Arte Magazine n°2016-38 17 sep 2016
Arte Magazine n°2016-38 17 sep 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-38 de 17 sep 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : au-delà des murs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
THIBAULT GRABHERR L’actrice belge (Alabama Monroe, Un début prometteur, Les Ardennes) porte avec maestria la minisérie Au-delà des murs, dans laquelle elle incarne une jeune femme solitaire prise au piège d’une maison fantastique. Entretien. EN COUVERTURE votre premier rôle dans une histoire fantastique ? C’est Veerle Baetens  : Oui. J’aime le genre fantastique, surtout quand il a une dimension psychologique, et j’ai trouvé qu’Au-delà des murs réussissait très bien ce mélange. Non seulement l’histoire était parfaitement construite, mais elle dégageait une vraie émotion. Mon personnage doit résoudre quelque chose de son passé pour pouvoir vivre le présent. Quand la série commence, Lisa, passive, vit dans un mensonge par rapport à elle-même. Elle s’investit dans son métier d’orthophoniste, mais c’est comme une distraction qui la détourne de son propre problème. Du coup, elle est bloquée dans sa vie… La maison va lui donner l’opportunité de descendre au plus profond d’elle-même. La série repose en grande partie sur vos épaules  : on vous suit pas à pas, vous êtes de presque tous les plans. C’était un défi ? C’est vrai, je suis souvent seule dans cette grande maison ! Cela me faisait un peu peur, parce qu’à travers cette solitude il fallait réussir à exprimer des émotions différentes. D’autant plus que la série était tournée dans le désordre  : j’entrais dans une pièce, dans un décor et j’en ressortais dans un autre, plusieurs jours plus tard. Lisa traverse des atmosphères très différentes, et passe par toutes sortes d’états émotionnels. Le défi consistait aussi à construire 4 N°38 – Semaine du 17 au 23 septembre 2016 – ARTE Magazine Jeudi 22 septembre à 20.55 AU-DELÀ DES MURS Lire pages 22-23 VEERLE BAETENS DANS LE LABYRINTHE une continuité dans ses sentiments, et à rendre son évolution vivante à l’écran. Pour vous, que raconte son voyage ? Progressivement, elle devient une femme et trouve la paix. Sa rencontre avec Julien lui offre l’occasion de vivre une relation humaine. Pour moi, il ne s’agit pas vraiment d’une histoire d’amour, mais plutôt d’un lien très fort, assez proche du sentiment maternel. En l’éprouvant, elle renaît à la vie. Je pense qu’on vit la mort de manière un peu étrange dans notre société. On n’en parle pas. On enterre, on pleure, puis on coupe la relation. Au-delà des murs propose une vision où la mort apparaît comme un monde mystérieux, effrayant bien sûr, mais aussi très beau. La mort fait partie d’un cycle, et permet d’autres vies. J’aime cette idée d’un ange au-dessus de moi, avec lequel je suis liée, qui me protège et peut m’aider à aller, justement, au-delà des murs. Propos recueillis par Jonathan Lennuyeux-Comnène UN JEU EN AVANT-PREMIÈRE Entrez dans le décor et découvrez l’univers de la minisérie en relevant le défi du jeu. Tentez de trouver l’issue de cet escape game pour visionner le premier épisode en avant-première. En ligne sur arte.tv/audeladesmurs-lejeu
GARY BELL Samedi 17 septembre à 22.20 OCÉANS, LE MYSTÈRE PLASTIQUE Lire page 11 DOCUMENTAIRE DES MERS DE PLASTIQUE Le documentaire Océans, le mystère plastique recense l’immense quantité de plastique jetée dans les océans et dont la trace est perdue, une pollution très dangereuse pour la biodiversité. Aperçu en chiffres. 50 000 000 000 Selon plusieurs études, quelque cinquante milliards de bouts de plastique flottent à la surface des océans, mesurant moins de cinq millimètres dans leur immense majorité. Mais cette masse ne représenterait que 1% du plastique présent dans les mers. 8 000 000 Huit millions de tonnes de déchets plastiques finissent chaque année dans les océans. Une fois jetés à l’eau, ils sont quasiment impossibles à collecter et leur trace finit souvent par se perdre. Selon la scientifique Jenna Jambeck, la quantité de plastique présente dans les océans sera multipliée par dix d’ici à 2025 si aucune mesure n’est prise. 5 C’est le nombre de « zones d’accumulation » de déchets plastiques. Deux sont situées dans l’océan N°38 – Semaine du 17 au 23 septembre 2016 – ARTE Magazine Atlantique, deux dans le Pacifique et une dans l’océan Indien. Contrairement aux idées reçues, ces zones ne ressemblent en aucun cas à des continents de plastique ou à des îlots d’ordures. Il s’agit en réalité d’une « soupe » très fine de petits morceaux de plastique. 1000 000 000 000 Les chercheurs Rachel Obbard et Richard Thompson ont estimé que la fonte de la banquise pourrait libérer mille milliards de particules de plastique dans les eaux d’ici à une dizaine d’années. Elle s’avérerait ainsi l’un des plus grands réservoirs de déchets plastiques de la planète. 560 En 2015, les scientifiques ont recensé 560 espèces qui soit ont ingéré, soit ont été prises dans du plastique. Ce chiffre a doublé en vingt ans. Des proies aux prédateurs, des immenses baleines au minuscule plancton, toute la chaîne alimentaire est touchée. 11 000 C’est le nombre de microplastiques qu’ingère chaque année un gros consommateur de moules. Parmi ces particules, soixante restent dans le corps en traversant les tissus des parois intestinales. Leur possible nocivité est en cours d’examen. 120 Les océanographes ont remarqué que les débris plastiques sont un nouveau mode de transport pour les animaux marins. Cent vingt espèces nouvelles sont ainsi arrivées sur la côte canadienne via un gros morceau de plastique. Selon plusieurs scientifiques, ces « plastiques voyageurs », qui constituent une bombe à retardement pour la biodiversité, risquent d’apporter de nouveaux agents pathogènes. Raphaël Badache 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :