Arte Magazine n°2016-29 16 jui 2016
Arte Magazine n°2016-29 16 jui 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-29 de 16 jui 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : summer of scandals.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Interfoto/LA COLLECTION Documentaire Interdits de jEUx En 1936, les fastes des J.O. de Berlin ont occulté les destins qui y furent brisés, «au nom de la race», par le régime nazi. Des drames individuels auxquels s’attache, en fil rouge, l’émouvant documentaire-fiction de Mira Thiel et Florian Huber. BF.RLIN 1 € 7).3 (t 6 N°29 – semaine du 16 juillet au 22 juillet 2016 – ARTE Magazine Samedi 16 juillet à 20.50 Berlin 1936 Dans LES COULiSSES DES jEUx olympiqUES Lire page 8 La disgrâce DE WOLFgang FürstNER Directeur de la Fédération d’athlétisme de Berlin- Brandebourg, Wolfgang Fürstner, un capitaine de la Wehrmacht, a orchestré depuis 1933 l’exclusion des juifs de leurs clubs sportifs. À l’été 1934, il est chargé de la construction et de l’organisation du village olympique pour les Jeux de Berlin. En deux ans, sous son autorité, s’élève sur le site de Dallgow-Döberitz, dans la banlieue ouest de Berlin, un gigantesque complexe réunissant gymnase, bibliothèque, salle de spectacle et 140 pavillons pour l’hébergement des athlètes. Un succès dont il ne récoltera jamais les lauriers. Avant le début de la compétition, la rumeur lui prête une ascendance juive. Rétrogradé, il est remplacé par son adjoint le jour même de l’inauguration du village olympique. Le 19 août 1936, trois jours après la fin des J.O., anticipant sa radiation de l’armée, il met fin à ses jours. Sa mort, qui émeut l’opinion internationale, est alors maquillée en accident. En 2002 seulement, le Comité olympique allemand fait graver cette mention sur sa pierre tombale  : «Son suicide a eu pour cause la persécution politique.» Le RECORD volé DE gREtel bERgMANN Juive, l’athlète Gretel Bergmannest exclue par sa fédération dès 1933. Espoir du saut en hauteur, elle préfère quitter l’Allemagne pour s’installer en Angleterre, où elle espère intégrer l’équipe britannique. Mais des pressions sur sa famille, restée en Allemagne, l’obligent à revenir défendre les couleurs du III e Reich. Rentrée au pays, elle attend, en juin 1936, sa sélection officielle, qui ne viendra jamais. Malgré le record qu’elle établit à 1,60 mètre, elle est écartée pour «performances insuffisantes». Exilée en 1937 aux États-Unis, Gretel Bergmanndevra patienter jusqu’en 2009 pour que sa prouesse soit homologuée par la Fédération allemande d’athlétisme. La chasse AUx iNDésiRAbLES Quelques mois avant le début des J.O., Hitler veut débarrasser Berlin de tous ceux qui, selon lui, ternissent l’image de la capitale du Reich  : opposants politiques, syndicalistes, homosexuels, témoins de Jéhovah, Tsiganes et ceux encore que le régime va considérer comme des «asociaux» – clochards, réfractaires au travail, escrocs... Dès juillet 1936, ces indésirables sont emmenés à une trentaine de kilomètres de la capitale. Soumis aux travaux forcés, ils construisent dans la forêt le camp de concentration «modèle» d’Oranienburg-Sachsenhausen. Avant sa libération par l’Armée rouge, en avril 1945, au moins 85 000 personnes y ont trouvé la mort. Christine Guillemeau
Pierre Hybre/M.Y.O.P J/. L'Thomas Ostermeier Son regard bleu ACier éLECtrise le théâtre contemporain. Codirecteur de la prestigieuse Schaubühne à Berlin, ce metteur en scène allemand séduit le public français avec ses adaptations fracassantes et survoltées de Brecht, d’Ibsen ou de Shakespeare. De sa jeunesse anarchiste, Thomas Ostermeier a gardé le goût de l’excès et de la radicalité. Après son Richard III, acclamé l’an dernier au Festival d’Avignon, il revisite La mouette d’Anton Tchekhov, au théâtre de l’Odéon jusqu’au 25 juin, sur fond de musique rock, de références au 49.3 et à la guerre en Syrie. Décapant ! Thomas Ostermeier, insatiable théâtre, dimanche 17 juillet à 0.35 Ils sont sur ARTE La CiCCiolina Blonde peroxydée à tENDANCE exhibitionniste, Ilona Staller a quitté sa Hongrie natale pour se faire un surnom dans l’Italie des années 1970. Actrice de films pornos et starlette de talkshows, elle ne recule devant rien pour se faire remarquer, montrant ses seins en direct à la télévision ou proposant de coucher avec Saddam Hussein pour rétablir la paix au Moyen-Orient. Icône trash et médiatique, elle se lance ensuite en politique, devient députée du Parti radical italien et milite pêle-mêle contre l’énergie nucléaire, la faim dans le monde et pour la liberté sexuelle totale. En 2013, elle tente un come-back en se présentant aux élections municipales à Rome. En vain. La Cicciolina – Scandaleuse petite chérie, samedi 16 juillet à 22.20 N°29 – semaine du 16 juillet au 22 juillet 2016 – ARTE Magazine robb d. COhen/ap Selena Gomez L’ex-héroïne Disney, ex aussi de Justin Bieber, a entamé sa mue. À 23 ans, cette jeune Texane d’origine mexicaine a déjà treize ans de carrière derrière elle et 83 millions d’abonnés sur Instagram. En 2013, elle décide de casser son image d’idole teenager en jouant dans le sulfureux Spring breakers de l’underground Harmony Korine. Une embardée vers le cinéma indé que la pop star latino poursuit aux côtés de l’acteur Paul Rudd avec The fundamentals of caring, remarqué cette année à Sundance, et prochainement In dubious battle, une plongée dans le milieu ouvrier américain des années 1930 adaptée de John Steinbeck et signée James Franco. Spring breakers, lundi 18 juillet à 22.45 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :