Arte Magazine n°2017-07 11 fév 2017
Arte Magazine n°2017-07 11 fév 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-07 de 11 fév 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : centre pompidou, 40 ans de tubes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
FÉVRIER 13 LUNDI 20.05 28 MINUTES Le rendez-vous quotidien consacré à l’actualité et au débat, présenté par Élisabeth Quin. Présentée par Élisabeth Quin, la quotidienne d’ARTE s’impose comme une référence en matière d’émission de débats grâce à son regard décalé sur l’actualité, son club du vendredi et sa structure en trois parties la semaine. L’interview d’un invité ouvre l’émission ; la deuxième partie est consacrée au débat du jour autour d’un sujet d’actualité avec deux ou trois intervenants ; la troisième, plus légère, reste en écho avec l’information, portée par Xavier Mauduit et François Saltiel. Renaud Dély, Thomas Legrand, Guillaume Roquette, Claude Askolovitch et Arnaud Leparmentier rejoignent une fois par semaine Élisabeth Quin et Nadia Daam, sans oublier les rubriques «Empreinte digitale» de Marc-Antoine de Poret, «Mise au point» de Sandrine Le Calvez, «Kiss kiss bang bang» de Thibaut Nolte, «Désintox» en partenariat avec Libération et «Dérive des continents» de Benoît Forgeard. 0 1 e Sur le Web, les internautes peuvent, avant l’émission, poser des questions via le site et les réseaux sociaux, mais aussi discuter entre eux pendant la diffusion, voir le replay et découvrir des bonus. Magazine présenté par Élisabeth Quin (France, 2017, 43mn) – Coproduction  : ARTE France, KM 20.45 SILEX AND THE CITY ÉVOLUTION EN CONTINU Escortée de nombreux guests, la famille Dotcom boucle en beauté son cycle d’évolution. Aujourd’hui  : les chaînes d’évolution en continu sont une source intarissable d’informations sur la sélection naturelle en temps réel. Mais quand elles n’ont rien à dire, à quoi ça sert de mouler pendant des heures devant «Direct-huîtres» ? Série d’animation de Jul (France, 2016, 30x3mn) – Réalisation  : Jean-Paul Guigue – Coproduction  : ARTE France, Haut et Court TV, avec la participation du Studio Je Suis Bien Content 16 N°7 – Semaine du 11 au 17 février 2017 – ARTE Magazine BAC FILMS 20.50 CINÉMA LA DEMOISELLE D’HONNEUR Un fils exemplaire s’éprend d’une mythomane rencontrée au mariage de sa sœur. Un drame noir ciselé dans le plus pur style chabrolien, avec une très juste et troublante Laura Smet. Dans une bourgade de province, Philippe Tardieu, jeune et sérieux agent commercial, tente d’épauler sa mère courage, coiffeuse à domicile, dans l’éducation des deux cadettes. Une vie gentiment monochrome qui prend soudain les couleurs de la passion quand, au mariage de sa sœur, il rencontre Senta, énigmatique demoiselle d’honneur. Mythomane, la jeune femme va l’entraîner dans ses filets et l’emporter peu à peu dans sa folie. PULSIONS REFOULÉES Dès le long travelling du générique dans une zone pavillonnaire incolore, Chabrol s’ingénie à inquiéter, avec l’air de ne pas y toucher. Derrière les façades du quotidien petit-bourgeois, le drame menace sourdement, la douce routine masquant les pulsions
refoulées et les frustrations. Adapté d’un roman de l’écrivaine britannique Ruth Rendell, comme La cérémonie quelques années plus tôt, La demoiselle d’honneur ausculte la face noire de la vie ordinaire avec une macabre jubilation. Une tension insidieuse qui s’infiltre dans les moindres détails, comme ce buste de femme que Philippe (Benoît Magimel, parfait en fils modèle sous influence) chérit en fétichiste. Plus fantasme que femme, Senta – Laura Smet dont la présence, entre ingénuité et folie vénéneuse, habite l’écran –, elle, se terre dans une cave sanctuaire propice à ses dérives. Avec son art de la chronique satirique, portée par une galerie de personnages secondaires finement campés, le cinéaste ménage le suspense, soufflant le chaud et le froid, l’humour et l’horreur, la réalité et la fiction du mensonge, pour mieux troubler. Lire aussi page 9 CYCLE CLAUDE CHABROL L’enfer et Betty, lundi 27 février à partir de 20.55 SPÉCIAL BERLINALE 1 Film de Claude Chabrol (France, 2004, 1h51mn) – Scénario  : Claude Chabrol, Pierre Leccia, d’après le roman éponyme de Ruth Rendell – Avec  : Benoît Magimel (Philippe Tardieu), Laura Smet (Stéphanie/Senta Bellange), Aurore Clément (Christine), Bernard Le Coq (Gérard Courtois), Solène Bouton (Sophie Tardieu), Anna Mihalcea (Patricia Tardieu), Michel Duchaussoy (le clochard) – Image  : Eduardo Serra – Montage  : Monique Fardoulis – Musique  : Matthieu Chabrol – Production  : Alicéléo, Canal Diffusion, France 2 Cinéma, Integral Film SWR 22.40 CINÉMA CHEMIN DE CROIX En quatorze tableaux, le glaçant chemin de croix d’une adolescente élevée dans l’intégrisme catholique. Non loin de Stuttgart, la famille Göttler élève ses quatre enfants dans la foi de la congrégation catholique saint Paulus, dont les préceptes intégristes rejettent l’«hérésie» prônée par le Vatican depuis les années 1960. Maria, l’aînée, s’apprête à faire sa confirmation, pour devenir soldat du Christ en lutte contre les forces du Malin. À 14 ans, fervente croyante, elle fait de cette mission un sacerdoce. Mais entre l’éducation sévère prodiguée par sa mère et les exhortations de son directeur de conscience, le père Weber, à résister aux tentations sataniques de la vie moderne, l’adolescente est aussi confrontée aux affres et aux contradictions de la puberté. Isolée de ses camarades de classe en raison de son intransigeance, elle se fanatise peu à peu, au risque de se jeter à corps perdu dans une mystique du sacrifice. PASSION En quatorze tableaux – plans-séquences au cadrage fixe et à la composition dépouillée –, inspirés par les stations successives de la Passion, Dietrich Brüggemanndonne corps au carcan étouffant qui enferme sa jeune héroïne, littéralement torturée par l’éducation qui lui est infligée. Le réalisateur, qui a écrit le scénario avec sa sœur Anna, s’appuie sur sa propre expérience  : il a côtoyé dans sa jeunesse des fidèles de la Fraternité Saint- Pie-X, qui lui ont inspiré la congrégation fictive de son film. Chemin de croix révèle aussi le talent subtil de sa jeune interprète, Lea von Acken, dans un éblouissant premier rôle. Ours d’argent du meilleur scénario et Prix du jury œcuménique, Berlinale 2014 SPÉCIAL BERLINALE (Kreuzweg) Téléfilm de Dietrich Brüggemann(Allemagne, 2013, 1h43mn, VF) – Scénario  : Dietrich et Anna Brüggemann– Avec  : Lea von Acken (Maria), Florian Stetter (le père Weber), Michael Kamp (le père), Franziska Weisz (la mère), Lucie Aron (Bernadette), Moritz Knapp(Christian), Georg Wesch (Thomas), Chiara Palmeri (Katharina), Linus Fluhr (Johannes) – Image  : Alexander Sass – Montage  : Vincent Assmann– Coproduction  : ARTE/SWR, UFA Fiction Produktion, cine plus Filmproduktion GmbH N°7 – Semaine du 11 au 17 février 2017 – ARTE Magazine SARRAZINK PRODUCTIONS 0.25 CINÉMA HISTOIRE DE JUDAS Une incarnation charnelle et poétique du mythe de Jésus qui fait de Judas, interprété par le cinéaste lui-même, le plus fidèle de ses disciples. Dans la Judée occupée par Rome, Judas Iscariote suit fidèlement et ardemment les pérégrinations de Jésus, son ami, doux révolutionnaire prêchant l’amour et la liberté avec un succès croissant, au point de susciter contre lui la colère des puissants. Ni traître ni suicidaire, Judas reste constamment à son côté, de son jeûne dans le désert à son emprisonnement, et se désespère de ne pouvoir empêcher son supplice. FIGURES LIBRES Dans son cinquième long métrage, Rabah Ameur-Zaïmeche (Wesh wesh, Les chants de Mandrin) livre sa propre vision, poétique et libre, de la figure de Jésus, en réhabilitant celle de Judas, qui a nourri l’antisémitisme des siècles durant, et en faisant de leur lien indissoluble le pivot central de son film. Avec ce récit d’une beauté dépouillée, tourné dans les paysages somptueux de l’Algérie, son pays natal, le cinéaste insuffle au mythe une vérité charnelle et singulière. Prix du jury œcuménique, Berlinale 2015 SPÉCIAL BERLINALE Film de Rabah Ameur-Zaïmeche (France/Algérie, 2015, 1h36mn) – Scénario  : Rabah Ameur-Zaïmeche Avec  : Nabil Djedouani (Jésus), MohamedAroussi (Barabbas), Rabah Ameur-Zaïmeche (Judas), Marie Loustalot (Bethsabée), Régis Laroche (Ponce Pilate), Nouari Nezzar (Caïphe) – Image  : Irina Lubtchansky – Montage  : Grégoire Pontécaille Musique  : Rodolphe Burger, Élise Caron, Nabila Mokeddem – Coproduction  : Sarrazink Productions, ARTE France Cinéma FÉVRIER LUNDI 17 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :