Arte Magazine n°2016-51 17 déc 2016
Arte Magazine n°2016-51 17 déc 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-51 de 17 déc 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : les mondes perdus.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
MARCELANGE MICHAUD WEB IL REVIENT QUAND BERTRAND ? PETIT MANUEL D’ESPIONNAGE... ROMANTIQUE LARGUÉ PAR SA COPINE, UN JEUNE HOMME DÉCIDE DE LA TRAQUER EN LIGNE. Façon «Homeland du quotidien», Il revient quand Bertrand ?, la nouvelle webfiction humoristique d’ARTE Creative, se joue de notre fascination pour les écrans. Dix épisodes à déguster depuis le 21 novembre. LES ALGORITHMES DES MOTEURS DE RECHERCHE et des réseaux sociaux connaissent mieux que nous nos goûts, nos désirs et nos habitudes. De ce constat, les scénaristes Julien Sibony et Hélène Lombard tirent une comédie rythmée et drolatique en dix épisodes  : Il revient quand Bertrand ? BERTRAND, 25 ANS, CHEVEUX EN BATAILLE et baskets aux pieds, vient d’être largué par sa copine Magalie après cinq ans de relation plan-plan, entre soirées sushis-série et sorties au ciné. Vexé, il prétend entamer un tour du monde, mais échoue en réalité chez Gus, le voisin bourru, qui lui offre la planque idéale  : ancien militaire, Gus a hacké toutes les webcams des occupants de l’immeuble. Son appartement ressemble à la salle de contrôle d’un aéroport  : on y espionne les allées, venues, faits et gestes de tous les habitants. CONSULTATION DE L’ACTIVITÉ FACEBOOK de Magalie, de ses conversations Skype, de ses recherches Google, de ses e-mails...  : Bertrand, sorte de Tintin casanier, décide de pister les traces de Magalie sur le Web afin de la reconquérir. Aidé par Gus, capitaine Haddock rondouillard qui le coache à coups de maximes militaires et de préceptes romantiques, il imagine des scénarios pour la manipuler. La narration se déploie par écrans interposés, donnant lieu à des séquences savoureuses  : Bertrand reconstitue les dialogues de Magalie et ses copines en lisant sur leurs lèvres ou assiste par vidéosurveillance à une fête organisée par son ex. Il est le spectateur impuissant de sa propre vie, malgré ses tentatives pour la prendre en main. SI BERTRAND ET GUS passent l’essentiel des dix épisodes vautrés dans des fauteuils, devant leurs ordinateurs, le rythme de la série ne faiblit jamais. Dans chaque épisode se déploie une intrigue propre. «Nous espérons que le spectateur internaute ira d’épisode en épisode mû par le plaisir de la comédie, bien sûr, mais aussi par la volonté de savoir comment se dénouent les enjeux romantiques», expliquent Julien Sibony et Hélène Lombard, qui ont pensé Il revient quand Bertrand ? comme un «Homeland du quotidien ou un La vie des autres à la sauce Facebook». Hervé Marchon 8 N°51 – Semaine du 17 au 23 décembre 2016 – ARTE Magazine arte CRE TIVE IL REVIENT QUAND BERTRAND ? Websérie de Julien Sibony et Hélène Lombard, sur une idée originale de Camille Duvelleroy, Méline Engerbeau et Hélène Lombard (France, 2016, 10x9mn) Avec  : Bertrand Usclat, Vincent Debost et Louise Coldefy – Réalisation  : Guillaume Cremonese Coproduction  : ARTE France, Once Upon arte.tv/irqb
VISUAL ILS SONT SUR ARTE KRISTEN STEWART ELLE MÈNE SA VIE ET SA CARRIÈRE PIED AU PLANCHER. Fille d’une scripte et d’un producteur de télé, très tôt diagnostiquée hyperactive, Kristen Stewart marque les esprits à 12 ans dans Panic room au côté de Jodie Foster. Son rôle de Bella Swan dans la série Twilight lui assurera, six ans plus tard, une renommée mondiale, décuplée par son idylle médiatisée avec son vampire de partenaire, Robert Pattinson. Depuis, chacune de ses sorties est scrutée à la loupe, et ses yeux charbonneux font la joie des marques de luxe. Avec Sils Maria, le Français Olivier Assayas lui confie un rôle dont elle ne rêvait même plus en privé  : celui d’une fille à l’ombre de la célébrité. Ironie de l’histoire, ce personnage en retrait lui a valu le seul César qu’une actrice américaine ait jamais remporté. Kristen Stewart sera bientôt à l’affiche de Personal shopper, du même cinéaste, qui sort en salles le 14 décembre. Sils Maria, mercredi 21 décembre à 20.55 PIAS AGNES OBEL ELLE VIENT D’ENTAMER LA TOURNÉE EUROPÉENNE de Citizen of glass, son troisième album. Longuement mûri, celui-ci explore l’idée de transparence, celle que les sociétés s’imposent comme celle, pure et changeante, du verre. Les morceaux, toujours aussi raffinés, font une grande place aux sonorités numériques et aux instruments rares (épinette, célesta, trautonium). Un écrin sophistiqué qui met en valeur la voix rêveuse de la chanteuse danoise. Depuis Philharmonics, son premier opus à succès, les paysages intérieurs d’Agnes Obel prennent de nouvelles couleurs, tout en douceur. Agnes Obel au collège des Bernardins, vendredi 23 décembre à 0.10 N°51 – Semaine du 17 au 23 décembre 2016 – ARTE Magazine JOSHUA BELL JOSHUA BELL 32 DOLLARS  : C’EST LA MAIGRE SOMME QU’IL A RÉCOLTÉE lorsqu’il s’est produit à la sortie d’une station de métro à Washington. Les passants, trop pressés, n’avaient pas reconnu le violoniste penché sur son Stradivarius à... 3,5 millions de dollars. À bientôt 49 ans, ce natif de l’Indiana est pourtant l’un des musiciens classiques les plus connus sur le continent américain. Il a joué à la Maison-Blanche pour Barack Obama, ému trois cent mille spectateurs à Central Park, animé des talkshows et vendu cinq millions d’exemplaires de son disque Romance of the violin. Entre deux concerts et enregistrements (un Brahms dernièrement chez Sony Classical), ce fils d’universitaires, propulsé directeur de l’Académie de St Martin in the Fields, promeut les vertus éducatives de l’art dans les écoles primaires. Tchaïkovski, concerto pour violon, dimanche 18 décembre à 18.30 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :