Arte Magazine n°2016-28 9 jui 2016
Arte Magazine n°2016-28 9 jui 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-28 de 9 jui 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : à Louvre ouvert.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
A PRIME GROUP EN COUVERTURE LE LOUVRE DES ARCHITECTES EN MAJESTÉ De Philippe Auguste à François Mitterrand, sur près de huit siècles, les gouvernants ont confié à de célèbres architectes l’agrandissement et l’embellissement du Louvre. Gros plan sur quatre d’entre eux. PIERRE LESCOT En 1528, François I er installe sa résidence royale au château du Louvre et souhaite que cette forteresse médiévale devienne un palais dans le goût de la Renaissance italienne. Après avoir fait abattre le donjon central érigé sous Philippe Auguste, il charge, en 1546, l’architecte Pierre Lescot (1515-1578) de conduire les travaux du « nouveau Louvre ». Esprit brillant, Lescot poursuit sa tâche sous le règne d’Henri III. S’entourant d’artistes, notamment du sculpteur Jean Goujon, il s’attelle à une importante réorganisation intérieure et extérieure. Supprimant l’aile ouest bâtie sous Charles V, il conçoit une nouvelle façade, considérée comme l’acte de naissance de l’architecture à la française. Le Louvre est une résidence royale jusqu’au départ de Louis XIV pour Versailles en 1682. 4 N°28 – Semaine du 9 au 15 juillet 2016 – ARTE Magazine Samedi 9 juillet à 20.50 LES BATAILLES DU LOUVRE (1 & 2) Lire pages 8-9 JACQUES LEMERCIER Poursuivant le « grand dessein » d’Henri IV, qui rêvait de réunir les palais du Louvre et des Tuileries, Louis XIII confie à Jacques Lemercier (1585-1654) d’importants projets d’agrandissement. L’architecte double l’aile Lescot et entame, en 1624, la construction, dans l’aile Sully, du pavillon de l’Horloge, achevé sous le règne de Louis XIV, en 1654. Récemment transformé en espace muséal sur l’histoire et les collections du Louvre, il ouvrira ses portes au public le 6 juillet prochain. LOUIS VISCONTI Devenu un musée en 1793, le Louvre n’est toujours pas achevé. En 1852, Napoléon III demande à Louis Visconti (1791-1853) de terminer, pour l’Exposition universelle de 1855, les travaux engagés sous Napoléon I er par les architectes Percier et Fontaine. Visconti fait démolir les habitations entre le Louvre et les Tuileries et aménage la cour Napoléon ainsi que l’aile Denon, où est désormais exposée La Joconde. Poursuivant sa mission, Hector-Martin Lefuel réunit enfin les deux palais. Seule différence avec la structure actuelle  : l’espace central est alors fermé à l’ouest par le palais des Tuileries. Ce dernier est détruit en 1871 par un incendie déclenché par les communards. IEOH MING PEI Dans le cadre de ses « grands travaux » pour la capitale, François Mitterrand rêve d’un « Grand Louvre ». En 1982, il choisit sans concours l’architecte Ieoh Ming Pei, né en 1917, pour moderniser les espaces d’accueil du musée. Trônant au milieu de la cour Napoléon, la pyramide de verre et d’acier de l’architecte sino-américain, inaugurée en 1989, déchaîne les passions. Le street artist JR vient de réaliser un étonnant trompe-l’œil photographique sur l’une de ses faces. À découvrir jusqu’au 27 juin. Christine Guillemeau
DOCUMENTAIRE HILLARY CLINTON LA REVANCHE Après Chirac, Bush, Castro, Poutine et Kim Jong-un, KarlZéro et Daisy d’Errata tirent le portrait au vitriol d’Hillary Clinton, candidate démocrate à la Maison-Blanche. Interview à deux voix des trublions. JULIO CORTEZ AP SIPA Mardi 12 juillet à 20.55 DANS LA PEAU D’HILLARY CLINTON Lire page 14 Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous mettre dans la peau d’Hillary Clinton ? KarlZéro et Daisy d’Errata  : D’abord, le fait que ce soit une femme. C’est la première fois que nous consacrons un numéro de la collection à la gent féminine. Secundo parce que, contrairement à nos autres « victimes », nous avons de la considération pour elle  : Hillary Clinton est terriblement intelligente, rouée même, c’est un pur animal politique qui a été forcé tout au long de sa carrière et de sa vie à mettre un « bœuf sur sa langue » parce que c’est une femme, justement. Nous ne votons pas aux États-Unis, mais si nous le devions, nous voterions pour elle. Vous voyez un autre choix ? Hillary a certes beaucoup de défauts  : dure, secrète, calculatrice, manipulatrice… Mais la somme de tous ces défauts constitue une qualité, puisque c’est justement cela qui va sûrement lui permettre d’être élue. Pourquoi conservez-vous cet attachement à cette forme semi-parodique de portraits de ceux qui nous gouvernent ? C’est chez nous une signature. Mieux, une seconde nature. Nous ne pensons pas qu’une personnalité N°28 – Semaine du 9 au 15 juillet 2016 – ARTE Magazine puisse se résumer à un portrait sec au premier degré ou marrant au second. Le but de cette série est de montrer ce qui anime, ce qui fait agir et rêver les grands de ce monde d’une autre manière, plus humaine, plus franche. Le contraire d’une interview en quelque sorte ! De quelle manière travaillez-vous ? Nous commençons par regarder tout ce qui existe en images, nous lisons tous les livres et visionnons sérieusement les à-côtés sur Internet. Nous notons tout. Puis nous écrivons un texte de base, à la première personne. Au montage, ce texte évolue considérablement, en fonction des archives choisies et des sons que nous gardons. Envisagez-vous un nouvel épisode ? Sur Donald Trump peut-être ? Lui, espérons qu’on n’en parlera plus dès minovembre prochain ! Non, nous réfléchissons en ce moment à une suite autour d’un illustre inconnu que le monde entier connaît, le prince Charles. L’histoire d’une vie qui n’a servi à rien… Propos recueillis par Emmanuel Raspiengeas 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :