : Dávid Jancsó – Musique  : Asher Goldschmidt – Coproduction  : ARTE/ZDF, Proton Cinema, Pola Pandora Filmproduktions, Filmpartners, The Chimney Pot, Hungarian National Film Fund La lune de Jupiter, le nouveau film de Kornél Mundruczó coproduit par ARTE France cinéma, sera présenté à Cannes cette année en compétition officielle. N°20 – Semaine du 13 au 19 mai 2017 – ARTE Magazine Kino Lorber, Inc. 0.50 CINÉMA WITHIN OUR GATES Plaidoyer contre la ségrégation raciale, porté par la formidable Evelyn Preer, ce film muet constitue l’un des plus anciens témoignages de l’émergence du cinéma afro-américain. Abandonnée par son fiancé, Sylvia Landry retourne dans le sud des États-Unis, où elle fait la connaissance du révérend Jacob, qui tient une école, menacée de fermeture, pour enfants noirs et pauvres. La jeune femme décide alors de regagner le nord afin de collecter des fonds pour l’établissement. En chemin, elle croise la route du docteur Vivian, qui tombe immédiatement sous son charme, et de la riche et philanthrope Elena Warwick. PRÉCURSEUR Le film d’Oscar Micheaux, pionnier du cinéma politique afro-américain, a longtemps été considéré comme perdu avant qu’une copie ne ressurgisse en Espagne en 1993. Les historiens du septième art le présentent souvent comme une réponse à la glorification de la race blanche véhiculée par le controversé Naissance d’une nation (1915) de D. W. Griffith. Évitant l’écueil du manichéisme, le réalisateur dépeint avec réalisme la ségrégation et sa violence quotidienne, à travers le parcours d’une jeune femme issue d’une union mixte, dont le père adoptif a péri lynché après avoir été faussement accusé du meurtre d’un Blanc. Un plaidoyer pour la tolérance porté par la grande Evelyn Preer. Film muet d’Oscar Micheaux (États-Unis, 1919, 1h11mn, noir et blanc) – Scénario  : Oscar Micheaux Avec  : Evelyn Preer (Sylvia Landry), Flo Clements (Alma Prichard), Charles D. Lucas (le docteur V. Vivian), James D. Ruffin (Conrad Drebert), Jack Chenault (Larry Prichard), Mrs. Evelyn (Elena Warwick) – Musique  : Philip Carli, DJ Spooky Production  : Micheaux Book & Film Company MAI LUNDI 17 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :