Arte Magazine n°2017-05 28 jan 2017
Arte Magazine n°2017-05 28 jan 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-05 de 28 jan 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : l'empereur en majesté.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
JANVIER 29 DIMANCHE CHRISTOPHE L 19.00 PERSONNE NE BOUGE ! Au menu de ce Personne ne bouge ! nouvelle formule, la Chine, les 40 ans de Beaubourg et Iggy Pop. Pour fêter le Nouvel An chinois, pleins feux sur la Chine éternelle, de l’inoubliable In the mood for love de Wong Kar-wai à l’inusable col Mao en passant par la méthode de «l’export chinois» qui permet de devenir célèbre, dans le sillage de Jackie Chan. Pour fêter le 40 e anniversaire du Centre Georges-Pompidou, retour sur le tollé suscité par sa construction, visite express de ce lieu unique et liste de dix-huit choses que vous ignorez probablement à son propos. Pour fêter la sortie de Gimme danger, documentaire que Jim Jarmusch consacre à Iggy Pop, portrait de l’icône du rock, jukebox avec «In the death car» et une perle rare  : Iggy en tongs et (si, si) chemise, en 1977, face à Yves Mourousi. Revue culturelle de Philippe Collin et Frédéric Bonnaud (France, 2017, 43mn) - Coproduction  : ARTE France, Ex Nihilo 20.15 VOX POP EUROPE  : TERRES À VENDRE Chaque semaine, Vox pop enquête sur la société européenne. Des firmes et des fonds d’investissement du Qatar, du Liban ou de Chine ont jeté leur dévolu sur des exploitations agricoles européennes. Enquête en France, où des Chinois achètent des terres arables. L’interview  : Maria Heubuch, eurodéputée verte et agricultrice allemande, à l’origine d’un rapport sur les dangers de la concentration des terres. Le «Vox report»  : aux Pays-Bas, un adjoint du maire de Rotterdam aimerait imposer la contraception à des femmes jugées incapables d’être mères. Le tour d’Europe des correspondants  : comment nos voisins préservent leurs terres. En partenariat avec pNews Republic Magazine présenté par John Paul Lepers (France, 2017, 28mn) - Coproduction  : ARTE France, Magneto Presse 20.45 CINÉMA LE PARRAIN II L’une des plus grandes sagas de l’histoire du cinéma. Deuxième volet, de l’ascension du petit Vito à l’empire de la terreur bâti par son fils Michael. Despote sanguinaire et de plus en plus solitaire, Michael affermit sa couronne, dirigeant d’une main de fer l’empire que lui a légué son père, et cherche à étendre ses diverses activités criminelles à Las Vegas, Hollywood et Cuba. En parallèle, le film conte en flashback l’ascension de son père défunt, Vito, petit orphelin sicilien victime de la mafia, immigrant miséreux des années 1910, puis jeune bandit plein d’ambition. Robert De Niro incarne avec superbe ce self-mademan du crime, tout comme Al Pacino, impassible et glacé, personnifie magnifiquement la tragédie de son héritier dans sa descente aux enfers. À noter que c’est le célèbre Dean Tavoularis, créateur de l’appartement oppressant de Carnage, le dernier Polanski, qui a conçu les splendides décors du film. 14 N°5 – Semaine du 28 janvier au 3 février 2017 – ARTE Magazine PARAMOUT PICTURES Cinq Oscars en 1975  : meilleur film, meilleure mise en scène, meilleur second rôle masculin (Robert De Niro), meilleure musique, meilleurs décors – Bafta 1976 du meilleur acteur (Al Pacino) ARTE diffuse Le parrain III le dimanche 5 février à 20.45. (The godfather part II) Film de Francis Ford Coppola (États-Unis, 1974, 3h13mn, VF/VOSTF) Avec  : Al Pacino (Don Michael Corleone), Robert Duvall (Tom Hagen), Diane Keaton (Kay Corleone), Robert De Niro (Don Vito Corleone), John Cazale (Fredo Corleone), Michael V. Gazzo (Frankie Pentangeli), Lee Strasberg (Hyman Roth), Tom Rosqui (Rocco Lampone) - Image  : Gordon Willis Montage  : Barry Malkin, Richard Marks, Peter Zinner - Décors  : George R. Nelson, Dean Tavoularis, Angelo Graham - Musique  : Nino Rota, Carmine Coppola - Production  : Paramount Pictures, The Coppola Company - (R. du 15/1/2012)
Matthias Bothor/Flying Moon Filmproduktion Matthias Bothor/Flying Moon Filmproduktion 0.00 FEMMES MARIACHIS Sur fond de machisme ordinaire, un aperçu du difficile rôle des femmes dans la culture mariachi, à travers deux ensembles de musiciennes de Mexico, que l’on suit dans les réjouissances hautes en couleur de la Fête des morts. La musique mariachi est aussi indissociable du folklore mexicain que la tequila ou les nachos. Récemment inscrite au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco, elle associe traditionnellement au chant des instruments à cordes (guitares, parfois violons), ainsi que des trompettes. Colportée de fête en fête par des ensembles itinérants, elle parle du lien à la terre et au pays natal, à la religion, à la nature et, bien sûr, de la force de l’amour. L’apprentissage à l’oreille constitue le principal moyen de transmission de ces mélodies qui font vibrer le cœur de tous les Mexicains. Mais la réalité est loin d’être facile pour les chanteurs qui travaillent dur et sont très mal payés. Sans parler des difficultés à s’imposer dans ce milieu macho lorsque l’on est une femme. Cela ne décourage pas pour autant certaines passionnées de se lancer dans cette carrière, comme en témoigne María del Carmen. La réalisatrice l’a suivie avec ses collègues des Estrellas de Jalisco et des Pioneras, deux groupes féminins, lors de la Fête des morts, l’une des célébrations les plus importantes du Mexique. En quête d’une vie meilleure, María chante l’amour, la mort et la misère dans les rues de Mexico. Un touchant tableau sur la force des femmes et le pouvoir de la musique dans une société encore profondément machiste. Documentaire de Doris Dörrie (Allemagne, 2014, 1h25mn) N°5 – Semaine du 28 janvier au 3 février 2017 – ARTE Magazine Richard A-. Egli 1.25 POLINA SEMIONOVA UNE ÉTOILE ENTRE NEW YORK ET BERLIN Portrait intime de l’une des plus grandes danseuses classiques de sa génération, à un tournant de sa vie, qu’elle partage entre l’Allemagne et les États-Unis. Artiste d’origine russe, Polina Semionova s’est imposée par sa présence scénique, sa grâce et sa précision. En 2012, la jeune femme a quitté le Staatsballett de Berlin après dix ans, malgré le succès qu’elle y a rencontré, pour devenir la soliste principale de l’American Ballet Theatre de New York. Pourquoi ce nouveau départ, alors que la concurrence est extrêmement forte aux États-Unis, et que la danseuse doit vivre loin de son mari, resté à Berlin ? Si la capitale allemande l’a transformée et lui a permis de forger sa personnalité, la ballerine a voulu entamer un autre chapitre de sa carrière. Un documentaire intimiste qui retrace son itinéraire, et brosse le portrait d’une femme attachante et déterminée. Documentaire de Carsten Fiebeler (Allemagne, 2014, 53mn) - (R. du 31/8/2014) JANVIER 29 DIMANCHE 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :