Arte Magazine n°2016-21 21 mai 2016
Arte Magazine n°2016-21 21 mai 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-21 de 21 mai 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : les pieds dans le tapis.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
mai 22 dimanche Camera Lucida Productions 18.30 maestro Sabine Devieilhe W. A. Mozart Une académie pour les sœurs Weber Les « Académies » de Mozart revisitées dans un récital servi par la voix exceptionnelle de Sabine Devieilhe. En 1777, Mozart, alors âgé de 21 ans, rencontre les sœurs Weber  : Josepha, Aloysia, Constanze et Sophie. Il tombe amoureux d’Aloysia, 17 ans, à la voix unique, mais épousera Constanze. À Vienne, il organise alors sur invitations des « Académies ». Avec ce récital exceptionnel, Sabine Devieilhe et Raphaël Pichon font revivre l’esprit de ces concerts, où le divin Mozart mêlait extraits d’opéras, de symphonies et airs pour sopranos. Au programme  : deux mouvements de la symphonie Haffner (Allegro con spirito et Presto), l’aria Vorrei spiegarvi, o Dio, l’aria Schon lacht der holde Frühling, le trio Die Schlittenfahrt, Deutsche Tanze, l’air de la Reine de la nuit, extrait de La flûte enchantée, les arias Nehmt meinen Dank et Dans un bois solitaire et sombre. En partenariat avec L’album de Sabine Devieilhe Mozart – The Weber sisters, avec l’Ensemble Pygmalion sous la direction de Raphaël Pichon, est paru chez Erato. Concert (France, 2015, 43mn) Avec  : Sabine Devieilhe et l’Ensemble Pygmalion, sous la direction de Raphaël Pichon - Réalisation  : Colin Laurent - (Déprogrammation du 13/3/2016) Marie-Julie Maille/Why NOT Production 20.45 CINÉMA Des hommes et des dieux Inspirée de l’assassinat des moines de Tibhirine en 1996, en pleine décennie noire algérienne, une œuvre sur le sacrifice d’une sobriété bouleversante. Avec Lambert Wilson et Michael Lonsdale, touchés par la grâce. Au monastère de l’Atlas, en Algérie, huit trappistes français vivent du travail de la terre, en harmonie avec leurs voisins musulmans  : alors qu’au dispensaire frère Luc soigne les villageois, le prieur, Christian, étudie le Coran. Pendant les fêtes de Noël 1993, des ouvriers croates sont égorgés par des terroristes islamistes. L’armée s’installe progressivement dans la région pour rétablir l’ordre. Condamnant les agressions perpétrées par les deux camps, les moines refusent la protection des soldats et continuent de soigner les moudjahidine blessés. Mais face à l’escalade de la violence, un dilemme les tiraille  : faut-il fuir devant ce qui ressemble à un suicide collectif ou assumer le risque d’une mort brutale ? Pour Christian, l’amour de Dieu, de l’humanité tout entière et de cette terre qui les a accueillis emporte tout… 14 N°21 – semaine du 21 au 27 mai 2016 – ARTE Magazine Réalisme documentaire La mise en scène, sobre et contemplative, épouse la vie de dénuement de ces hommes, dont le quotidien ritualisé, scandé par la prière, l’étude et les travaux agricoles, est retranscrit dans un souci de réalisme documentaire, exalté par la beauté des lumières naturelles. Mais aussi présente soit-elle, la religion sert de socle à une réflexion plus vaste sur l’engagement et le sacrifice. Admirablement interprétés par un casting de choix, Lambert Wilson et Michael Lonsdale en tête, les moines de Tibhirine, dont la singularité des personnalités transparaît au fil du récit, nous renvoient à ce questionnement essentiel  : jusqu’où est-on prêt à aller pour nos idéaux ? La tension dramatique s’accentue crescendo, jusqu’au point de rupture, magistral, de la Cène  : sur les envolées profanes du Lac des cygnes, Xavier Beauvois capte en un long et bouleversant travelling les visages baignés de larmes ou illuminés des religieux, conscients de l’imminence de leur fin. Tandis que les mots testamentaires de Christian emplissent le silence qui suit l’attaque, leurs silhouettes disparaissent lentement dans la brume de l’hiver mourant… Lire aussi page 9 Grand Prix, Prix du jury œcuménique et Prix de l’Éducation nationale, Cannes 2010 - Meilleurs film, acteur dans un second rôle (Michael Lonsdale) et image, César 2011 - Meilleurs film et acteur (Michael Lonsdale), prix Lumières 2011 Film de Xavier Beauvois (France, 2010, 1h57mn) - Scénario  : Xavier Beauvois, Étienne Comar - Avec  : Lambert Wilson (Christian), Michael Lonsdale (Luc), Olivier Rabourdin (Christophe), Philippe Laudenbach (Célestin), Jacques Herlin (Amédée), Loïc Pichon (Jean-Pierre), Xavier Maly (Michel), Jean-Marie Frin (Paul), Abdelhafid Metalsi (Nouredine), Sabrina Ouazani (Rabbia) - Image  : Caroline Champetier - Montage  : Marie-Julie Maille - Production  : Armada Films, France 3 Cinéma, Why Not Productions e\teeeé- Cannes 2016 MrtPC(DNEMA
Photo RMN - Jean-Gilles Berizzi 22.45 Picasso, l’inventaire d’une vie Un fabuleux voyage dans l’œuvre de Picasso, telle que ses héritiers l’ont découverte après sa mort. Un inventaire colossal qui révèle une part des secrets de l’homme et de sa vie. I à Le 8 avril 1973, lorsque Pablo Picasso s’éteint à 91 ans, dans sa maison de Mougins, en Provence- Alpes-Côte d’Azur, il ne laisse aucun testament. Peu après, dans les différentes demeures du peintre, la famille plusieurs fois recomposée qui est la sienne découvre un héritage fabuleux et insoupçonné  : des dizaines de milliers d’œuvres de toute nature que le plus grand peintre du XX e siècle a conservées toute sa vie, de ses premières esquisses d’enfant surdoué, à Málaga, jusqu’à ses ultimes toiles. Le commissairepriseur que les héritiers chargent de l’inventaire, Maurice Rheims, pense avoir plusieurs mois de travail. Il mettra en réalité plus de trois années à répertorier un total de 120 000 pièces – croquis, esquisses, lithographies, gravures, sculptures, céramiques et peintures de tous formats, mais aussi correspondance, collections personnelles, etc. Cette succession « inestimable » va donner lieu à une extraordinaire dation à l’État français – aux termes d’une loi conçue sur mesure par le ministre de la Culture André Malraux –, à l’origine du musée Picasso, à Paris. Son œuvre, sa vie Ce documentaire, coécrit par l’un des petits-fils de Picasso, déroule l’incroyable roman artistique et sentimental que fut la vie du peintre avec une fluidité et une élégance à sa mesure. Il dispose d’une matière première d’une richesse exceptionnelle  : de passionnantes archives, souvent inédites, dont nombre de photos et films de famille, des entretiens exclusifs et rares avec ses proches et d’autres témoins privilégiés de la succession. Prix du meilleur portrait, Fifa 2014 Aride CREC)TIVE Sur arte.tv/picasso, découvrez trois façons de se réapproprier l’œuvre dans la webproduction Picasso au cube. artipiEDITIC)NS Le dvd du film Picasso, l’inventaire d’une vie est disponible chez arte Éditions, de même que le livre Picasso, portrait intime d’Olivier Widmaier Picasso. Documentaire (France, 2013, 1h50mn) - Coauteurs  : Hugues Nancy et Olivier Widmaier Picasso - Réalisation  : Hugues Nancy Coproduction  : ARTE France, Gedeon Programmes, Welcome, RMN-GP - (R. du 26/10/2014) N°21 – semaine du 21 au 27 mai 2016 – ARTE Magazine 0.35 Satie’sfictions Promenades avec Erik Satie Un portrait ludique et en musique d’Erik Satie, pianiste et compositeur parmi les plus influents du XX e siècle. Né à Honfleur en 1866, Erik Satie fut l’une des figures majeures du Paris artistique du tournant du XX e siècle. Pianiste dans les cabarets de Montmartre à ses débuts, il connaît une gloire tardive en 1917 grâce au ballet Parade, qui bénéficie de l’aura de Jean Cocteau et de Picasso, et à ses liens avec le groupe des Six (Georges Auric, Louis Durey, Arthur Honegger, Darius Milhaud, Francis Poulenc, Germaine Tailleferre). Pourtant, incapable de gérer ses finances, Satie, qui s’était exilé à Arcueil, meurt dans la solitude et la misère le 1er juillet 1925. Personnalité excentrique Ses amis d’hier (Man Ray, Jean Cocteau, Pierre Bertin…) et des spécialistes d’aujourd’hui (le musicologue Robert Orledge, le pianiste Jean-Pierre Armengaud ou la présidente de la fondation Erik Satie, Ornella Volta) racontent la personnalité excentrique de l’homme au parapluie et analysent la portée de son œuvre  : ses partitions, truffées d’inventions – de la musique d’ameublement au minimalisme –, ont fait de lui l’un des pionniers de la musique contemporaine. Extraits d’œuvres jouées dans des lieux insolites (une scène enneigée, une piscine ou une usine), interludes inspirés de son incursion dans la publicité, via les petites vignettes qu’il dessinait, et animations mettant en scène sa silhouette « timide mais dangereuse » – selon les mots du peintre Léopold Survage, qui l’a croquée – complètent ce portrait ludique et instructif. Documentaire d’Anne-Kathrin Peitz et Youlian Tabakov (Allemagne, 2014, 52mn) (R. du 7/6/2015) Collection Viollet mai 22 dimanche 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :