Arte Magazine n°2016-48 26 nov 2016
Arte Magazine n°2016-48 26 nov 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-48 de 26 nov 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : Arte fait son cinéma.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
MARDI 29 NOVEMBRE JOURNÉE 5.10 M TONY BENNETT & LADY GAGA Cheek to cheek Concert 6.05 M VOX POP Glyphosate, les faillites de l’Europe Magazine 6.35 LM YOUROPE Les Européens en quête de silence Magazine 7.00 L7 R LA MALÉDICTION DU FAUCON 7.30 L7 R RATATAT Programme jeunesse 7.35 7 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.45 LM À PLEINES DENTS ! – SAISON 2 Avec Gérard Depardieu et Laurent Audiot Le Portugal Série documentaire 8.30 LM XENIUS Peut-on modifier le climat ? Magazine 8.55 LEM LES GRANDS MYTHES Hermès – Le messager indéchiffrable Série documentaire 9.25 LM, CHOLESTÉROL  : LE GRAND BLUFF Documentaire JOANNA FILER-COOPER 10.50 EM ET L’HOMME CRÉA LA VACHE Documentaire 11.45 LM LES NOIX, LE TRÉSOR DU KIRGHIZISTAN Documentaire 12.35 M DOLMA, DU BOUT DU MONDE Documentaire 13.20 7 ARTE JOURNAL 13.35 EM CINÉMA LA GIFLE Film 15.30 M NÉRON (1 & 2) Plaidoyer pour un monstre Documentaire 117.20 7 XENIUS Météo et architecture  : à quoi ressembleront les bâtiments demain ? Magazine 17.45 L7 MR REPAS DE FÊTE Épices et délices de Louisiane Série documentaire 18.15 LM LA CÔTE EST DES ÉTATS-UNIS Les États du Sud Série documentaire ANNA-LENA MAUL SOIRÉE 19.00 L7 OASIS URBAINES Budapest Série documentaire (2016, 5x43mn) Aujourd’hui  : des jardins communautaires fleurissent dans le quartier de Józsefváros, l’un des plus anciens de la capitale hongroise. 19.45 7 ARTE JOURNAL 20.05 7 28 MINUTES Magazine 20.50 L7 ER TU MOURRAS MOINS BÊTE Pourquoi les ados sont-ils mous ? Série d’animation 20.55 7 DE VF/V0STF CINÉMA LE PROCÈS DE VIVIANE AMSALEM Film 22.45 7E LE DOCUMENTAIRE CULTUREL IL ÉTAIT UNE FOIS... « LE PROCÈS DE VIVIANE AMSALEM » Documentaire 23.40 L7 V0STF CINÉMA LES YEUX D’UN VOLEUR Film 1.20 L7 R ATTENTAT DE LOCKERBIE  : LA PISTE INEXPLORÉE Documentaire 2.10 L7 MR JUSTE AVANT L’ORAGE Documentaire 3.45 LM FASCINATION GRATTE-CIEL Pinnacle@Duxton, Singapour Série documentaire 4.10 M SQUARE IDÉE Vers un populisme de gauche ? Magazine 4.35 AGENDA COUP DE CŒUR sous-titrage pour sourds E et malentendants m V0STF 18 N°48 – Semaine du 26 novembre au 2 décembre 2016 – ARTE Magazine D audiovision pour aveugles et malvoyants L diffusion en haute définition disponible sur Internet durant sept jours après la diffusion 7 M vidéo à la demande M multidiffusion R rediffusion version française VF/V0STF version originale sous-titrée en français version originale sous-titrée en français AMIT BERLOWITZ 20.55 CINÉMA LE PROCÈS DE VIVIANE AMSALEM En Israël, le courageux combat d’une femme en instance de divorce contre le pouvoir patriarcal et religieux. L’ultime rôle de la vibrante Ronit Elkabetz. Viviane, quadragénaire israélienne, veut divorcer d’Elisha, avec qui elle est mariée depuis plus de trois décennies. Elle a quitté le domicile conjugal mais n’est pas libre pour autant. Elisha refuse obstinément le divorce, et, en Israël, seul le consentement des deux époux peut permettre à la séparation d’être prononcée. Très déterminée, Viviane doit se battre aussi contre les juges rabbiniques, seuls habilités à marier les Israéliens – et à les séparer. De reports d’audience en défections de son époux, les années passent et Viviane Amsalem ne parvient pas à se faire entendre.
lià - 1 SOUS LE CONTRÔLE DE DIEU Après Prendre femme (2004) et Les sept jours (2008), Le procès de Viviane Amsalem clôt avec force la trilogie réalisée par Ronit Elkabetz et son frère Shlomi autour de la condition de la femme en Israël. Viviane Amsalem devient l’archétype de l’épouse contrainte par les règles sociales et religieuses édictées par les hommes. Son désir de liberté mais aussi sa sensualité latente se heurtent inlassablement aux codes d’un pays patriarcal où les lois casher régulent jusqu’à l’intimité des femmes. Pour symboliser l’enfermement de leur héroïne, les deux réalisateurs composent, entre les murs de la salle d’audience, un huis clos hypnotique, dont les personnages, filmés en caméra subjective, ne semblent pouvoir s’échapper. Le film marque la dernière apparition au cinéma de Ronit Elkabetz (Trepalium), disparue en avril dernier. Sa puissante composition d’une Viviane Amsalem en colère face à l’arbitraire des lois restera dans les mémoires. Meilleur film, Prix du public, et meilleur acteur (Menashe Noy), Festival international du film de Jérusalem 2014 – Meilleurs film et second rôle (Sasson Gabai), Prix de l’Académie du film israélien 2014 ARTE FAIT SON CINÉMA Lire aussi page 9 Film de Ronit et Shlomi Elkabetz (France/Allemagne/Israël, 2014, 1h51mn, VF/VOSTF) – Scénario  : Ronit et Shlomi Elkabetz Avec  : Ronit Elkabetz (Viviane), Simon Abkarian (Elisha), Menashe Noy (Carmel), Sasson Gabai (Rabbi Shimon) – Image  : Jeanne Lapoirie – Montage  : Joëlle Alexis – Coproduction  : ARTE France Cinéma, Deux Beaux Garçons Films, Riva Filmproduktion TULLY CHEN 22.45 LE DOCUMENTAIRE CULTUREL IL ÉTAIT UNE FOIS... « LE PROCÈS DE VIVIANE AMSALEM » Peu de temps avant la disparition de Ronit Elkabetz, genèse et fabrication du film qu’elle a réalisé avec son frère Shlomi, histoire familiale et radiographie de la société israélienne. Entrouvrir les portes du huis clos, desserrer l’étreinte d’un drame étouffant, révélateur d’une tradition où les femmes, considérées comme une « possession » de leur mari, sont corsetées... Complément idéal du film de Shlomi et Ronit Elkabetz, ce quarantième documentaire de la collection « Un film et son époque » permet de replacer le combat engagé par le personnage de Viviane Amsalem dans le contexte d’une société israélienne tiraillée entre État et religion. Par leurs témoignages, les protagonistes du film, mais aussi des juristes, des philosophes et des militantes féministes mettent en évidence les archaïsmes et les contradictions d’un système patriarcal opprimant, lequel prive les femmes du droit même de divorcer. AUTOBIOGRAPHIE GÉMELLAIRE Mais, en s’invitant dans les coulisses du film, ce documentaire révèle aussi la dimension profondément personnelle. Pour écrire Le procès de Viviane Amsalem ainsi que les deux premiers volets de leur trilogie (Prendre femme et Les sept jours), Ronit Elkabetz et son frère Shlomi se sont inspirés de la vie de leur propre mère, séfarade marocaine exilée au Proche- Orient. Une évocation d’autant plus émouvante que Ronit et Shlomi entretiennent visiblement une relation fusionnelle, quasi gémellaire. Le documentaire prend alors la forme du portrait croisé d’un véritable couple de cinéma. Décédée en avril 2016, Ronit Elkabetz, plus célèbre actrice israélienne, y livre son ultime et bouleversant entretien. ARTE FAIT SON CINÉMA Lire aussi page 9 Documentaire de Yossi Aviram (France, 2016, 51mn), dans la collection « Un film et son époque » de Marie Genin et Serge July Directeur de collection  : Antoine de Gaudemar – Coproduction  : ARTE France, Folamour N°48 – Semaine du 26 novembre au 2 décembre 2016 – ARTE Magazine SALAH HANNOUN 23.40 CINÉMA LES YEUX D’UN VOLEUR À sa sortie de prison, un homme part à la recherche de sa fille disparue et se retrouve au cœur d’un complot. Un thriller psychologique au plus près de la réalité palestinienne. Dans les Territoires occupés, Tarek Senno est libéré après dix ans passés dans les geôles israéliennes. Il apprend que sa femme a été tuée par l’armée et que sa fille a disparu. Parti à sa recherche dans la ville de Naplouse, il est embauché comme ingénieur hydraulique par un entrepreneur local. Tarek découvre alors que son patron semble tirer profit auprès des autorités israéliennes du rationnement de l’eau que subissent les Palestiniens. SOUFFRANCES Inspiré d’une histoire vraie, le second film de la réalisatrice Najwa Najjar (Grenades et myrrhe) plonge au cœur de la réalité palestinienne et de ses familles éclatées. Dans un quotidien marqué par l’emprisonnement des pères et la souffrance des mères, les enfants gardent de profondes séquelles psychologiques. Déjà sur la corde raide, la petite fille que Tarek finit par retrouver semble ainsi marquée par la violence. Un noir état des lieux pour un thriller porté par le ténébreux acteur égyptien Khaled Abol Naga et la sobriété de la chanteuse algérienne folk Souad Massi. ARTE FAIT SON CINÉMA (Eyes of a thief) Film de Najwa Najjar (Allemagne/France/Algérie, 2014, 1h38mn, VOSTF) – Scénario  : Najwa Najjar – Avec  : Khaled Abol Naga (Tarek Senno), Souad Massi (Lila), Nisreen Faour (Duniya), Maisa Abd Elhadi (Houda) – Image  : Tobias Datum Montage  : Patricia Rommel, Eyas Salman, Panos Voutsaras – Musique  : Tamer Karawan, Souad Massi – Coproduction  : Ustura Films, Agence Algérienne pour le Rayonnement Culturel, MACT Productions, Oktober Productions, ARTE/ZDF NOVEMBRE 29 MARDI 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :