Arte Magazine n°2016-20 14 mai 2016
Arte Magazine n°2016-20 14 mai 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-20 de 14 mai 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : la fin des chrétiens d'orient ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 18 mai JOURNÉE 5.20 M Bella Italia ! Verdi, Puccini, Donizetti Depuis le Festspielhaus de Baden-Baden 6.05 L E M Jardins d’ici et d’ailleurs Vallée-aux-Loups Série documentaire 6.30 L M Xenius Les animaux ont-ils l’esprit d’équipe ? Magazine 7.00 M Personne ne bouge ! Spécial Brigitte Bardot Magazine 7.35 7 ARTE Journal junior Programme jeunesse 7.45 L M La Corse, beauté sauvage Un monde végétal Série documentaire 8.30 L 7 Xenius Pourquoi nos passereaux ne chantent-ils plus ? Magazine 8.55 L M E M Guillaume le Conquérant Documentaire 10.40 L M Les routes mythiques de l’Europe La via Publicæ au Portugal ; La via Julia en Allemagne ; La via Romana en Suisse Série documentaire 13.20 7 ARTE Journal 13.35 L M E M CINÉMA Police python 357 Studiocanal Film d’Alain Corneau (1975, 2h) Un polar psychologique et l’un des meilleurs rôles d’Yves Montand, impeccable en flic solitaire. 15.40 L 7 E R Mousson (1) Le temps de l’attente Documentaire Wanda Films/Jorge NOVOa 16.25 M Un sanctuaire dans les Andes Chavín de Huántar Documentaire 17.15 L M Xenius Magazine 17.45 L Dis-moi comment tu dors En Espagne Série documentaire 18.10 L M Allemagne – Naissance d’un pays Le premier Allemand Série documentaire 18.55 L 7 Voyages au pays des vins de terroir De la vallée du Rhône à la Provence Florianfilm Série documentaire d’André Schäfer (2015, 5x43mn) Vincent Moissonnier convie l’acteur allemand Joachim Król à un tour de France de ses vignobles et vignerons préférés. Aujourd’hui, dans le Vaucluse et le Var. SOIRÉE 19.45 7 ARTE Journal 20.05 7 28 minutes Magazine 20.50 L 7 E Tout est vrai (ou presque) Luc Besson Série d’animation (2016, 30x3mn) La série quotidienne qui raconte les personnalités avec des petits objets fait son grand retour avec trente inédits. Aujourd’hui  : le réalisateur Luc Besson. 20.55 7 VF/V0STF CINÉMA A touch of sin Film I 23.00 L 7 E le documentaire culturel Régis Debray  : itinéraire d’un candide Documentaire 0.50 L 7 V0STF CINÉMA Heli Film 2.30 L 7 R Double jeu Pas de pardon Téléfilm (2013, 1h29mn, VF) Dans une petite ville de Bavière, un ancien criminel sexuel est agressé par un policier. 4.00 L M Yourope Le street art – Un art contestataire Magazine sous-titrage pour sourds E et malentendants r 20 N°20 – semaine du 14 au 20 mai 2016 – ARTE Magazine D audiovision pour aveugles et malvoyants L diffusion en haute définition disponible sur Internet durant sept jours après la diffusion 7 M vidéo à la demande M multidiffusion R rediffusion version française VF/V0STF version originale sous-titrée en français version originale V0STF sous-titrée en français Xstream Pictures 20.55 CINÉMA A touch of sin Dans une Chine gangrénée par la corruption et l’injustice, quatre personnages n’ont d’autre recours que la violence. Un réquisitoire fascinant et noir à la mise en scène stylisée, inspirée des films d’arts martiaux. Province du Shanxi. Dahai ne supporte plus la corruption de son village. Il interpelle en public son patron, se fait passer à tabac mais décide de ne pas s’en tenir là. Dans le Sichuan, Zhou San, travailleur migrant en cavale, décide de gagner sa vie à coups de revolver. Dans le salon de massage où elle est réceptionniste, Xiao Yu se fait agresser à coup de billets par un client avec qui elle refuse de coucher. Près de Canton, le jeune Xiao Hui s’éprend d’une prostituée… Sous pression Dans ce magnifique réquisitoire, salué par la critique et primé à Cannes, Jia Zhang-ke, passé maître dans l’art de mettre en scène les bouleversements de son pays, enchaîne quatre histoires inspirées de fait divers qui mettent en exergue une brutalité sociale généralisée. Sous pression, confronté sans arrêt à l’impunité et à la
sauvagerie, l’individu n’a d’autre alternative que la violence. À l’image de ses personnages toujours en mouvement, ce film fascinant parcourt le pays de long en large, montrant aussi comment l’information y circule à grande vitesse sur mobile ou tablette, propageant des nouvelles, souvent dramatiques, qui accentuent le sentiment d’injustice de la population. Si les agressions s’enchaînent implacablement, le réalisateur met le spectateur à distance grâce à un format d’image anamorphique (très large) qui magnifie visages et paysages, ainsi qu’à une mise en scène stylisée. Celle-ci rend limpide ce noir état des lieux, tout en laissant une lueur d’espoir. Fortement inspiré des films d’art martiaux, A touch of sin se réfère constamment à une culture chinoise solide, dans laquelle les individus peuvent puiser une part d’humanité. Lire aussi page 9 Prix du scénario, Cannes 2013, ,- -YeeKe. É Cannes 2016 (Tian zhu ding) Film de Jia Zhang-ke (Chine/Japon/France, 2013, 2h04mn, VF/VOSTF) – Scénario  : Jia Zhang-Ke – Avec  : Wu Jiang (Dahai), Tao Zhao (Xiao Yu), Baoqiang Wang (Zhou San), Lanshan Luo (Xiao Hui), Li Meng (Vivien Li) – Image  : Nelson Lik-wai Yu – Musique  : Giong Lim – Montage  : Mathieu Laclau, Xudong Lin – Production  : Xstream Pictures, Shanghai Film Group, Office Kitano, Shanghai Film Group, Bandai Visual Company, Bitters End, MK2, Shanxi Film Group KG Productions 23.00 le documentaire cuLTurel Régis Debray  : itinéraire d’un candide Autour de la figure de Régis Debray, intellectuel et homme engagé, un demi-siècle d’histoire récente, tourmentée, parfois violente. Des années 1960 à nos jours, des maquis d’Amérique latine à l’académie Goncourt, de Che Guevara à François Mitterrand, d’Edgar Morin à Julien Gracq, Régis Debray, coauteur de cette (auto) biographie, croise histoire officielle et mémoire intime. Il dévoile ainsi la part méconnue de figures déjà célèbres et révèle le rôle clé joué par d’autres dans les événements majeurs du siècle dernier. Régis Debray  : itinéraire d’un candide fait revivre une époque, mais aussi une génération, avec ses convictions, ses croyances, ses engagements et ses doutes. Chapitre 1  : Révolution Un grand dilemme caractérise les années 1960  : réforme ou révolution. Régis Debray choisit la seconde option. Le fils de bonne famille part s’installer à Cuba en 1965, à 25 ans, et se rapproche de Fidel Castro. Il s’engage ensuite dans la guérilla mise sur pied par Che Guevara pour tenter d’exporter la révolution castriste. En 1967, arrêté en Bolivie et condamné à trente ans de prison, il est finalement libéré au bout de quatre ans et rentre en France en 1973. Chapitre 2  : République En 1981, Régis Debray devient l’un des conseillers de François Mitterrand. Il finit par prendre congé de la politique au début des années 1990, «fatigué des antichambres et des concurrences, dépité de faire tache dans un entourage devenu bien lisse». Il se fait alors l’analyste d’une France à l’avenir incertain, marquée selon lui par la désacralisation des fonctions suprêmes, l’invasion du privé et l’abdication de l’État devant l’argent et les lobbies. Lire aussi page 7 Documentaire en deux parties de Yannick Kergoat (France, 2014, 56mn et 52mn) – Coauteurs  : Régis Debray, Yannick Kergoat Coproduction  : ARTE France, KG Productions, INA N°20 – semaine du 14 au 20 mai 2016 – ARTE Magazine i Una Film/Martín Escalante 0.50 CINÉMA Heli La descente aux enfers d’une famille mexicaine martyrisée par les trafiquants de drogue. Un film âpre et déstabilisant. Heli, jeune père et marié depuis peu, vit avec toute sa famille près d’une petite ville, dans un coin reculé du Mexique. Sa petite sœur Estrela est tombée amoureuse de Beto, un aspirant policier qui lui a promis de l’épouser. Pour financer leur future vie commune, Beto dérobe de la cocaïne à des trafiquants. Lui et sa belle-famille vont le payer très cher… Violence frontale Avec les terribles mésaventures d’Heli, Amat Escalante met en scène un Mexique impitoyable pour ses enfants. Le style abrupt et frontal de l’auteur de Sangre ou Los bastardos est à l’avenant d’une violence qui semble avoir contaminé la société dans son ensemble, jusqu’à la déshumaniser. Derrière le réalisme social, un regard dérangeant qui avait secoué la Croisette en 2013. Prix de la mise en scène, Cannes 2013, -\‘ « <1. Cannes 2016 Film d’Amat Escalante (France/Allemagne/Mexique/Pays-Bas, 2013, 1h45mn, VOSTF) Scénario  : Amat Escalante, Gabriel Reyes – Avec Armando Espitia (Heli) – Linda González (Sabrina) – Juan Eduardo Palacios (Beto) – Andrea Vergara (Estela) – Image  : Lorenzo Hagerman Montage  : Natalia López – Musique  : Lorenzo Hagerman – Production  : Foprocine, Lemming Film, Mantarraya Producciones, No Dream Cinema, Le Pacte, Ticoman, Tres Tunas, Unafilm mai 21 18 mercredi



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :