Arte Magazine n°2017-09 25 fév 2017
Arte Magazine n°2017-09 25 fév 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-09 de 25 fév 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : beau séjour.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
DOCUMENTAIRE 1917 LE MONDE RENVERSÉ ARTE célèbre le centenaire de la révolution russe avec un documentaire foisonnant qui retrace pas à pas le tourbillon des événements. Grand spécialiste de la période, l’historien Marc Ferro * en a coécrit le commentaire et résume ici sa vision de l’année 1917. JULIANTO PRODUCTIONS/LES FILMS DU TAMBOUR DE LA SOIE LA « VRAIE » RÉVOLUTION « Pour les Russes, la vraie révolution, c’est celle de février, car c’est alors que le tsarisme, sa bureaucratie, sa police sont renversés, que les libertés sont instaurées et les prisons vidées. C’est le monde renversé au sens propre  : très vite, les ouvriers des usines dictent à leurs patrons le nouveau droit du travail ; les soldats convient leur aumônier à assister aux séances du Soviet ; et on a même vu des enfants de moins de 13 ans pétitionner pour leur droit à apprendre la boxe afin de se défendre contre les adultes ! Cette remise en cause spectaculaire de l’autorité dure des semaines, des mois même, et marque de façon indélébile ceux qui l’ont vécue. Le film montre bien l’importance de ces journées de février, en donnant à voir leur caractère absolument extraordinaire, merveilleux, pour la masse des gens ordinaires. » DE HAUT EN BAS « Dans la tradition historique, et pas seulement la soviétique, la grande révolution est celle d’octobre, parce qu’elle a créé un type nouveau de régime, imité dans bien des pays  : en Allemagne en 1918, en Hongrie en 1919, puis en Chine, à Cuba, en Angola, au Pérou avec le Sentier lumineux… Cette 6 N°9 – Semaine du 25 février au 3 mars 2017 – ARTE Magazine portée historique a recouvert celle de février. Mais pour la masse des Russes, Octobre a représenté plutôt à l’époque une révolution entre militants. Il n’y a pas eu pour eux de rupture significative dans la vie quotidienne. C’est après, avec la guerre civile et le communisme de guerre, puis sous Staline, avec la collectivisation et le goulag, que le monde sera à nouveau bouleversé. Ce qui a orienté mon travail sur la Russie, et qui se reflète dans ce documentaire, c’est l’envie de comprendre 1917 à partir d’en bas. De février à octobre, c’est néanmoins une seule révolution, un processus à la fois hasardeux et inéluctable. » EN DIRECT « Depuis la chute de l’URSS, la déclassification des documents écrits n’a pas apporté d’éléments fondamentalement nouveaux. Mais l’ouverture des archives cinématographiques a permis de découvrir une mine de documents visuels. Le film montre ce matériau très riche, qui donne énormément de substance au récit historique. On voit la vie quotidienne, les visages, on a l’impression de regarder cette révolution en direct, en particulier dans les premiers jours, et c’est très émouvant. » Â UA/RUE DES ARCHIVES
KERENSKI LE PRAGMATIQUE « Le député socialiste Alexandre Kerenski joue un rôle fondamental, car lors de l’insurrection de février, il est le seul à comprendre que la Douma doit se porter au-devant des révolutionnaires, sans quoi elle sera balayée. Il parvient ainsi à négocier au sein du Soviet de Petrograd un partage du pouvoir pour former un gouvernement provisoire avec les représentants de la bourgeoisie. En ce sens, il ouvre le chemin au processus révolutionnaire. Mais il n’a pas de doctrine. C’est un pragmatique et un humaniste, qui se place dans l’héritage de 1789 et des droits de l’homme. C’est notamment parce qu’il obéit à une logique gouvernementale, et non plus révolutionnaire, qu’il ne parvient pas à faire les réformes réclamées par le peuple, en particulier l’arrêt de la guerre et le partage des terres. » LÉNINE LE VISIONNAIRE « Tout l’inverse de Lénine. Pour lui, le marxisme constitue une vérité scientifique, c’est pourquoi il n’est pas démocrate  : si on croit au sens de l’histoire, la question de la majorité importe peu. C’est ainsi qu’au premier congrès des Soviets, alors qu’il n’a que 125 députés sur mille, il affirme qu’il est prêt à prendre le pouvoir, ce qui fait rire tout le monde. C’est un doctrinaire, oui, mais aussi un visionnaire, puisque de fait, en dépit de son isolement initial, il a su tirer avantage des tournants de l’histoire pour son idéologie et son projet révolutionnaires. Maintenant, on sait que sa vision du futur est erronée, mais en 1917, elle lui indique un chemin efficace pour s’emparer du pouvoir absolu. » CENTENAIRE « Comment la Russie postsoviétique va-t-elle commémorer l’événement ? Jusqu’ici, Vladimir Poutine a pratiqué une sorte de syncrétisme historique, en revendiquant l’héritage de la Russie éternelle, celle des tsars et de l’Église, mais aussi celui de Staline, artisan de la victoire de 1945 – de loin l’événement qui revêt pour la population la plus grande importance, d’après les sondages –, et même celui de la perestroïka, puisqu’il a rendu hommage aux victimes du goulag. Il sera intéressant d’observer quelle part de 1917 il veut s’approprier. » Propos recueillis par Irène Berelowitch * Auteur notamment de La révolution de 1917 (Aubier, 1967, rééd. Albin Michel, 1997), et de 1917 – Les hommes de la révolution (Omnibus, 2011), Marc Ferro a présenté et commenté sur ARTE de 1992 à 2001, l’émission Histoire parallèle. N°9 – Semaine du 25 février au 3 mars 2017 – ARTE Magazine Mardi 28 février à 20.50 LÉNINE, UNE AUTRE HISTOIRE DE LA RÉVOLUTION RUSSE Lire pages 18-19 Retrouvez l’intégralité de l’entretien sur artemagazine.fr. 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :