Arte Magazine n°2016-17 23 avr 2016
Arte Magazine n°2016-17 23 avr 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-17 de 23 avr 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : Tchernobyl, trente ans de radioactivité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Programmation spéciale Le Barde a encore chanté ! Théâtre, cinéma, séries…  : les bonnes histoires sont souvent faites d’étoffe shakespearienne. Le Barde a le chic pour se glisser dans les costumes les plus divers et se fondre dans toutes les époques, sans jamais se démoder. ZDF/Clemens Baumeister Parmi les créateurs dont l’œuvre a traversé l’histoire, Shakespeare, dont on commémore cette année les quatre cents ans de la disparition, affiche une cote insolente. En France, des valeurs sûres du théâtre se frottent régulièrement à lui  : Olivier Py (Le roi Lear) et Thomas Ostermeier (Richard iii) au dernier Festival d’Avignon, Éric Ruf à la Comédie-Française (Roméo et Juliette). De fougueux metteurs en scène s’y attaquent aussi  : Vincent Macaigne, dont la pièce Au moins j’aurai laissé un beau cadavre, un Hamlet iconoclaste créé en 2011, a fait sensation ; Thomas Jolly, avec son audacieux Henry VI de dix-huit heures, suivi d’un Richard iii tonitruant… Le cinéma aussi fait régulièrement de l’œil au vénérable Anglais  : en 2015, un Macbeth un brin poseur a reçu les honneurs du Festival de Cannes grâce à Michael Fassbender et Marion Cotillard. En 2013, l’Américain Joss Whedon, lui, a tourné un Beaucoup de bruit pour rien à petit budget pour se délasser entre deux blockbusters, 6 N°17 – semaine du 23 au 29 avril 2016 – ARTE Magazine Mary Evans Picture Library 2010 tandis qu’à Hollywood encore Anonymous de Roland Emmerich, sorti en 2011, explorait le fameux mystère qui touche à l’identité de l’écrivain. Quant aux séries, mieux vaut ne pas y regarder de trop près sous peine d’écrire une thèse… De Game of thrones à House of cards, elles sont shakespeariennes en diable. Apprécié à toutes les époques, le dramaturge semble particulièrement séduire le public des années 2010. Désorienté par les bouleversements du présent, ce dernier aurait-il soif d’applaudir des histoires qui mettent en scène les passions, le chaos, la défiance envers les puissants ? Ce qui est sûr, et qui se vérifie encore aujourd’hui, c’est que l’œuvre du Barde contient et cristallise tous les ingrédients des grandes fictions populaires. Comme il vous plaira «Donnez-moi une page de la Bible et je vous fais un film ! », affirmait le célèbre réalisateur des Dix
I Leemage Nick Wall commandements, Cecil B. De Mille. On pourrait en dire autant de la plupart des pièces de Shakespeare. Méchants hauts en couleur, femmes fatales ou grandes amoureuses, héros sombres ou jeunes premiers, bouffons grotesques et émouvants  : il y en a pour tous les goûts chez le grand Will. Avec ces caractères plus grands que nature mais aussi terriblement humains, il a composé des scénarios en or qui mêlent politique et sentiment, métaphysique et légèreté, onirisme et trivialité, et posent des questions fondamentales sur notre destinée. Le génie du dramaturge, fin observateur de l’histoire et des comportements, a consisté à faire de ces motifs un cocktail inédit, susceptible de capter l’intérêt de tous les publics. Résultat  : une œuvre à la plasticité sans pareille, immortalisée par une langue concrète et poétique, que chaque époque, chaque culture a pu reprendre et s’approprier, d’Orson Welles à Baz Luhrmann, en passant par Akira Kurosawa. Jonathan Lennuyeux-Comnène Le génie william shakespeare les 400 ans de sa mort Dimanche 24 avril Tout est vrai (ou presque) – Looking for Shakespeare à 11.40, 12.25, 16.55, 0.20, 2.00 et 4.20 – Metropolis à 11.45 – Philosophie – Shakespeare à 12.30 – Personne ne bouge ! – Spécial Shakespeare à 17.00 – L’usine à rêves de Shakespeare à 17.35 – «Roméo et Juliette» raconté par Thomas Hengelbrock à 18.30 – Shakespeare mis à nu à 22.50 – Roméo et Juliette, téléfilm de David Bobée et François Goetghebeur, à 0.25 – «Les Capulets et les Montaigus» de Vincenzo Bellini à 2.05 Lundi 25 avril Le songe d’une nuit d’été, film de Michael Hoffmann, à 20.55 – Ran, film d’Akira Kurosawa, à 22.50 Mercredi 27 avril Beaucoup de bruit pour rien, film de Kenneth Branagh, à 20.55 – Shakespeare est-il mort ? – Librement inspiré de l’essai de Mark Twain à 22.40 – La dernière tournée de Shakespeare, fiction d’Achim Bornhak, à 23.35 – Au cœur de la nuit – Thomas Ostermeier et Niki Karimi à Téhéran à 1.05 – Richard III, mis en scène par Thomas Ostermeier, à 2.00 Jeudi 28 avril Othello, film d’Orson Welles, à 23.55 N°17 – semaine du 23 au 29 avril 2016 – ARTE Magazine Shakespeare or not Shakespeare ? L’existence d’un William Shakespeare, né en 1564 et mort en 1616, fils de commerçant devenu acteur puis dramaturge à Londres, est historiquement attestée. Mais les lacunes qui émaillent sa biographie, ajoutées au décalage entre son origine sociale et l’érudition dont témoignent ses pièces, ont suscité bien des soupçons… L’homme né et enterré à Stratford-upon-Avon, petite ville du comté de Warwickshire, ne serait pas l’auteur des chefs-d’œuvre publiés sous son nom  : derrière lui se cacherait un ou plusieurs écrivains ! Depuis le XIX e siècle, toutes sortes de théories ont fleuri sur le sujet, des plus étayées aux plus fumeuses. Aujourd’hui, la plupart des spécialistes s’accordent à nier la probabilité d’un «complot». Sceptiques et rêveurs sous-évaluent peut-être le fait qu’au XVI e siècle les notions d’auteur et d’originalité n’importaient pas autant qu’à l’époque moderne  : certaines pièces de Shakespeare ont pu être écrites à plusieurs mains, ou s’inspirer de textes préexistants, sans que cela remette en cause ni son existence en tant qu’écrivain ni son génie. 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :