Arte Magazine n°2017-02 7 jan 2017
Arte Magazine n°2017-02 7 jan 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-02 de 7 jan 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'héritage empoisonné.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
JANVIER 11 MERCREDI SCHRAMM FILM/CHRISTIAN SCHULZ 20.55 CINÉMA PHOENIX Dans le Berlin de l’après-guerre, une ancienne déportée se lance dans un jeu dangereux. Après Barbara, Christian Petzold entraîne Nina Hoss dans un drame vertigineux. Après avoir survécu à Auschwitz, Nelly Lenz, gravement brûlée, a pu bénéficier d’une opération de chirurgie réparatrice qui lui a donné un nouveau visage. Les mois de convalescence ont été longs et elle s’apprête à rentrer enfin à Berlin. Aidée par son amie Lene Winter, qui travaille à l’Agence juive, Nelly espère y retrouver la trace de sa famille. Elle recherche surtout Johnny, son mari pianiste, dont elle est sans nouvelles. Lene assure que ce dernier avait déposé une demande de divorce juste avant l’arrestation de Nelly, mais celle-ci refuse de la croire. Un jour, elle croise Johnny près du Phoenix, une boîte de nuit où les soldats américains viennent s’amuser, et où il est désormais serveur. Surpris par sa troublante ressemblance avec l’épouse qu’il croit morte, Johnny lui propose de se faire passer pour elle afin qu’il puisse hériter des biens de ses riches beaux-parents. Nelly accepte… FANTÔMES Tel un fantôme revenu du monde des morts, Nelly, une chanteuse juive rescapée des camps, veut renouer le fil de son existence auprès de l’homme qu’elle a aimé. Mais peut-on récupérer sa vie quand on a tout perdu, y compris ce qui faisait son identité ? Lancée dans une quête entêtée, Nelly va se laisser façonner par celui qui fut son mari pour qu’il reconnaisse en elle celle qu’elle a été. Après Barbara, Christian Petzold retrouve Nina Hoss, son actrice fétiche, pour une vertigineuse plongée hitchcockienne dans un pan douloureux de l’histoire allemande. Un étourdissant portrait de femme. Film de Christian Petzold (Allemagne/Pologne, 2014, 1h31 mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Christian Petzold, Harun Farocki, d’après le roman d’Hubert Monteilhet, Le retour des cendres - Avec  : Nina Hoss (Nelly Lenz), Ronald Zehrfeld (Johnny Lenz), Nina Kunzendorf (Lene Winter), Michael Maertens (le médecin), Imogen Kogge (Elisabeth), Uwe Preuss (le propriétaire du club) - Image  : Hans Fromm - Montage  : Bettina Böhler - Musique  : Stefan Will - Coproduction  : WDR/ARTE, Schramm Film Koerner & Weber, BR Prix Fipresci de la critique, Saint-Sébastien 2014 Suivi d’un documentaire sur la Nouvelle Vague du cinéma allemand, avec, entre autres, Christian Petzold. 20 N°2 – Semaine du 7 au 13 janvier 2017 – ARTE Magazine TELEKULT 22.25 LE DOCUMENTAIRE CULTUREL LA NOUVELLE VAGUE BERLINOISE Retour sur l’émergence du nouveau cinéma allemand (Christian Petzold, Thomas Arslan, Angela Schanelec…), des années 1990 à aujourd’hui. Au milieu des années 1990, une poignée de jeunes réalisateurs allemands – dont beaucoup sont issus de l’Académie du film et de la télévision de Berlin – se distinguent avec des œuvres dont la maîtrise formelle va de pair avec une quête d’authenticité. Les plus fameux représentants de ce cinéma d’auteur en prise avec le réel se nomment Christian Petzold (photo), Thomas Arslan ou Angela Schanelec. Leurs films parlent d’expériences humaines singulières dans un présent en ébullition, quelques années après la réunification allemande. La critique ne tarde pas à les regrouper sous le nom d’« École berlinoise », tandis qu’en France on évoque l’émergence d’une « Nouvelle Vague allemande », digne héritière du cinéma allemand des années 1960-1970, représenté par Fassbinder, Herzog ou Schlöndorff. DISTANCE ÉMOTIONNELLE La vie clandestine d’anciens terroristes d’extrême gauche dans Contrôle d’identité de Christian Petzold (2000), le quotidien d’un groupe de jeunes Turcs de Berlin chez Thomas Arslan, ou encore le parcours d’une jeune photographe berlinoise dans Marseille (2004) d’Angela Schanelec  : leurs œuvres les plus marquantes conjuguent distance émotionnelle, minimalisme et goût assumé pour le drame social. En donnant la parole à ses représentants les plus importants, André Hörmannoffre un regard rétrospectif sur ce mouvement cinématographique aussi généreux qu’exigeant. Documentaire d’André Hörmann(Allemagne, 2016, 52mn) ALFAMA FILMS
23.20 CINÉMA MON ÂME PAR TOI GUÉRIE Frédi se confronte au don de guérisseur qu’il a toujours refusé. Entre irrationnel et rudesse du quotidien, l’histoire d’une rédemption, portée par la puissance de jeu de Grégory Gadebois. Frédi a hérité de sa mère le don de guérir. Mais il refuse de s’en servir. Perpétuellement en colère, il se défoule en ratiboisant des arbres. Comme ses proches, Frédi vit dans un mobil-home sur le versant pauvre de la Côte d’Azur. Un jour, à moto, il renverse un enfant, qui tombe dans le coma, et il veut à tout prix l’empêcher de mourir. Puis, il perd son travail d’élagueur après une crise d’épilepsie. Embauché dans une piscine, il croise un homme atteint d’une violente hémorragie, qu’il parvient à stopper. BRUT DE DÉCOFFRAGE Ours mal léché attachant, Frédi, interprété avec force et sensibilité par Grégory Gadebois, se laisse rattraper par son encombrant don, qui lui procure d’étranges visions. Aussi sinueux que les routes du bord de mer qu’il sillonne à moto, ce chemin de rédemption débouchera sur une histoire d’amour avec Nina, une alcoolique à qui Céline Sallette apporte grâce et légèreté. Tout en se tenant à la lisière du fantastique, le film reste ancré dans un réalisme brut de décoffrage, souligné par une bande-son rock déjantée. Lire aussi page 9 Film de François Dupeyron (France, 2013, 1h59mn) Scénario  : François Dupeyron, d’après son roman Chacun pour soi, Dieu s’en fout - Avec  : Grégory Gadebois (Frédi), Céline Sallette (Nina), Jean-Pierre Darroussin (le père de Frédi), Marie Payen (Josiane), Philippe Rebbot (Nanar), Mélody Soudier (Lucie) - Image  : Yves Angelo Musique  : Nina Hagen, Roman Reg, Vanupié, The Swingsons - Montage  : Dominique Faysse Production  : Alfama Films, Kinology N°2 – Semaine du 7 au 13 janvier 2017 – ARTE Magazine 1.20 COURT-CIRCUIT N°828 SPÉCIAL « LA FIN DE L’INNOCENCE » GINNY Une adolescente raconte ce qui s’est passé quand, avec ses copains, ils ont décidé de jeter un chat par la fenêtre d’une HLM de leur banlieue anglaise. Court métrage d’animation de Susi Jirkuff (Autriche, 2015, 5mn, VOSTF) PREMIÈRE FOIS Alors que Diamond island, son premier long métrage, est sorti fin 2016, Davy Chou revient sur ses « premières fois » cinématographiques. SES SOUFFLES Lizon vient d’assister à l’anniversaire de sa copine Marie, et rêve de la même fête  : un anniversaire avec un gâteau, des bougies et ses amies, chez elle, dans la voiture… Prix du public, Festival européen du court métrage de Bordeaux 2016 Court métrage de Just Philippot (France, 2014, 23mn) - (R. du 27/3/2015) SHORT CUTS Graphiste et réalisateur de films d’animation, Zaven Najjar revisite en une minute animée Le parrain de Francis Ford Coppola. NELSON Deux adolescents en quête d’expériences se rendent chez des prostituées. Suivi d’une rencontre avec Juliette Klinke. Prix de la relève, Journées de Soleure, Suisse, 2016 – Prix de la critique, Mons 2016 – Prix ARTE, Namur 2015 Court métrage de Juliette Klinke et Thomas Xhignesse (Belgique, 2015, 11mn) - (R. du 8/4/2016) Magazine du court métrage (France, 2016, 50mn) Suivi du moyen métrage We will never be royals à 2.15. JANVIER 21 11 MERCREDI



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :