Arte Magazine n°2017-18 29 avr 2017
Arte Magazine n°2017-18 29 avr 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-18 de 29 avr 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : planète sable.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
KEYSTONE-FRANCE Figure tutélaire du cinéma français, le fils du peintre Auguste Renoir a signé nombre de chefs-d’œuvre, dont La règle du jeu. À travers un cycle de films et un portrait documentaire nourri d’entretiens, sa poésie, sa drôlerie et sa profondeur font revivre un monde disparu. Aperçu. CINÉMA CONVERSATION AVEC JEAN RENOIR BOUCHONS AU FIL DE L’EAU « Mon père disait qu’il faut être un bouchon, un bouchon dans le courant. Naturellement, le bouchon doit être un petit peu intelligent, et essayer d’évoluer à droite et à gauche, de façon à choisir le moment qui lui convient le mieux. Mais la direction générale, c’est le courant, ce sont les événements qui nous la donnent. […] Il y a une force à laquelle j’aime sacrifier dans mes films et à laquelle je crois beaucoup, c’est la fatalité. Je crois très sincèrement qu’on ne remonte pas le courant, que nous sommes pris dans une espèce de rivière qui nous pousse, qui nous mène, et que les hommes ne sont pas ou méchants ou bons, ou traîtres ou pas traîtres, simplement qu’ils sont les jouets d’une espèce de destinée. » LE JOUET CINÉMA « Mon principal objectif était ma propre joie, et une joie qui existe pendant la fabrication. Le résultat, en réalité, ça ne m’intéresse pas tellement. J’ai eu plusieurs films qui ont eu du succès, j’en ai eu qui furent des insuccès notoires, mais ça m’est complètement égal. […] J’ai passé ma vie à aimer les jouets. Les jouets pour grandes personnes, s’entend, mais les jouets sont toujours pour grandes personnes. Le cinéma, ce n’est pas autre chose qu’un jouet. » 4 N°18 – Semaine du 29 avril au 5 mai 2017 – ARTE Magazine Dimanche 30 avril à 22.35 QUAND JEAN DEVINT RENOIR Lire page 11 « LA RÈGLE DU JEU » « J’ai fait absolument tout ce que je pouvais pour faire plaisir au public, j’ai eu une liberté entière et j’étais convaincu que le public avalerait ce film comme un sorbet. Pour vous donner une idée du résultat, je suis allé voir une séance, je crois que c’était au Colisée, et il y avait là un vieux monsieur très digne, avec un veston sombre, une décoration, de belles moustaches, et ce monsieur commençait à craquer des allumettes pour enflammer son journal en criant  : ‘Je vais foutre le feu à une baraque où on projette de telles ordures !’ » L’ESSENCE DE L’ART « Notre fonction, c’est d’ouvrir des fenêtres sur quelque chose que le public n’avait pas remarqué et, à cette occasion, d’avoir une petite conversation amicale avec lui. Je crois que ce contexte amical, c’est l’essence de l’art. […] Les témoignages d’affection qu’on veut bien me manifester, c’est extrêmement flatteur et ça me touche beaucoup, mais de temps en temps, j’ai la sensation que je suis comme un gros papillon qu’on a attrapé et qu’on a piqué avec une épingle contre un mur. Alors on le regarde et on dit  : ‘Oh, comme il est beau, ce papillon.’ » Irène Berelowitch
THIERRY BERROD/MONA LISA EN COUVERTURE COUP DE CHAUD SUR LA PLANÈTE Partout dans le monde, les déserts grignotent les terres arables. Après la collection documentaire Planète glace, le réalisateur Thierry Berrod témoigne avec Planète sable des projets expérimentés pour restaurer les écosystèmes semi-arides. Samedi 29 avril à 23.30 et du lundi 1er au jeudi 4 mai à 19.00 PLANÈTE SABLE Lire pages 9, 14 et 18 Comment avez-vous choisi les zones désertiques des cinq épisodes de Planète sable ? Thierry Berrod  : Notre ambition était de montrer l’extension des zones arides – avec ses conséquences sur les populations –, et surtout les travaux mis en œuvre pour la contenir par les scientifiques  : botanistes, ingénieurs forestiers, écologues, hydrologues ou climatologues. Nous avons essayé de sélectionner les zones qui nous semblaient les plus intéressantes afin d’illustrer des problématiques différentes  : l’Atacama pour la pollution des eaux souterraines, le Sahara pour la disparition des oasis, l’Aralkum pour l’assèchement d’une mer intérieure, l’Australie pour la stérilité des sols, et la Chine, frappée par les tempêtes de sable. Avez-vous rencontré des difficultés pour tourner dans ces environnements extrêmes ? Pour des questions de sécurité, la plupart des chercheurs ont dû quitter des pays de l’Afrique saharienne et il a été compliqué d’en convaincre certains de nous y accompagner. Les négociations se sont avérées longues aussi avec les autorités chinoises, très sensibles sur la question de l’écologie. C’est d’ailleurs au cours de nos longs repérages – et donc sans autorisation – que nous avons pu filmer pour la première fois des équipes de « faiseurs de pluie », qui provoquent des précipitations artificielles. N°18 – Semaine du 29 avril au 5 mai 2017 – ARTE Magazine Parmi toutes ces initiatives, laquelle vous semble la plus encourageante ? Si la Chine fait assurément partie des plus gros pollueurs de la planète, elle mobilise aussi le plus de moyens, techniques et humains, pour tenter d’inverser cette machine folle qu’est la désertification. Même si elle ne s’engage essentiellement que pour protéger Pékin et ses habitants, ce qu’elle a déjà accompli, notamment en plantant une gigantesque muraille végétale en Mongolie intérieure et dans la province du Gansu, reste impressionnant. Que faudrait-il faire pour mieux protéger les populations ? La lutte contre l’avancée des déserts, moins spectaculaire visuellement que le recul des glaciers, constitue un enjeu planétaire majeur. Si les États concernés, sous l’impulsion de la communauté internationale, ne se mobilisent pas suffisamment, on peut craindre que, d’ici deux à trois décennies, plusieurs centaines de millions de personnes ne soient contraintes de quitter des régions devenues invivables. Il faut aussi appeler à une meilleure collaboration entre les scientifiques. Propos recueillis par Christine Guillemeau 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :