Arte Magazine n°2017-18 29 avr 2017
Arte Magazine n°2017-18 29 avr 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-18 de 29 avr 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : planète sable.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
arta:à CRE TIVE WEB MACHINES À SONS JAMAÏCAINES AVANT LA CONSÉCRATION SUR LES DANCEFLOORS, le sound system a émis ses premiers décibels depuis les sonos mobiles des rues jamaïcaines. Des Caraïbes au Brésil, de Londres à New York, une websérie, en ligne sur ARTE Creative, retrace leur épopée dansante. S’IL NE FALLAIT RETENIR QU’UN SYMBOLE DE LA CULTURE SOUND SYSTEM (matériel de sonorisation souvent conçu à base d’habiles bricolages), ce serait le boombox. Ce radiocassette à grosses enceintes carrées, que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, a traversé les années 1980 sur l’épaule des fans de DJ Kool Herc ou Earth, Wind & Fire. Mais avant de conquérir le Bronx new-yorkais, le sound system a poussé son premier cri dans les rues de Kingston, faisant danser la Jamaïque noire et pauvre qui n’avait pas les moyens de fréquenter les salles de concert ou d’acquérir un poste de radio. Puis le génie musical local – du ska au dub en passant par le reggae – a conquis les dancefloors, et le sound system est devenu à la fois un business florissant et une influence majeure de la scène occidentale branchée. C’EST L’HISTOIRE DE CET HÉRITAGE FOISONNANT qui est retracée, en archives rares et festives, dans la websérie Sound System. Ses dix épisodes racontent une myriade d’anecdotes et d’événements, comme autant de clés pour comprendre la société caribéenne. On y croise le concepteur du premier sound system, qui compare la portée de son invention à celle d’Internet, ou une collectionneuse d’affiches qui révèlent la dimension sociale du sound system. Autres témoignages  : ceux de businessmen au Brésil, où « le DJ est un demidieu » et où chaque « machine à sons » vaut plusieurs dizaines de milliers d’euros. JOYEUSE ET CONTESTATAIRE, la culture sound system s’est exportée aux États-Unis et en Europe à partir des années 1970, avant de passer le relais aux platines des DJ, gagnant ainsi en prestige. Aujourd’hui, comme un ultime hommage, elle s’invite dans les collections d’art contemporain. Nicolas Bole SOUND SYSTEM Websérie documentaire de Sébastien Carayol et Katie Callan (France, 2017, 10x4mn) Coproduction  : ARTE France, Petit Dragon, Éléphant Doc arte.tv/soundsystem ARTE est partenaire de l’exposition « Jamaica Jamaica ! – De Marley aux deejays », à la Philharmonie de Paris jusqu’au 13 août. 6 N°18 – Semaine du 29 avril au 5 mai 2017 – ARTE Magazine arta INF@ › ROAD-MOVIE ÉLECTORAL TERRESr IVÈLECTIOM dé Far DANS LA LIGNÉE DE CARNETS DE ROUTE RÉALISÉS EN UKRAINE OU À CUBA, l’Atelier de recherche d’ARTE France et ARTE Info, avec la websérie Terres d’élection, prennent le pouls de la France à la veille du scrutin présidentiel. Réalisés à six mains (le photographe Guillaume Herbaut, l’écrivain Philippe Trétiack et le réalisateur Paul Ouazan) et diffusés quotidiennement, ses vingt-six épisodes parleront de politique sans interroger les politiciens. En suivant le tracé du méridien de Paris, de Dunkerque à Prats-de- Mollo-la-Preste, les auteurs s’en remettront au hasard des rencontres pour documenter la campagne et produire des instantanés du pays à travers ce « temps arrêté de la photographie, qui n’est pas immobile », selon la formule de Paul Ouazan. TERRES D’ÉLECTION Websérie documentaire (France, 2017, 26x2mn) Photographies  : Guillaume Herbaut Textes  : Philippe Trétiack Réalisation  : Paul Ouazan Production  : ARTE France, ARTE Info arte.tv/france-terres-election Retrouvez de nombreux autres contenus dédiés au scrutin présidentiel sur arte.tv/presidentielles-2017
Hervé Boutet ; LECH KOWALSKI LOOK D’IRRÉDUCTIBLE ANAR ET CRINIÈRE BLANCHE FOURNIE, Lech Kowalski braque sa caméra sur le monde depuis quarante ans, opérant une fusion sans cesse renouvelée entre recherche esthétique et lutte politique. Figure incontournable du cinéma direct, le documentariste d’origine polonaise fut le témoin privilégié de l’essor de la scène punk, comme en témoigne le film culte D.O.A. (1980), sur la tournée américaine des Sex Pistols. Au fil de sa carrière, Kowalski se penchera aussi sur la détresse des parias et des laissés-pour-compte, se servant de sa colère de citoyen comme moteur créatif. Cette rage sans frontière l’a ramené à ses racines polonaises pour dénoncer l’exploitation du gaz de schiste (Holy Field, Holy War), et à ses attaches états-uniennes pour I Pay For Your Story, chronique poignante de l’Amérique des marges. I Pay For Your Story, lundi 1er mai à 0.15 ILS SONT SUR ARTE Philippe Quaisse/PASCO IMANY CETTE CHANTEUSE DE FOLK-SOUL D’ORIGINE COMORIENNE, née Nadia Mladjao à la fin des années 1970, a passé son enfance entre l’internat et la base militaire d’Istres, où son père officiait en tant que pompier. Un cadre strict qui explique ses précoces envies d’ailleurs, couronnées par un départ à 17 ans pour les États-Unis, où elle se lance dans une carrière de mannequin. Elle s’initie à la musique en découvrant les vocalises de Tracy Chapman, et saute le pas à son retour en France, en 2008. Trois ans et un EP plus tard, elle décroche un disque de platine avec The Shape of a Broken Heart. L’artiste, en tournée à travers la France, fera escale à la salle Pleyel en mai prochain pour présenter les titres puissants et engagés de son second opus, The Wrong Kind of War. Imany en concert à l’Olympia de Paris, vendredi 5 mai à 0.00 N°18 – Semaine du 29 avril au 5 mai 2017 – ARTE Magazine GETTY IMAGES FREDERICK LAU JEUNE ACTEUR BERLINOIS AU SUCCÈS EXPONENTIEL outre-Rhin, Frederick Lau, 27 ans dont dix-sept devant les caméras, s’impose doucement hors de ses frontières. Il a, notamment, tourné dans La vague de Dennis Gansel, plaidoyer contre la tentation de l’extrémisme, et dans La comtesse de Julie Delpy. Mais c’est Victoria de Sebastian Schipper, course folle et destructrice dans la nuit berlinoise, filmée en un ahurissant plan-séquence de plus de deux heures, qui lui permet de changer de stature. Ce rôle physique, ayant nécessité deux mois de préparation et trois prises, marque un réel tournant dans sa carrière, synonyme de nombreux prix d’interprétation et d’une reconnaissance internationale. Victoria, mercredi 3 mai à 20.55 et Les ferrailleurs, vendredi 5 mai à 20.55 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :