Arte Magazine n°2016-30 23 jui 2016
Arte Magazine n°2016-30 23 jui 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-30 de 23 jui 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : tabloïds !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
AM Al Ain Conserver la neutralité de l’expression du visage, qualité requise d’une photographie d’identité pour l’administration, est tout l’inverse de l’art du portrait tel que le pratique le photographe Stéphane Lavoué. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un œil – et une oreille – sur onze de ses clichés, ou série de clichés, les plus célèbres de personnalités de la politique, des arts, des sciences et du sport, passés au crible par la série Pause photographique, proposée par ARTE Info à partir du 30 juin. Fruits d’une collaboration entre le photographe et Paul Ouazan, le directeur de l’Atelier de recherche d’ARTE France, onze épisodes décortiquent le langage de la photographie – dont un présentant un travail plus personnel de Stéphane Lavoué sur le monde de la pêche en Bretagne. Parmi eux, la séance de prises de vue avec Bill Gates s’avère un exemple frappant de la définition par Paul Ouazan et Stéphane Lavoué de l’art du portrait  : « un sport de combat où l’on entre comme sur un ring, pour essayer de briser l’armure. » Stéphane Lavoué y parvient presque toujours… excepté justement avec le fondateur de Microsoft qui arbore jusqu’au bout un désarmant sourire de façade. Une anecdote parmi celles, nombreuses, montrant, comme le dit Paul Ouazan, que dans l’exercice du portrait « un photographe n’est jamais le bienvenu ». web à l’heure de la pose Dévoilant les secrets de fabrication de onze portraits de personnalités signés par le photographe Stéphane Lavoué, la websérie Pause photographique de Paul Ouazan révèle le hors-champ essentiel des images. Décryptage avec le réalisateur. Outre son approche réflexive, J la qualité de Pause photographique réside aussi dans sa capacité à révéler le hors-champ, celui qui a permis d’aboutir à l’image finale. Stéphane Lavoué le dévoile en décrivant minute par minute, parfois seconde par seconde, les étapes de sa prise de vue. Parallèlement, Paul Ouazan met l’accent, par un montage subtil, sur les détails de chaque portrait  : Bill Gates, mais aussi Nicolas Sarkozy, Nabilla, Pierre Soulages ou Sebastião Salgado, avec lequel Lavoué entretient une relation particulière. AvEC une approche poétique, Pause photographique offre « un regard mouvant sur l’image fixe, qui peut dire davantage de choses qu’on ne le croit », analyse Paul Ouazan. En donnant une voix à ces images devenues pour certaines iconiques, comme le portrait glaçant de Vladimir Poutine réalisé en 2008, Stéphane Lavoué nous met ainsi « en position idéale dans l’acte de voir », ajoute le réalisateur. Essentiel, à l’heure de l’image toute-puissante. Nicolas Bole 6 N°30 – semaine du 23 juillet au 29 juillet 2016 – ARTE Magazine Pause photographique Websérie documentaire de Paul Ouazan (France, 2016, 11x4mn) Photographies et textes  : Stéphane Lavoué Production  : Atelier de recherche d’ARTE France, ARTE France Développement En ligne à partir du 30 juin sur info.arte.tv artPINF.
getty Sacha Baron Cohen À défaut d’incarner Freddie Mercury (les ayants droit ont refusé), il sera Mandrake sur grand écran en 2019. Quoi de plus logique chez ce joyeux mystificateur que de jouer un héros illusionniste ? Depuis le début des années 2000, cet Anglais issu d’une famille juive orthodoxe endosse l’identité d’innommables avatars (du rappeur blanc imaginaire Ali G. au faux journaliste kazakh Borat sans oublier Brüno, la créature de mode fasciste) pour dénoncer les dérives racistes de notre planète mondialisée. À ces jeux de dupes, Sacha Baron Cohen ne s’est pas fait que des amis, s’aliénant notamment Donald Trump, piégé en 2003 par Ali G. Sans doute lassé des nombreuses plaintes déposées contre lui devant les tribunaux, l’acteur s’est mis dernièrement au service de comédies moins polémiques, de Grimsby – Agent trop spécial au blockbuster Alice de l’autre côté du miroir. Borat – Leçons culturelles sur l’Amérique au profit glorieuse nation Kazakhstan, dimanche 24 juillet à 20.50 Ils sont sur ARTE vu Pilou Asbæk Son aura de colosse au cŒur friable en a fait l’un des acteurs danois les plus connus du cinéma mondial. Du film R à la série Borgen, du délinquant en milieu carcéral au spin doctor faillible, il a joué avec brio des personnages se débattant dans des espaces clos aussi réels qu’intérieurs, jusqu’à son personnage de cuisinier de bord attaqué par des pirates somaliens dans Hijacking. Et même si le rôle qu’il dit préférer est celui de père (il a eu une petite fille avec la dramaturge Anna Bro), cet artiste se déclarant sans ambition a accepté de figurer dans la saison 6 de Game of thrones et d’incarner Ponce Pilate dans Ben Hur, le prochain péplum américain de Timur Bekmambetov. Hijacking, mercredi 27 juillet à 20.55 N°30 – semaine du 23 juillet au 29 juillet 2016 – ARTE Magazine Sophie Ricard Son père était urbaniste, son grand frère architecte. Autant dire qu’elle a baigné dans un univers de plans de coupe et de dessins en 3D. Mais en 2009, l’architecte Patrick Bouchain sort la jeune étudiante en école d’architecture de Versailles de son cocon pour lui proposer de vivre son métier in situ. Durant trois ans, Sophie Ricard habite dans un quartier de Boulogne-sur-Mer en vue de réaménager selon les souhaits des habitants soixante maisons insalubres et vouées à la démolition. Depuis, cette architecte nomade de 32 ans a fait de la réappropriation de lieux délaissés ou inoccupés son cheval de bataille. L’étrange histoire d’une expérience urbaine, vendredi 29 juillet à 23.25 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :