Arte Magazine n°2017-20 13 mai 2017
Arte Magazine n°2017-20 13 mai 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-20 de 13 mai 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : Pedro Almodovar, président du jury de la 70e édition du festival de Cannes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
MAI 14 DIMANCHE Seven Arts Production 19.00 PERSONNE NE BOUGE ! SPÉCIAL LOLITAS En marge du Festival de Cannes, une variation en trois temps sur les nymphettes, de la chanson au cinéma, de Vanessa Paradis à Brooke Shields. Story En 1987, Vanessa Paradis, 14 ans, accède à la célébrité avec le tube « Jo le taxi » et devient pour longtemps la lolita que les Français adorent critiquer. Garde-robe Petite fille ou femme fatale, la panoplie schizophrène de l’actrice-chanteuse. Listomania Dix choses que l’on ignore généralement sur Mlle Paradis. Story L’écrivaine Cécile Guilbert se penche sur Lolita, le roman de Vladimir Nabokov paru en 1952. Star-system Vingt ans après Britney Spears, quelle méthode pour devenir une néo-lolita ? Juke-box À l’été 2000, Alizée chante « Moi… Lolita ». Icône En 1980, avec Le lagon bleu de Randal Kleiser, Brooke Shields fait une entrée fracassante dans l’imaginaire adolescent. Scandale À 12 ans, poussée par sa mère, Brooke Shields joue une enfant prostituée dans La petite de Louis Malle (1978). Cannes a la primeur du scandale. Perle rare En 1981, Brooke Shields a 15 ans et assure la promo d’Un amour infini de Franco Zeffirelli. Revue culturelle de Philippe Collin et Frédéric Bonnaud (France, 2017, 52mn) - Coproduction  : ARTE France, Ex Nihilo MK2 20.55 CINÉMA MOMMY Dans la banlieue populaire de Montréal, une mère isolée et son fils en proie à des troubles psychiques trouvent un fragile équilibre au contact d’une voisine bienveillante. Un chef-d’œuvre turbulent et déchirant de Xavier Dolan, récompensé sur la Croisette. Diane, veuve affriolante d’une quarantaine d’années, récupère la garde de son fils, Steve, le jour où ce dernier est renvoyé de l’institut où il était suivi. Mais le bonheur de ces retrouvailles forcées est rapidement assombri par les explosions de violence du garçon et le licenciement de Diane. Lors d’une crise, Kyla, une voisine affligée de bégaiement, fait irruption chez eux… 14 N°20 – Semaine du 13 au 19 mai 2017 – ARTE Magazine MONTAGNES RUSSES Mère courage tout en strass et expressions fleuries, Diane déploie une énergie de lionne pour sauver son « gars », blondinet aussi attachant qu’exaspérant, de ses penchants autodestructeurs. Ce couple impossible, éreinté par un amour dévorant, savoure un répit éphémère grâce à la douce Kyla, enseignante en congé sabbatique tétanisée par une souffrance qu’elle muselle. S’approchant au plus près de cette réalité crue, à la fois sociale et intime, à la faveur d’un format carré emprisonnant, Xavier Dolan braque sur ces écorchés vifs, interprétés par un magistral trio d’acteurs, un regard plein d’humanité. Des torrents d’insultes à une lumineuse balade à vélo, ouvrant sur un horizon plein écran, le jeune cinéaste réussit un éblouissant numéro de funambulisme émotionnel, oscillant entre vacarme assourdissant et grâce des accalmies libératrices, entre mélodrame foudroyant et jaillissements d’humour. L’audace de la mise en scène, qui frôle l’excès sans s’égarer, magnifie ce récit sur courant alternatif, saturé d’énergie pop, de ralentis lyriques et de hits commerciaux (dont une séquence bouleversante sur du Céline Dion). Un chef-d’œuvre de justesse qui transperce le cœur. Lire aussi pages 4-5 SOIRÉE XAVIER DOLAN FESTIVAL DE CANNES Prix du jury, Cannes 2014 – Meilleur film étranger, César 2015 Film de Xavier Dolan (Canada, 2014, 2h12mn, VOSTF) Scénario  : Xavier Dolan – Avec  : Anne Dorval (Diane « Die » Després), Antoine Olivier Pilon (SteveDesprés), Suzanne Clément (Kyla), Patrick Huard (Paul), Alexandre Goyette (Patrick) – Image  : André Turpin – Montage  : Xavier Dolan Musique  : Noia – Production  : Les Films Séville, Sons of Manual, Metafilms D.R.
23.05 LE DOCUMENTAIRE CULTUREL IL ÉTAIT UNE FOIS… « MOMMY » Retour, avec ses protagonistes, sur la genèse du film de la consécration et (déjà) de la maturité pour Xavier Dolan, génie précoce du septième art devenu la voix de sa génération. Mai 2014. Le cinquième film de Xavier Dolan, dépeignant la relation tempétueuse d’une mère célibataire et de son fils psychotique, apaisée par l’irruption d’une voisine elle-même en souffrance, est présenté en compétition officielle sur la Croisette. Douze minutes d’applaudissements émus, suivies plus tard d’un Prix du jury – ex-æquo avec Jean-Luc Godard –, scellent la consécration d’un surdoué de 25 ans. Place des femmes, paupérisation des classes moyennes, faillite de l’institution psychiatrique…  : avec Mommy, Xavier Dolan, qui a fait de la figure maternelle « le véhicule à travers lequel [il] exprime le mieux [ses] griefs envers la société », ausculte le Québec d’aujourd’hui sans misérabilisme. Déchirant néanmoins pétri d’espoir, le film fait salles combles et propulse le jeune cinéaste au rang d’icône de sa génération. LA CRÉATION À L’ŒUVRE Au-delà de la toile de fond sociale, éclairée par une journaliste et un historien, ce documentaire explore, par le biais de passionnantes interviews avec le principal intéressé, ses comédiens (Antoine Olivier Pilon et les muses Anne Dorval et Suzanne A Clément, émues aux larmes à l’évocation de l’amour qu’il leur porte), son directeur de la photographie et ses producteurs, les sentiments d’urgence – due à sa certitude de mourir jeune – et d’exaltation qui nourrissent la magie créatrice de Xavier Dolan. Il met également en lumière l’incroyable sens, du jeu du cinéaste, qui le pousse à incarner les scènes lui-même pour mieux les réécrire (« Je dirige comme un acteur ») , ou encore son obsession du détail, gravée dans de volumineux cahiers dévoilant ses choix de costumes, de maquillage, d’atmosphères…, puisés dans le réservoir débordant de la pop culture. Un métissage d’influences qui a donné naissance à un talent unique  : « D’emprunt en emprunt, on finit par se révéler puis par réaliser qui on est. Mommy, c’est vraiment qui je suis. » Lire aussi pages 4-5 SOIRÉE XAVIER DOLAN FESTIVAL DE CANNES Documentaire de Tessa Louise-Salomé (France, 2016, 52mn) – Dans la collection « Un film et son époque » de Serge July et Marie Génin Commentaire dit par Chiara Mastroianni Coproduction  : ARTE France, Folamour N°20 – Semaine du 13 au 19 mai 2017 – ARTE Magazine Bernd Uhlig 0.00 SASHA WALTZ & GUESTS  : « FIGURE HUMAINE » Clin d’œil au chef-d’œuvre de Francis Poulenc, une performance éblouissante de la compagnie de danse Sasha Waltz & Guests. Quelques jours avant l’inauguration officielle de l’Elbphilharmonie de Hambourg, le 11 janvier 2017, le public était convié à une originale pendaison de crémaillère. Accompagnée par quatre-vingts musiciens et danseurs, la chorégraphe Sasha Waltz a en effet investi les lieux  : la scène, mais aussi le foyer, les escaliers, couloirs et vestibules du nouvel édifice. Bâtie musicalement, entre autres, autour des œuvres de Hildegarde de Bingen, Béla Bartók, György Ligeti et Dmitri Chostakovitch, cette magnifique performance dansée a pris pour titre Figure humaine, en hommage à la cantate composée en 1943, sur un texte de Paul Éluard, par Francis Poulenc. Considéré comme le chef-d’œuvre du musicien français, Figure humaine célèbre la victoire de la liberté sur la violence et la tyrannie. Lire aussi page 9 Spectacle (Allemagne, 2017, 1h) – Chorégraphie  : Sasha Waltz – Avec  : Sasha Waltz & Guests, Luciana Mancini (mezzo-soprano), l’ensemble Vocalconsort Berlin, Nicolas Fink (chef de chœur), Carolin Widmann(violon), Annette Walther (violon), Michael Rauter (violoncelle), Gunars Upatnieks (contrebasse), Sava Stoianov (trompette), Krisztián Palágyi (accordéon) Réalisation  : Sasha Waltz – Coproduction  : ARTE/ZDF, Sasha Waltz & Guests, Elbphilharmonie MAI DIMANCHE 15 14



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :