Arte Magazine n°2016-39 24 sep 2016
Arte Magazine n°2016-39 24 sep 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-39 de 24 sep 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : indian summers.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 2016 THE ASSOCIATED PRESS C’CINÉMA PEDRO ALMODÓVAR PUNK SENSIBLE Réalisateur exubérant et célébré, PedroAlmodóvar a construit une œuvre aussi éclectique que cohérente, née de sa jeunesse contestataire, et de sa passion pour les figures féminines. est plus de trois cents ans après les moulinets de don Quichotte que la région de La Mancha, décidément fertile en rêveurs, a vu la naissance de PedroAlmodóvar. Difficile de ne pas chercher une filiation avec son ancêtre de papier tant la geste «almodóvarienne» est elle aussi marquée du sceau de la folie douce, et de l’inspiration la plus baroque. De fait, l’excentricité de son cinéma, dégorgeant de couleurs criardes et stylisées, tranchant avec la tradition austère d’un Carlos Saura, semble être née pour conjurer le noir des matriarches endeuillées qu’il aura côtoyées toute sa jeunesse, dans une Espagne franquiste et verrouillée. Au cœur de cette atmosphère pesante, où les hommes, et surtout son père, étaient les grands absents, Almodóvar va forger son obsession pour les femmes tragiques et excessives, au-dessus desquelles règne sa mère Paquita. Rare femme à savoir lire et écrire dans son village, elle est celle qui lui apprend le rapport entre réalité et fiction, lorsqu’elle lit des lettres imaginaires à ses voisines en inventant, sans leur dire, les nouvelles qu’elles veulent entendre. MUSES ET «CHICAS» Une fois monté à Madrid, le jeune Almodóvar se forme au théâtre punk et underground, et se déchaîne sur scène en travesti libertin, assumant déjà avec mili- N°39 – Semaine du 24 au 30 septembre 2016 – ARTE Magazine Dimanche 25 septembre à partir de 20.45 VOLVER SUIVI DE PEDRO ALMODÓVAR – TOUT SUR SES FEMMES Lire page 14 tantisme sa part de féminité – qu’il n’aura de cesse de sublimer à l’écran – et son homosexualité. Le ton subversif de cette école se retrouve intact dans ses premiers films, avant que ses provocations ne se diluent naturellement dans un style de plus en plus mature, tout entier au service de ses multiples muses, connues sous l’appellation évocatrice de «chicas Almodóvar», de Carmen Maura à Victoria Abril en passant par Rossy de Palma et Penélope Cruz. Aujourd’hui célébré à travers le monde, invité récurrent du Festival de Cannes (où la Palme d’or lui échappe encore), celui qui affirme que les hommes sont moins intéressants que les femmes d’un point de vue dramaturgique continue de tracer un sillon engagé, où l’art offre une réponse aux douleurs les plus intimes. Seul accroc dans sa carrière  : la révélation récente de son implication dans l’affaire des Panamá Papers, écornant son image de pur artiste, et tranchant avec son parcours d’homme de gauche. Gageons que les femmes de sa vie sauront le défendre avec passion. Emmanuel Raspiengeas
PATRICK FOUQUE/PARISMATCH/SCOOP ILS SONT SUR ARTE GROUPE ACROBATIQUE DE TANGER AU MAROC, L’ACROBATIE EST UN ART DE HAUT VOL PRATIQUÉ PAR DE NOMBREUSES TROUPES ET FAMILLES. Les acrobates ont même leur saint soufi protecteur, né au XV e siècle. Fondé en 2003, le Groupe acrobatique de Tanger puise dans ce folklore mouvements, gestes et figures au service de la création contemporaine. On a ainsi vu ces artistes traditionnels jouer, bondir, grimper, sauter dans des décors abstraits, dirigés par les metteurs en scène Aurélien Bory, Martin Zimmermannet Dimitri de Perrot. À l’affiche de la Biennale de la danse de Lyon, le collectif de douze acrobates et deux musiciens revient avec Halka, spectacle créé avec Abdeliazide Senhadji, le fondateur de la virevoltante Compagnie XY. Au programme  : un retour aux fondamentaux de l’acrobatie marocaine, entre pyramides humaines et figures circulaires. «Halka»  : Biennale de la danse de Lyon 2016, dimanche 25 septembre à 0.30 VIRGINIE LEDOYEN ELLE A CONNU SON PREMIER GRAND RÔLE AU CINÉMA DANS MIMA de Philomène Esposito à 14 ans, un âge où beaucoup d’actrices de sa génération en étaient encore à courir les castings. Nommée trois fois dans la catégorie meilleur espoir féminin, elle n’a jamais reçu de César. En 2000, elle tente de donner un coup de souffle international à sa carrière aux côtés de Leonardo DiCaprio dans La plage, film d’aventures de Danny Boyle. Comédie, thriller, film historique, épouvante, elle s’est essayée à tous les genres sous la direction des plus grands réalisateurs français  : Assayas, Jacquot, Chabrol, Ozon, Rappeneau, Mocky… Plus discrète ces derniers temps, on la retrouvera dans Drôles d’oiseaux d’Élise Girard, avec Lolita Chammah. Une autre vie, mercredi 28 septembre à 20.55 N°39 – Semaine du 24 au 30 septembre 2016 – ARTE Magazine FREDERIC STUCIN/PASCO KHEIRON FINE BARBE ET HUMOUR FORT, il a passé l’été au théâtre Le République à Paris avec un spectacle où la lumière ne s’éteint pas  : 60 minutes avec Kheiron, durant lesquelles les spectateurs sont «pris» dans les projecteurs et le feu nourri des vannes de celui qui a commencé au Jamel comedy club en 2006. Après un premier oneman-show en 2008 et un passage par la télé pour la série Bref, ce natif de Téhéran réalise l’an passé son premier long métrage au cinéma, Nous trois ou rien. Il y raconte la fuite d’Iran de ses parents, opposants au Shah puis à l’ayatollah Khomeini. Un beau succès, avec ses quatre cent mille entrées, pour celui qui ne vote plus et… n’aime pas les blagues sur l’actualité. Humoristes et musulmans, mercredi 28 septembre à 22.25 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :