Arte Magazine n°2016-20 14 mai 2016
Arte Magazine n°2016-20 14 mai 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-20 de 14 mai 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : la fin des chrétiens d'orient ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
mai 16 lundi ard/DEGETO À quoi rêvent les stations-service ? 13.35 CINÉMA Le chemin du paradis Trois amis font fi de leurs ennuis financiers pour profiter de la vie, entre leur station-service et la belle Lilian, l’une de leurs clientes. Willy, Jean et Guy forment un trio inséparable. À leur retour d’un voyage en automobile, ils apprennent qu’ils sont ruinés. Les trois amis vendent leur voiture et s’achètent un poste à essence, s’ingéniant à travailler le moins possible pour profiter de la vie, tout en se disputant les faveurs de Lilian, une belle cliente… Une ode à la paresse et à la joie de vivre. Film de Wilhem Thiele et Max de Vaucorbeil (Allemagne, 1930, 1h30mn, noir et blanc, VOSTF) – Scénario  : Franz Schulz et Paul Frank – Avec  : Lilian Harvey (Lilian), Henry Garat (Willy), René Lefèvre (jean), Jacques Maury (Guy), Olga Tchekhova (Edith), Kurt Gerron (Kalmus) – Image  : Franz Planer – Montage  : Viktor Gertler – Musique  : Werner R. Heymann– Production  : Universum Film (UFA) – (R. du 12/10/1994) 18.10 Route 66 La grand-route de l’Amérique Voyage le long de la route symbole du rêve américain, qui relie Chicago à Santa Monica, en Californie. Traverser l’Illinois, le Missouri, le Kansas, l’Oklahoma, le Texas, le Nouveau-Mexique, l’Arizona et la Californie en suivant la Route 66, c’est arpenter une part du rêve américain, immortalisé par Steinbeck dans Les raisins de la colère en 1939. Le long de ses 3 670 kilomètres, motards ou touristes avides de nostalgie découvrent mille paysages et mille histoires différentes, des villes fantômes aux square dances de la musique bluegrass, de la Bible Belt puritaine aux communautés hippies du Nouveau-Mexique, jusqu’aux derniers chercheurs d’or du désert de Mojave. Le troisième épisode est diffusé à 0.20. Série documentaire de Peter Adler (Allemagne, 2011, 3x43mn) (R. du 2/4/2012) 16 N°20 – semaine du 14 au 20 mai 2016 – ARTE Magazine Sven Nykvist 20.55 CINÉMA Le facteur sonne toujours deux fois La passion vénéneuse entre un vagabond violent et une femme mariée. L’adaptation tout en tension d’un grand polar portée par l’époustouflant duo Nicholson-Lange. Sur la route de Los Angeles, Frank Chambers (Jack Nicholson) s’arrête dans une taverne perdue du Midwest, avec son acolyte. Mais ce dernier s’enfuit et lui dérobe son argent. Le patron de l’établissement, un Grec alcoolique, Nick Papadakis, propose alors au vagabond de travailler pour lui, moyennant huit dollars, un logement et «la cuisine de sa femme» Cora (Jessica Lange). C’est ce dernier argument qui va convaincre Frank d’accepter l’offre. Aimanté par Cora, il va tout faire pour coucher avec elle, surtout se montrer violent. À sa grande surprise, la jeune femme succombe et se révèle aussi pernicieuse que lui. Le couple maléfique décide de se débarrasser de Papadakis. Tension permanente Déjà adapté trois fois au cinéma avant cette version de 1981, notamment par Luchino Visconti et Tay Garnett, Le facteur sonne toujours deux fois est souvent cité parmi les meilleurs romans noirs de son temps. Bob Rafelson a décidé de s’affranchir d’une partie de l’histoire pour se concentrer sur la tension érotique permanente qui anime le couple incarné par Jack Nicholson et Jessica Lange, époustouflants, dont les scènes de sexe marquèrent leur époque. Excités par la violence et le sang, étonnamment capables d’une tendresse presque enfantine, ils happent le téléspectateur jusqu’à l’ultime scène, parfaitement amenée. (The postman always rings twice) Film de Bob Rafelson (États-Unis/Allemagne, 1981, 1h55mn, VF/VOSTF) – Scénario  : David Mamet, d’après le roman éponyme de James M. Cain – Avec  : Jessica Lange (Cora Papadakis), Jack Nicholson (Frank Chambers), John Colicos (Nick Papadakis), Michael Lerner (Katz), John P.Ryan (Kennedy), Anjelica Huston (Madge), William Traylor (Sackett) Image  : Sven Nykvist – Musique  : Michael Small Montage  : Graeme Clifford – Production  : New Gold Entertainment, Metro-Goldwyn-Mayer, Northstar International, CIP Filmproduktion
pelemete film I 22.50 CINÉMA Bagdad café Dans une minable station-service au cœur du désert, Percy Adlon revisite le thème de la vieille Europe confrontée au rêve américain. Une fable optimiste dont la BO a fait date. Après s’être disputée avec son mari, une plantureuse Bavaroise se retrouve seule au milieu du désert américain de Mojave. Errant à pied et en costume traditionnel sur la route de Las Vegas, elle échoue dans un motel-station-service minable, le Bagdad Café. Malgré l’hostilité de la patronne, qui lutte tant bien que mal pour faire tenir debout son établissement, elle insuffle peu à peu au lieu sa passion de l’ordre et du ménage, nouant avec ses habitants des liens profonds… Fugue américaine Bagdad café s’ouvre sur une scène de dispute dont les plans géométriques font penser à ceux de Wenders dans Paris, Texas. Mais le registre n’est pas le même. Hymne à la différence et à la solidarité empreint d’optimisme, mais aussi de la nostalgie légère des exilés, le film repose sur le contraste entre ses deux actrices principales,C.C.H. Pounder et Marianne Sägebrecht. Grâce notamment à l’abattage formidable de cette dernière, et à l’efficacité de la chanson «I’m calling you», interprétée par Jevetta Steele, ce film allemand qui rêve d’Amérique a fait un tabac à sa sortie, notamment en France. L’immensité du réel, le désert sont à la mesure de l’homme – et de la femme – pour peu qu’ils y insufflent leur poésie propre. César du meilleur film étranger, 1989 (Out of Rosenheim) Film de Percy Adlon (Allemagne, 1987, 1h27mn, VF/VOSTF) – Scénario  : Percy Adlon, Eleonore Adlon, Christopher Doherty Avec  : Marianne Sägebrecht (Jasmin),C.C.H. Pounder (Brenda), Jack Palance (Rudi Cox), Christine Kaufmann(Debby), Darron Flagg (Sal Jr.), Monica Calhoun (Phyllis) – Image  : Bernd Heinl Montage  : Norbert Herzner – Musique  : Bob Telson Production  : Pelemete Film GmbH, Project Filmproduction – (R. du 27/5/2002) N°20 – semaine du 14 au 20 mai 2016 – ARTE Magazine Brocken Spectre/Flying Moon/Colin Tennant 1.05 CINÉMA Shell Dans une station-service au milieu des Highlands, la relation trouble et fusionnelle entre une fille et son père, deux êtres solitaires et coupés du monde. Une route de campagne déserte dans les Highlands écossais. Dans une station-service au milieu de nulle part vivent Shell, 15 ans, et son père Pete, qui font tourner seuls les pompes à essence et le petit garage attenant. La mère de Shell est partie alors que cette dernière n’était qu’une enfant. Depuis, la jeune fille s’efforce de la remplacer au sein du foyer. Mais alors que l’adolescente connaît ses premiers émois et désirs de liberté, la grande complicité qu’elle partage avec son père – qui voit en elle le reflet de la femme qu’il aimait autrefois – prend des allures d’amour interdit. Un film à l’étrangeté lente et contemplative, dans lequel brille la jeune Chloe Pirrie dans le rôle de cette ado secrète qui commence lentement à s’extraire de sa coquille. Film de Scott Graham (Royaume-Uni/Allemagne, 2012, 1h27mn, VOSTF) Scénario  : Scott Graham – Avec  : Chloe Pirrie (Shell), Joseph Mawle (Pete), Iain de Caestecker (Adam), Morven Christie (la jeune mère), Kate Dickie (Claire), Milla Gibson (la petite fille), Paul Hickey (Robert), Michael Smiley (Hugh)– Image  : Yoliswa Gärtig – Montage  : Rachel Tunnard Production  : British Film Institute, Creative Scotland, Flying Moon mai lundi 17 16



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :