Arte Magazine n°2016-36 3 sep 2016
Arte Magazine n°2016-36 3 sep 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-36 de 3 sep 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : la cour de Babel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
en couverture Des écoles pas comme les autres Réunissant de remarquables archives, le documentaire Révolution école (1918-1939) propose une plongée dans le mouvement de l’Éducation nouvelle, florissant dans les années 1920, puis balayé par le totalitarisme. Tour d’horizon d’un héritage pourtant bien vivant. Le documentaire Révolution école (1918-1939) est précédé à 20.55 de La cour de Babel de Julie Bertuccelli. Née en Europe après la Première Guerre mondiale, l’Éducation nouvelle avait pour but d’éduquer les enfants pour en faire des êtres humains libres, et jamais plus de la chair à canon. Le mouvement a connu son âge d’or dans les années 1920, avant que la montée du totalitarisme en Europe ne balaie ses espoirs. Bien que marginales et souvent peu considérées dans l’enseignement public, les pédagogies alternatives de l’Éducation nouvelle demeurent encore bien vivantes dans certaines écoles, essentiellement du secteur privé. Décryptage. Steiner-Waldorf Articulant enseignements intellectuels et activités artistiques et manuelles, la méthode Steiner- Waldorf a été mise au point par le pédagogue autrichien Rudolf Steiner (1861-1925) dans les années 1900 et donna naissance à la première «Libre école Waldorf» en 1919, en Allemagne. Après la Seconde Guerre mondiale, cette pédagogie se développe dans le monde entier. Aujourd’hui, les écoles Steiner-Waldorf accueillent deux cent cinquante mille élèves, du jardin d’enfants au lycée, dans trois mille établissements (dont vingt-deux en France). Proposant l’apprentissage de deux langues étrangères dès le cours préparatoire, cette méthode se distingue aussi par le refus de la notation durant le cycle primaire. Aux États-Unis, afin d’éviter un contact précoce avec les nouvelles technologies, 4 N°36 – semaine du 3 au 9 septembre 2016 – ARTE Magazine dont ils connaissent le pouvoir d’addiction, de nombreux cadres de la Silicon Valley envoient leurs enfants dans ces établissements dont les frais de scolarité peuvent être très élevés. Montessori Les écoles Montessori, de loin les plus connues du mouvement de l’Éducation nouvelle, continuent à se multiplier avec succès, près d’un siècle après la création du premier jardin d’enfants, en 1907, dans un quartier pauvre de Rome. C’est la pédagogue italienne Maria Montessori (1870-1952) qui a développé une pratique reposant sur le respect du rythme propre à chaque enfant. En Italie, le fascisme fait de ces écoles un objet de fierté nationale, avant de changer de position et de les proscrire. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, environ vingt-deux mille écoles Montessori de la maternelle au lycée ont essaimé partout dans le monde, dont une centaine en France. Les listes d’attente y sont impressionnantes et les parents doivent débourser environ 500 euros par mois dès la maternelle pour y inscrire leur progéniture. Decroly Pédagogue et médecin belge, Ovide Decroly (1871- 1932) a établi les fondamentaux de sa méthode auprès d’enfants dits «anormaux». Adaptant son enseignement à leur rythme, il a ensuite transféré les mêmes procédés éducatifs aux enfants dits «normaux», plaçant l’éveil de leur intérêt au centre de son apprentissage. Aujourd’hui, Ovide Decroly est surtout connu en tant qu’inventeur d’une méthode globale de lecture consistant à visualiser les mots dans leur entier plutôt que de les déchiffrer syllabe par syllabe. Une méthode qui a inspiré de nombreuses écoles aux États-Unis et en Europe. En France, l’unique établissement (une école et collège) de ce genre, situé en région parisienne, dispose d’une capacité d’accueil limitée. Les demandes étant très fortes, les enfants sont recrutés par tirage au sort ! Freinet Voici l’inventeur de l’imprimerie à l’école et de la correspondance scolaire. Célestin Freinet (1896-1966), grièvement blessé dans l’offensive du Chemin des Dames, revient du front en étant incapable de dispenser ses cours depuis une estrade, faute de souffle. Il invente alors une nouvelle pédagogie qu’il expérimente dans sa classe de village. Elle concilie les apprentissages actifs, basés sur l’intérêt, avec les besoins des enfants, comme l’enseignement de la lecture et de l’écriture. Aujourd’hui, sa méthode est l’une des rares du mouvement de l’Éducation nouvelle à être reconnue par l’Éducation nationale. L’école Vitruve, à Paris, en est l’exemple. La méthode Freinet a aussi inspiré des approches plus libertaires, à l’image des lycées autogérés de Paris et de Saint-Nazaire. Unique école labellisée du nom de son créateur, l’école Freinet de Vence, devenue publique en 1991, est classée au patrimoine de l’Unesco. Laure Naimski MeLANie FREY/Reservoir Photo Ricardo DeAratanha/Los Angeles Times via Getty ImAGes
Xavier testeLIN/CIT’imAGes » mei "gess° " Weil/hie* re 1101111 05, 11 1 14t Mercredi 7 septembre à 22.25 Révolution école (1918-1939) Lire page 21 1,4 11e1, 111111Ï 111W1111 4 N°36 – semaine du 3 au 9 septembre 2016 – ARTE Magazine 5 h



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :