Arte Magazine n°2016-27 2 jui 2016
Arte Magazine n°2016-27 2 jui 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-27 de 2 jui 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : asie majeure.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
WARNER BROS Tigre et dragon, Zatoichi, Le secret des poignards volants, Hero, The grandmaster… Le cinéma asiatique des années 2000 a ravivé la flamme du film d’arts martiaux. Non seulement il en a produit quelques nouveaux fleurons, mais il a fait connaître au public occidental un genre qui, à l’exception des films de Bruce Lee, restait jusque-là une affaire de cinéphiles. Le film d’arts martiaux a en effet connu son âge d’or dans les années 1960-1970. Après un beau sursaut dans la première moitié des années 1990 (Il était une fois en Chine, The blade), il s’était quelque peu éclipsé. La rétrocession de Hong- Kong (vivier historique du film d’action) à la Chine y était peut-être pour quelque chose, de même que le départ à Hollywood de réalisateurs phares, Tsui Hark ou John Woo. Au Japon, c’est le film de yakusa, renouvelé entre autres par Takeshi Kitano, qui avait pris le pas. En somme, c’est à l’étranger, dans des productions «transgenres» comme Matrix, que les acrobaties aériennes et la zen attitude ont fini par trouver leurs développements les plus intéressants… Mais Tigre et dragon a changé la donne. Sorti en 2000, le film d’Ang Lee marque en effet le début d’une EN COUVERTURE LE SECRET DES HÉROS VOLANTS Arts martiaux et cinéma se sont rencontrés en Asie dans l’entre-deux guerres. Un mariage explosif qui, près d’un siècle plus tard, produit encore des classiques. renaissance. Exotisme des décors, raffinement des costumes, combats dopés par les effets numériques  : les spectateurs occidentaux ont pu (re)découvrir le genre sous ses plus beaux atours. KUNG-FU POUR TOUS Mais si ces films ont bien ouvert un nouveau chapitre de l’histoire du film d’arts martiaux, ce qui les distingue de leurs prédécesseurs, c’est surtout qu’ils ont été pensés aussi pour le marché international  : ils perpétuent la tradition, mais dans une forme susceptible de plaire au plus grand nombre. Les grandes fresques qui nous viennent de Chine semblent faire office de vitrine officielle du régime. Quant au récent The assassin du Taïwanais Hou Hsiao Hsien, il utilise les codes du film de sabre pour en faire une œuvre résolument atypique. C’est en Indonésie que le cinéma d’arts martiaux a connu son plus récent sursaut  : portés par l’acteur et chorégraphe Iko Uwais, The raid 1 et 2, du jeune Anglais Gareth Evans, abordent en effet le genre avec un punch tout à fait revigorant. Jonathan Lennuyeux-Comnène 4 N°27 – Semaine du 2 au 8 juillet 2016 – ARTE Magazine EMBARQUEMENT POUR L’ASIE Six grands films et sept documentaires, du 4 au 14 juillet LUNDI 4 JUILLET Tigre et dragon à 20.55 Shaolin soccer à 22.50 JEUDI 7 JUILLET The grandmaster à 20.55 WILD SIDE Dragon girls – Les amazones pop asiatiques documentaire, à 22.50 Le secret de Kanwar à 23.45 LUNDI 11 JUILLET Zatoichi à 20.55 BAC FILMS FILM SANS FRONTIÈRE L’histoire cachée de la Grande Muraille de Chine documentaire, à 22.45 Chine  : trésors perdus de la dynastie des Han documentaire, à 23.40 JEUDI 14 JUILLET Angkor redécouvert documentaire, à 15.50 A touch of zen à 20.55 Les derniers secrets de l’armée de terre cuite documentaire, à 23.40 Reliques du Bouddha documentaire, à 0.40 Visite à Hokusai documentaire, à 1.35 teet.
À partir du 4 juillet, du lundi au vendredi à 20.05 28 MINUTES Lire page 12 MAGAZINE «28 MINUTES» À L’HEURE D’ÉTÉ Pour un suivi sans faille de l’actualité, le magazine quotidien reste à l’antenne en juillet et en août, avec, à sa tête, Renaud Dély, en joker d’Élisabeth Quin. Pendant l’été, l’actualité ne prend pas de vacances sur ARTE. Si le rythme du flux d’informations ralentit à la saison chaude, il n’en disparaît pas pour autant  : la crise au Proche- Orient, les élections américaines ou certains événements sportifs constitueront à coup sûr des pôles d’attraction. ARTE a donc décidé de rester en vigilance optimale et de garder un dispositif qui, tout au long de l’année, démontre sa complémentarité avec l’information brute. Toujours précédée d’ARTE Journal, 28 minutes ne prend pas ses quartiers d’été et reste à l’antenne en juillet et en août. Cette «ouverture permanente» est une première pour l’émission en quatre ans d’existence, et pour la chaîne, puisqu’aucun magazine n’avait jamais été diffusé en continu sur une année. Autre changement notable, qui durera le temps de cette parenthèse estivale  : Élisabeth Quin cède son fauteuil d’animatrice à Renaud Dély. «Mon objectif est de faire perdurer l’esprit de 28 minutes, une émission de débats et de réflexion sur l’actualité, qui, je crois, ne ressemble à aucune autre, précise celui qui occupait jusqu’ici le poste de co-intervieweur. Même si le rythme y est très enlevé, on laisse parler les invités, tout en évitant que les débats ne tournent à la séance de punching-ball…» N°27 – Semaine du 2 au 8 juillet 2016 – ARTE Magazine Un nouveau rôle, mais pas de formule spéciale été pour Renaud Dély, par ailleurs récemment nommé directeur de la rédaction de Marianne. NOUVEAUX CHRONIQUEURS La quotidienne garde son ossature éditoriale habituelle, qui s’articule autour de trois plateaux. Le premier est consacré à l’interview d’un invité témoin, le deuxième réunit deux ou trois intervenants pour un débat autour d’un dossier sur l’actu du jour et le troisième traite de l’information de façon décalée et plus légère, avec des chroniqueurs. Quant aux visages des co-interviewers, ils ne seront d’ailleurs pas étrangers au public, puisqu’une bonne partie du pool habituel passera elle aussi à l’heure d’été, tels Guillaume Roquette, Claude Askolovitch ou Arnaud Leparmentier. Mais l’équipe se renforce pour l’occasion avec des recrues venues de divers horizons médiatiques, dont François Saltiel (L’autre JT sur France 4) et Linda Lorin (la matinale de Radio Nova). La journaliste Olivia Gesbert (Dimanche, et après ? sur France Culture), en remplacement provisoire de Nadia Daam, participera quant à elle aux entretiens avec Renaud Dély. Ainsi renforcée, 28 minutes est prête à relever le défi lancé par une actualité en mouvement perpétuel. Pascal Mouneyres 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :