Arte Magazine n°2017-17 22 avr 2017
Arte Magazine n°2017-17 22 avr 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-17 de 22 avr 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : documentaire de Raoul Peck sur la question raciale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
AVRIL 24 LUNDI 90TH PARALLEL 19.00 LES CHANNEL ISLANDS, UNE HISTOIRE AMÉRICAINE LE PARADIS Du premier peuplement aux tentatives de restauration écologique, l’histoire en trois volets des Channel Islands, archipel paradisiaque situé au large de la Californie. En face de Los Angeles, sept îles volcaniques résument à elles seules l’histoire de l’homme face à son environnement. Au fil des siècles, les Channel Islands ont été colonisées par les premiers peuples d’Amérique, les conquistadores espagnols. Puis vinrent les stars hollywoodiennes, et, depuis les années 1980, les scientifiques, qui s’emploient à restaurer un écosystème malmené par l’homme. Ce premier volet retrace l’installation des Indiens chumash, il y a treize mille ans, dans ce paradis terrestre. Mais au XVIII e siècle, l’arrivée des Espagnols bouleverse leur existence et met la nature en coupe réglée. Série documentaire de François de Riberolles (France, 2016, 3x43mn) Coproduction  : ARTE France, Les Films à Cinq MK2 21.00 CINÉMA LA DOUBLE VIE DE VÉRONIQUE De Paris à Cracovie, une harmonie secrète relie deux Véronique qui n’en font qu’une grâce au double jeu magistral d’Irène Jacob. L’un des plus grands succès de Krzysztof Kieślowski en France, porté par une superbe musique. Weronika, chanteuse à la voix d’or, s’est brûlé un doigt lorsqu’elle était petite. Elle aime les boules de cristal et souffre du cœur. Au cours d’un concert à Cracovie, elle meurt sur scène d’une crise cardiaque. À Paris, une jeune femme se sent soudainement emplie d’une tristesse qu’elle ne comprend pas. Véronique chante et, enfant, a failli se brûler le doigt. Elle aime les balles magiques et souffre, elle aussi, du cœur… L’ANGE AUX DEUX SOURIRES Avec La double vie de Véronique, c’est une seconde carrière de metteur en scène qui commence pour Krzysztof Kieslowski. ´ Accueilli en France comme l’une des dernières grandes consciences du cinéma européen, le cinéaste du Décalogue n’hésite plus à faire de ses héroïnes des icônes dédiées à l’amour. Vierges amantes et amoureuses souffrantes, elles sont le jouet du destin plus qu’elles ne jouent avec lui. Irène Jacob, loin d’être écrasée par ce double rôle, l’incarne avec une force d’inspiration rare. Quant aux images, accompagnées par les musiques de Zbigniew Preisner (d’un choral à une mélodie à la manière de Satie), elles portent le film à la frontière du sublime. 16 N°17 – Semaine du 22 au 28 avril 2017 – ARTE Magazine Film de Krzysztof Kieślowski (France/Pologne/Norvège, 1991, 1h33mn) - Scénario  : Krzysztof Kieślowski, Krzysztof Piesiewicz Avec  : Irène Jacob (Weronika/Véronique), Halina Gryglaszewska (la tante), Kalina Jedrusik (la femme bariolée), Aleksander Bardini (le chef d’orchestre), Władysław Kowalski (le père de Weronika), Jerzy Gudejko (Antek), Philippe Volter (Alexandre Fabri), Sandrine Dumas (Catherine), Louis Ducreux (le professeur), Claude Duneton (le père de Véronique) - Image  : Sławomir Idziak - Musique  : Zbigniew Preisner - Montage  : Jacques Witta - Production  : Sidéral Production, Studio Canal +, Filmowe Tor Production, Nosk Film - (R. du 16/4/2008) Version restaurée Prix d’interprétation féminine (Irène Jacob), Cannes 1991 Lire aussi page 9 SOIRÉE KRZYSZTOF KIEŚLOWSKI TVP
22.35 CINÉMA TU NE TUERAS POINT Astre noir du Décalogue de Krzysztof Kieślowski, époustouflante série de films consacrés aux dix commandements, un réquisitoire vibrant contre le droit de tuer. Yatzek, 20 ans, déambule, arrogant et maussade, dans les rues sombres de Varsovie. Ailleurs, un chauffeur de taxi nettoie méticuleusement son véhicule, tandis que dans le centre-ville un brillant élève juriste apprend sa réussite à l’examen du barreau. Ces trois destins vont se croiser dans des circonstances dramatiques… PRÉMÉDITATION Cinquième épisode du Décalogue, ce film met en scène deux mises à mort, dans une construction symétrique parfaite. La séquence du meurtre du chauffeur de taxi est violente, bestiale, très longue. La caméra s’accroche au visage de Yatzek, terrifié, traque le corps du chauffeur qui se débat. Dans la seconde partie, malgré l’énergie et la conviction déployées par son avocat, Yatzek est condamné. Pour tourner la scène du trépas, Kieslowski ´ a reconstitué au centimètre près la chambre d’exécution polonaise. Alors que Yatzek a tué le chauffeur dans la plus grande improvisation, son châtiment est prémédité et soigneusement préparé… L’avocat apparaît comme le porte-parole de Kieslowski. Après le procès, il raconte au juge qu’avant que Yatzek ne commette son crime il se trouvait dans le même café que lui, à la même heure. Peut-être aurait-il pu empêcher le drame s’il avait été plus attentif. Ce propos rappelle singulièrement Kieslowski, qui affirmait  : « Il y a dans la vie moderne – mais peut-être en a-t-il toujours été ainsi – comme une distraction générale. Faire attention, il me semble que c’est un premier pas vers l’amour. » ´ ´ (Krotki film o zabijaniu) Film de Krzysztof Kieślowski (Pologne, 1988, 1h22mn, VOSTF) Scénario  : Krzysztof Kieślowski - Avec  : Miroslaw Baka (Yatzek), Krzysztof Globisz (Peter), Jan Tesarz (le chauffeur de taxi), Krystyna Janda (la cliente), Zbigniew Zapasiewicz (le juge) - Image  : Slawomir Idziak Musique  : Zbigniew Preisner - Production  : Studio Filmowe Tor - (R. du 28/5/1999) Version restaurée Prix du jury, Cannes 1988 – Meilleur film, Prix du cinéma européen 1988 SOIRÉE KRZYSZTOF KIEŚLOWSKI N°17 – Semaine du 22 au 28 avril 2017 – ARTE Magazine JEAN-PIERRE MÉCHIN-AD LIBITUM 0.00 LA LUCARNE ENTRÉE DU PERSONNEL Dans des abattoirs industriels, alors que les bêtes sont démembrées en masse, les cadences et la répétitivité des gestes éreintent les corps des hommes. Une immersion vertigineuse. D’abord, il y a des centaines de bêtes – cochons, bœufs, moutons – qui défilent en flux continu vers la mort industrielle, dans un vacarme de machines qui grincent et s’entrechoquent. De l’autre côté de la chaîne, alignés comme une armée de clones en blouse blanche, femmes et hommes, certains en cotte de maille, abattent, découpent, désossent et emballent pour la mise en barquette, répétant les mêmes gestes à l’infini, jusqu’au vertige. Une éreintante chorégraphie, soumise à des cadences infernales qui les tuent, eux aussi, lentement. « Usés jusqu’à l’os », confient-ils en voix off, dans une parole anonyme par crainte des représailles. Avec une douloureuse lucidité, les ouvriers racontent l’habitude du sang qui jaillit et de l’odeur qui imprègne, l’accélération constante du rendement, les cauchemars quotidiens, l’aliénation. CORPS À L’ÉPREUVE Cette plongée dans les entrailles d’usines à viande modernes montre d’abord la violence du travail déshumanisé et les corps à l’épreuve. Manuela Frésil a notamment demandé aux opérateurs de mimer leurs gestes en plein air, exercice auquel ils se prêtent volontiers, comme pour exorciser l’extrême pénibilité de leur tâche. Celle-ci les condamne à de fréquentes tendinites et à des incapacités de travail, qui leur valent alors d’être remerciés. Les anciens rêvent de la retraite, mais n’espèrent pas en profiter plus de trois ans. Un témoignage fort en forme d’hommage à ces ouvriers de l’ombre. Grand prix de la sélection française, FID Marseille 2011 – Prix spécial du public, festival « Filmer le travail » 2012 Documentaire de Manuela Frésil (France, 2011, 59mn) - Production  : Ad Libitum, Mil Sabords, Télénantes, Yumi Productions I AVRIL 24 LUNDI 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :