Arte Magazine n°2016-50 10 déc 2016
Arte Magazine n°2016-50 10 déc 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-50 de 10 déc 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : le passe-muraille.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
DÉCEMBRE 10 SAMEDI PUBLIC DOMAIN 21.40 L’AVENTURE HUMAINE À LA RECHERCHE DU TRÉSOR DES ROMANOV Que sont devenus les bijoux et les objets précieux des Romanov après la révolution bolchevique de 1917 ? Une enquête qui démêle mythes et vérités historiques. L’une des conséquences inattendues de l’effondrement de l’URSS est un regain d’intérêt pour l’or, les bijoux et les objets précieux qui appartenaient autsar et à ses proches. Ils sont nombreux à fouiller les archives, à compulser des catalogues censés répertorier diverses pièces ou à courir les salles des ventes – à l’instar de Nadejda Danilevitch, qui a fait partie de la commission d’enquête sur l’exécution de Nicolas II – et à tenter de retracer le parcours des biens personnels des Romanov. L’oligarque milliardaire Alexeï Ivanov, lui, rachète les mythiques œufs Fabergé, fleurons du trésor dutsar. On sait qu’en 1917, parce qu’ils avaient besoin de liquidités, les bolcheviques ont vendu une partie des biens de valeur trouvés au Kremlin, ainsi que ceux que Nicolas II avait cachés au couvent Saint-Jean de Tobolsk, en Sibérie. Mais d’aucuns prétendent qu’une mystérieuse cachette recèlerait d’autres trésors, voire qu’un train chargé d’or aurait sombré dans le lac Baïkal ! Plus sérieusement, il semble que les diamants de l’impératrice et des grandes-duchesses aient été cédés aux plus offrants. Et que certains Russes blancs ont obtenu une part du gâteau, mise à profit pour aider leur communauté en exil… Documentaire de Sissi Hüetlin et Jobst Knigge (Allemagne, 2012, 52mn) - (R. du 25/5/2013) 22.35 SCIENCES JE ME SOUVIENS DONC JE ME TROMPE La science cerne de mieux en mieux les mécanismes de notre mémoire, plus fragile qu’on ne le pense, et donc manipulable. Une enquête troublante sur les infidélités de notre cerveau. Nous percevons spontanément notre mémoire comme un disque de stockage, qui archive au fur et à mesure les éléments de notre vécu. C’est en effet l’une de ses fonctions, mais si nous pouvons en mesurer empiriquement certaines failles, nous n’en soupçonnons ni la complexité ni la malléabilité. Influençable, la mémoire nous joue en réalité des tours en permanence. Au cours de la vie, des chocs physiques ou psychiques ne cessent d’altérer nos souvenirs proches ou lointains. Dès 1974, une psychologue américaine, Elizabeth Loftus, a mis en lumière ce qu’elle appelle le syndrome des faux souvenirs. Reconstruites à partir de récits a posteriori, nos réminiscences sont suspectes, en particulier celles de la petite enfance. Comment démêler le vrai du faux ? Sommes-nous condamnés à être trahis par notre cerveau ? Du MIT américain à l’université de Louvain en Belgique, des dizaines de chercheurs s’attachent à 12 N°50 – Semaine du 10 au 16 décembre 2016 – ARTE Magazine SCIENTIFILMS comprendre les mécanismes de ces distorsions, grâce à l’imagerie cérébrale et aux protocoles expérimentaux. LAVAGES DE CERVEAU En faisant le point sur ces recherches, ce documentaire troublant explore aussi la manipulation de la mémoire. Les neurobiologistes expérimentent aujourd’hui des méthodes pour effacer les souvenirs ou les faire émerger. Si ces innovations semblent encourageantes dans le traitement du stress post-traumatique ou de maladies comme Alzheimer, le réalisateur Raphaël Hitier (Paysages d’ici et d’ailleurs) pointe les possibles dérives de telles pratiques. Des chercheurs du CNRS savent ainsi désormais implanter des souvenirs artificiels chez des souris. Qu’en sera-t-il demain de la mémoire humaine ? Documentaire de Raphaël Hitier (France, 2016, 53mn) - Coproduction  : ARTE France, Scientifilms
DIMANCHE 11 DÉCEMBRE JOURNÉE 5.20 L7 M NOUS, LES BÉBÉS ANIMAUX Les dauphins ; Les chimpanzés ; Les kangourous ; Les pandas ; Les hippopotames 6.35 L7 R LA MALÉDICTION DU FAUCON (16-17) Programme jeunesse 7.25 L7 R RATATAT Cours de vélo ; Comme un poisson dans l’eau ; Un après-midi à la piscine ; Une journée au parc d’attractions Programme jeunesse 8.05 L7 E ARTE JUNIOR Programmes jeunesse (2016, 1h45mn) Au sommaire  : Sarah et les marmitons ; Petites mains dans la Grande Guerre ; Points de repères ; ARTE Junior, le mag. 9.50 L7 R NOBLES DEMEURES DE TOSCANE Retour à Florence ; Les villas des Médicis Série documentaire 11.20 L LA NOUVELLE ARCHITECTURE ALPINE Le Tyrol du Sud Série documentaire (2016, 4x26mn) La création architecturale dans le Haut-Adige italien. Harald Wisthaler 11.50 7 METROPOLIS Magazine (2016, 43mn) Au sommaire  : balade culturelle à Rome ; la photographe Oksana Kyzymchuk. 12.35 7 SQUARE IDÉE Devine ce qu’on mangera demain ? Magazine 13.00 L7 R L’ITALIE PAR LA CÔTE La Ligurie ; La Toscane ; La Campanie ; Les Pouilles ; De Venise à Trieste Série documentaire 16.45 LM CUISINES DES TERROIRS Le Trentin-Haut-Adige Réalisation  : Ellen Trapp(Allemagne, 2015, 26mn) Le luthier Luca Primon cultive les traditions culinaires de cette région de montagne. 17.10 7 E LE DOCUMENTAIRE CULTUREL LA VILLA MÉDICIS, POUR L’AMOUR DES ARTS Documentaire 18.05 L7 MAESTRO CONCERT SUR LA PLACE DU DÔME DE MILAN G. HANNINEN ruoret..,y ; ib.. SOIRÉE 19.05 7 PERSONNE NE BOUGE ! Spécial Charlie Chaplin Magazine 19.45 7 ARTE JOURNAL 20.00 7 E KARAMBOLAGE Magazine francoallemand de Claire Doutriaux (2016, 11mn) Au sommaire  : les sardines à l’huile ; le rite serbe de la slava ; la devinette. 20.15 7 VOX POP L’Europe protège-t-elle les criminels de guerre ? Magazine 20.40 LEM TU MOURRAS MOINS BÊTE Comment ça marche une centrale nucléaire ? Série d’animation (2015, 30x3mn) Aujourd’hui  : pourquoi une centrale nucléaire, même à l’arrêt, peutelle partir en sucette ? 20.45 ER VF/V0STF CINÉMA LE GUÉPARD Film 23.35 7 E LUCHINO VISCONTI Entre vérité et passion Documentaire 0.35 L7 MER MARCELLO MASTROIANNI L’Italien idéal Documentaire 1.30 L7 R MAURIZIO POLLINI, DE MAIN DE MAÎTRE Documentaire (2014, 55mn) Amoureux de la musique et des musiciens, Bruno Monsaingeon signe un portrait précis et émouvant du grand pianiste italien. JULIEN MIGNOT 2.25 LR RÉCITAL MAURIZIO POLLINI Concert (2012, 26mn) Le célèbre pianiste interprète le Klavierstück X de Stockhausen à la Salle Pleyel. 2.50 L7 R HISTOIRES DE LA SCALA Documentaire 3.45 L7 R L’ORCHESTRE DE PARIS JOUE BRUCH ET RESPIGHI Concert sous-titrage pour sourds E et malentendants D audiovision pour aveugles et malvoyants L diffusion en haute définition disponible sur Internet durant sept jours après la diffusion 7 M vidéo à la demande M multidiffusion R rediffusion version française VF/V0STF version originale sous-titrée en français version originale V0STF sous-titrée en français N°50 – Semaine du 10 au 16 décembre 2016 – ARTE Magazine SCHUCH PRODUCTIONS 17.10 LE DOCUMENTAIRE CULTUREL LA VILLA MÉDICIS, POUR L’AMOUR DES ARTS À l’occasion des 350 ans de la création de l’Académie de France à Rome, cette plongée au cœur d’une institution unique en dévoile les beautés et les secrets. C’est à Rome qu’il faut chercher l’un des plus beaux trésors de notre patrimoine national. Du haut de la colline du Pincio, la Villa Médicis, lieu de résidence pour des artistes français, domine la cité éternelle. Créée en 1666 par Louis XIV, l’Académie de France à Rome est à l’origine un lieu d’enseignement des beaux-arts dont les pensionnaires ont pour mission d’égaler les grandes œuvres de l’Antiquité. En 1803, Napoléon fait l’acquisition de la Villa Médicis pour y installer l’Académie, à laquelle il donne un nouveau souffle. Aujourd’hui, elle accueille chaque année une douzaine d’heureux élus représentant différentes disciplines artistiques. Entre déambulations dans les appartements ou les jardins et conversations avec des pensionnaires, des historiens de l’art, des restaurateurs et des conservateurs, la Villa Médicis livre quelques-uns de ses secrets les mieux gardés. SPÉCIAL ITALIE Lire aussi pages 6-7 Documentaire de Laurence Thiriat (France, 2016, 52mn) Coproduction  : ARTE France, Schuch Productions 18.05 MAESTRO CONCERT SUR LA PLACE DU DÔME DE MILAN Pour le traditionnel concert hors les murs de la Scala, à Milan, Martha Argerich interprète Paul Dukas et Ravel. La cathédrale de Milan est le plus important édifice gothique d’Italie. Le Teatro alla Scala étant à deux pas, l’orchestre de la prestigieuse maison se produit une fois par an en plein air, à la belle saison, sur l’immense Piazza del Duomo, pour un concert gratuit. Le 12 juin, la grande pianiste argentine Martha Argerich, accompagnée par l’Orchestre de la Scala sous la baguette de Riccardo Chailly, a interprété devant quelque cinquante mille spectateurs L’apprenti sorcier de Paul Dukas, suivi du Concerto pour piano en sol majeur et du Boléro de Maurice Ravel. SPÉCIAL ITALIE En partenariat avec Réalisation  : Patrizia Carmine (France/Italie, 2016, 43mn) Direction musicale  : Riccardo Chailly - Avec  : Martha Argerich et l’Orchestre de la Scala 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :