Arte Magazine n°2016-35 27 aoû 2016
Arte Magazine n°2016-35 27 aoû 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-35 de 27 aoû 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : l'île Mystérieuse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
série d’animation Blaise Satire dans tous les sens Dimitri Planchon adapte sa bande dessinée Blaise en série courte pour ARTE. Une sitcom singulière, qui porte un regard grinçant sur les relations familiales et sociales à travers des personnages hyperindividualistes. Interview. Du lundi au vendredi à 20.50 Blaise Lire pages 16 et 24 Adapter son propre travail n’est pas toujours évident, comment avez-vous procédé ? Dimitri Planchon  : La BD se présente comme une succession de plans fixes, frontaux, très dialogués, ce qui se prêtait bien à une adaptation. Celle-ci me donnait aussi l’occasion de développer les personnages, et de jouer plus franchement avec les codes de la sitcom. Progressivement, j’ai réussi à me libérer du carcan de la BD et à inventer une autre écriture. Puis il y a eu le travail avec les acteurs. Grâce à eux, les personnages ont pris vie et ont fini par m’échapper, dans le bon sens du terme. Quelle technique utilisez-vous ? La même que pour la bande dessinée, le photomontage. Je travaille un peu comme le docteur Frankenstein  : je ne dessine pas, je crée des personnages de toutes pièces à partir de morceaux que je découpe ici et là, et que je manipule ensuite sur ordinateur. Ça ressemble à un travail de marionnettiste. Je fais bouger mes petits pantins devant des décors fixes, et je les écoute parler. Évidemment, ce qui reste artisanal en bande dessinée devient plus complexe en animation. Le studio Je suis bien content et le réalisateur Jean-Paul Guigue se sont montrés très efficaces. Quel regard portez-vous sur votre petit Blaise ? C’est un garçon effacé, qui prend rarement la parole et souffre de l’égoïsme de ses parents. Je le vois comme une page vierge, peu à peu imprimée par le monde qui l’entoure. Ce n’est pas gagné pour lui ! 8 N°35 – semaine du 27 août au 2 septembre 2016 – arte Magazine «Un régal d’intelligence sur la bêtise humaine» Jacques Gamblin, qui prête sa voix au père de Blaise  : «Blaise offre un monde à part où tout est incorrect, inattendu. Les personnages ne sont pas moraux, leur conscience de l’éducation est assez limitée… loin de ce que j’aurais envie de transmettre ! Le père est stupide, il faut le dire, mais étrangement défendable. Un homme à côté de la plaque, pathétique, mais au final assez touchant. Nous avons enregistré les dialogues avant l’animation, ‘à blanc’. Nous devions nous faire notre propre idée des personnages, puis Dimitri Planchon s’est inspiré de ce qu’il avait ressenti à partir de notre jeu. Je trouve que cette série est un bonheur, un petit régal d’intelligence sur la bêtise humaine. Je suis prêt à signer pour quarante mille nouveaux épisodes ! » Cela dit, il y a plus d’espoir dans la série que dans la BD. Je ne sais pas si Blaise sera sauvé, mais il peut encore s’en sortir ! Propos recueillis par Jonathan Lennuyeux-Comnène
Philippe Quaisse/Pasco roger pics/adoc-photos Ils sont sur ARTE PAUL GAUGUIN QUEL EST LE PEINTRE LE PLUS CHER DU MONDE ? Depuis le 7 février 2015, Paul Gauguin trône indiscutablement sur le marché de l’art, avec le chiffre record de 300 millions de dollars déboursés par un Qatari anonyme pour son Quand te maries-tu ? (1892). Un sacre plutôt paradoxal pour celui qui dut souvent exercer de petits métiers, comme marin, agent de change ou terrassier sur le canal de Panamá, avant d’espérer vivre de son art. Qu’en penserait-il aujourd’hui, lui que la corruption et les outrances de l’Occident rebutèrent au point de tout quitter pour s’installer aux îles Marquises, où il rendit son dernier souffle en 1903 ? Les petits secrets des grands tableaux – «D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? », 1897 – Paul Gauguin, dimanche 28 août à 11.30 ARIANE LABED JEUNE ACTRICE PLEINE DE PROMESSES, Ariane Labed est née en 1984 à Athènes et n’est arrivée en France qu’à l’âge de 12 ans. Après une décennie de danse classique, elle retourne dans son pays natal pour se produire sur les planches du Théâtre national grec. Elle joue ensuite dans son premier film, Attenberg, de la réalisatrice Athiná Rachél Tsangári, pour lequel elle recevra le Prix d’interprétation féminine à la Mostra de Venise en 2010. Depuis, on a pu la voir dans Before midnight, avec Julie Delpy et Ethan Hawke, Fidelio – L’odyssée d’Alice de Lucie Borleteau ou The lobster, réalisé par son époux, Yórgos Lánthimos. Elle sera à l’affiche, en décembre prochain, du film de science-fiction Assassin’s creed, aux côtés de Marion Cotillard et Michael Fassbender. L’été sera chaud, jeudi 1er septembre à 23.10 leemage RUDOLF NOUREEV BIEN PLUS Q’un danseur étoile, le Russe fut un véritable génie de la danse classique. Sa naissance en 1938 dans le Transsibérien augure d’une vie nomade et mouvementée. À Oufa, en Bachkirie, il s’essaie à la danse folklorique, bien avant de devenir l’étoile du Kirov de Léningrad. En 1961, il passe à l’Ouest lors d’une tournée à Paris. Dès 1962, il devient une star internationale grâce à Giselle, au Royal ballet de Covent Garden, aux côtés de Margot Fonteyn. À la fois danseur et chorégraphe (Le lac des cygnes, La Bayadère ou encore Casse-Noisette), il est nommé en 1983 directeur de la danse à l’Opéra de Paris. Malgré la maladie (le sida), il continuera de danser et de travailler jusqu’à sa mort, en 1993. Il repose au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, dans un fastueux tombeau en forme de tapis et recouvert de mosaïque, en hommage à son amour des kilims et à ses origines orientales… Rudolf Noureev – Le saut vers la liberté, mercredi 31 août à 22.30 N°35 – semaine du 27 août au 2 septembre 2016 – arte Magazine 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :