Arte Magazine n°2016-37 10 sep 2016
Arte Magazine n°2016-37 10 sep 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-37 de 10 sep 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : wallander.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
septembre 12 lundi sartp INF. KG prod/Je suis bien CONtent 20.05 28 minutes Le magazine quotidien d’actualité 100% bimédia présenté par Élisabeth Quin. Après un été sans vacances sur le front de l’info – une première dans l’histoire de l’émission –, 28 minutes fait sa rentrée et retrouve sa formation originale. Élisabeth Quin s’installe à nouveau dans son fauteuil d’animatrice et Renaud Dély s’acquitte du rôle de co-intervieweur qu’il occupe depuis la naissance de l’émission, en janvier 2012. Saison après saison, la quotidienne d’ARTE s’est imposée comme une référence en matière d’émission de débats grâce à son regard décalé sur l’actualité. Sur le Web, les internautes peuvent, avant l’émission, poser des questions via le site et les réseaux sociaux, mais aussi discuter entre eux pendant la diffusion, voir le replay et découvrir des bonus. Magazine présenté par Élisabeth Quin (France, 2016, 43mn) - Coproduction  : ARTE France, ALP 20.50 Blaise Imbuvable Une chronique impitoyable de notre société déboussolée, à travers un trio familial de bobos mal dans leur peau. Entre la jungle du collège et le désert de la famille, trois minutes chrono pour rire, un peu jaune, des petits et grands bobos de Blaise. Aujourd’hui  : soirée au restaurant avec Francis, Marisa et leur fille Laura, en plein âge ingrat. Série d’animation de Dimitri Planchon (France, 2016, 30x3mn), d’après sa bande dessinée (Glénat) Réalisation  : Jean-Paul Guigue - Avec les voix de Jacques Gamblin (Jacques), Léa Drucker (Carole), Lyn Thibault (Blaise) - Coproduction  : ARTE France, KG Productions, en association avec Je suis bien content 16 N°37 – semaine du 10 au 16 septembre 2016 – ARTE Magazine 1970 Universal Pictures and The Malpaso Company 20.55 CINÉMA Les proies Pendant la guerre de Sécession, un soldat nordiste blessé est recueilli dans un pensionnat pour jeunes filles sudiste où il éveille toutes les convoitises. Un huis clos suffocant, avec Clint Eastwood en antihéros pris au piège. Blessé au combat, le caporal nordiste John McBurney est secouru par Amy, une pensionnaire de l’institution pour filles tenue par Martha Farnsworth. Cette dernière accepte de le soigner avant de le livrer à une patrouille sudiste. Chamboulées par la présence de ce séduisant soldat ennemi, les demoiselles se rendent en douce à son chevet. Le caporal ne se prive pas d’attiser leur désir pour assurer sa survie en même temps que son plaisir… Accents baroques œuvre aux inflexions antimilitaristes, Les proies met en scène un beau mâle antipathique pris au piège d’un huis clos au climat de plus en plus oppressant. Manipulateur, le caporal, admirablement incarné par Clint Eastwood, réveille des appétits refoulés et des jalousies incontrôlées. Ils lui vaudront un châtiment à la portée hautement freudienne, lors d’une séquence aux accents baroques qui témoigne de la maestria de Don Siegel. Ce drame psychologique vénéneux, parsemé de fondus enchaînés, de clairs-obscurs et de thématiques sensibles telles que l’inceste, la culpabilité ou la ségrégation raciale, ouvre une brèche unique dans la filmographie du cinéaste. Soirée Don Siegel (The beguiled) Film de Don Siegel (États-Unis, 1971, 1h40mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Grimes Grice, John B. Sherry, d’après le roman éponyme de Thomas Cullinan - Avec  : Clint Eastwood (John McBurney), Geraldine Page (Martha), Elizabeth Hartman (Edwina), Jo AnnHarris (Carol), Darleen Carr (Doris) - Image  : Bruce Surtess - Montage  : CarlPingitore - Musique  : Lalo Schifrin Production  : The Malpaso Company, Universal Pictures
1973 Universal Pictures 22.35 CINÉMA Tuez Charley Varrick ! Un cascadeur reconverti en braqueur réalise le hold-up parfait malgré lui, et se retrouve pris en chasse par la mafia. Un polar nerveux de Don Siegel, avec Walter Matthau, renversant dans ce rôle à contre-emploi. Flanqué de sa femme Nadine et de deux complices, Charley Varrick braque la banque de Tres Cruces, au Nouveau-Mexique. Mais l’opération tourne au désastre  : Nadine et un autre membre de l’équipe sont tués et les millions de dollars dérobés appartiennent en fait à la mafia ! Si Harman, son acolyte alcoolique, se montre prêt à tout pour les conserver, Varrick, lui, compte bien les restituer dans l’optique de sauver sa peau. Une mission d’autant plus périlleuse que la police est lancée à ses trousses, tout comme une impitoyable brute envoyée par l’organisation criminelle… Rythme effréné Deux ans après son controversé et mythique Inspecteur Harry, Don Siegel change de camp en prenant pour héros une modeste crapule, plus encline à faire travailler sa matière grise qu’à jouer de la gâchette. Dans une Amérique corrompue jusqu’à la moelle, Varrick doit composer avec les liens troubles unissant gangsters et forces de l’ordre, mais aussi avec un associé légèrement demeuré. Cadrages audacieux, rebondissements à la chaîne, répliques percutantes  : un polar redoutablement efficace, emmené par l’impeccable Walter Matthau, pourtant plus habitué aux rôles burlesques qu’aux débordements de violence. Soirée Don Siegel (Kill Charley Varrick !) Film de Don Siegel (États-Unis, 1973, 1h50mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Dean Riesner, Howard Rodman, d’après le roman Charley Varrick de John Reese - Avec  : Walter Matthau (Charley Varrick), Joe Don Baker (Molly), Felicia Farr (Sybil Fort), Andy Robinson (Harman Sullivan), Sheree North (Jewel Everett) - Image  : MichaelC. Butler - Montage  : Frank Morriss - Musique  : Lalo Schifrin - Production  : Universal Pictures N°37 – semaine du 10 au 16 septembre 2016 – ARTE Magazine Wang Bing 0.25 la LUCArne Seules Dans les montagnes du Yunnan Wang Bing (À l’ouest des rails) raconte l’histoire de trois fillettes livrées à elles-mêmes dans un village isolé, aux confins de la civilisation. Une œuvre limpide, éthique et poétique. Trois sœurs (de 4, 6 et 10 ans) vivent seules dans un village à 3 200 mètres d’altitude. Ici, la nature est aux antipodes de sa fonction nourricière et n’offre que des signes d’inhospitalité. La mère a quitté la famille, le père travaille à la ville. Dans ce monde archaïque d’une pauvreté extrême, où la communauté villageoise semble subsister au jour le jour dans le froid et la boue, le cinéaste suit comme leur ombre les trois jeunes sœurs dans leurs tâches quotidiennes, leurs rapports avec le voisinage, leurs jeux et leurs disputes. Entre les cochons à nourrir et la lessive à faire, le feu à allumer et les repas à préparer chez un oncle et une tante, tout l’art de Wang Bing consiste à montrer comment ces enfants essentiellement livrées à elles-mêmes arrivent à grandir, à s’élever sans aide dans ce milieu hostile. Lorsque le père vient chercher ses deux plus jeunes filles pour les emmener à la ville, l’aînée reste encore plus seule… Un film d’une extrême délicatesse, un hymne à l’obstination humaine qui peut déplacer les montagnes. La version cinéma de ce documentaire, intitulée Three sisters (San zimei), a reçu le Prix du meilleur film dans la catégorie « Orizzonti » à la Mostra de Venise 2012. Documentaire de Wang Bing (France, 2012, 1h13mn) - Production  : Album Productions, Chinese Shadows, en association avec ARTE France La Lucarne - (R. du 19/2/2013) septembre lundi 17 12



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :