Arte Magazine n°2016-17 23 avr 2016
Arte Magazine n°2016-17 23 avr 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-17 de 23 avr 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : Tchernobyl, trente ans de radioactivité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
En couverture Vivre avec la radioactivité Trente ans après la catastrophe de Tchernobyl, cinq ans après celle de Fukushima, un documentaire donne la parole à ceux qui vivent dans des zones contaminées. Jacques Lochard, spécialiste de la radioprotection *, y souligne l’importance d’agir en lien avec ces habitants souvent oubliés. Entretien. Quel était l’enjeu du projet auquel vous avez participé en Biélorussie entre 1996 et 2001 ? Jacques Lochard  : Ce projet européen, baptisé Ethos, avait pour but d’améliorer durablement les conditions de vie de villageois habitant dans des territoires contaminés, dont le quotidien avait été bouleversé. En Biélorussie, notamment, de nombreuses personnes vivaient, et vivent toujours, dans des zones dites «faiblement contaminées», parce qu’elles n’ont pas pu les quitter ou ne l’ont pas voulu. Certaines avaient tenté d’aller vivre en ville, à Minsk par exemple, mais une grande partie d’entre elles étaient finalement revenues. Nous nous sommes mis au service des habitants et nous avons travaillé avec eux, d’abord pour comprendre leurs problèmes, ensuite pour trouver des moyens de limiter l’impact de la contamination, notamment en ce qui concernait l’alimentation. Dans le documentaire, vous dites notamment que l’humain a été «mis de côté» après l’accident de Tchernobyl… Après Tchernobyl, l’attention s’est focalisée sur les effets radio-induits sur la santé. D’innombrables 4 N°17 – semaine du 23 au 29 avril 2016 – ARTE Magazine études scientifiques ont été menées, et se poursuivent de nos jours. Les conséquences de la présence de la radioactivité sur la qualité de vie des personnes, pourtant considérables, n’ont jamais soulevé le même intérêt. Dans une moindre mesure, cela a encore été le cas après Fukushima. Or, les habitants touchés sont d’autant moins préparés à faire face aux conséquences d’un accident nucléaire qu’il n’existe aucune mémoire collective partagée dans ce domaine, contrairement aux catastrophes naturelles. Ils sont donc sans voix et sans savoir-faire face aux discours techniques et souvent contradictoires qui envahissent la sphère médiatique. En outre, les victimes doivent s’en remettre à des instances qui ne leur inspirent plus confiance. Tout cela entraîne une douloureuse perte de contrôle sur leur vie quotidienne. Leur environnement, le bien-être de leurs enfants, leur projets…  : plus rien n’est source de sécurité. Apprendre à réagir aux accidents nucléaires n’équivaut-il pas à accepter que cette technologie dangereuse fasse partie de notre avenir ? Que peut-on faire d’autre ? Actuellement, environ 450 réacteurs nucléaires sont en activité dans
le monde et une soixantaine est en construction, notamment en Asie et au Moyen-Orient. En Chine, on va en créer dix par an sur les quinze prochaines années. Il serait irresponsable de ne pas tirer les enseignements des accidents du passé car malgré les efforts engagés en matière de sûreté, un nouvel accident n’est pas impossible. Si cela arrive, il est de notre devoir d’alléger l’impact auprès des populations, forts de notre expérience. Que sait-on des conséquences sanitaires, concernant Tchernobyl et Fukushima ? À Tchernobyl, dans les années qui ont suivi l’accident, la principale conséquence a été un fort accroissement des cancers de la thyroïde chez les jeunes enfants. Plus récemment, des leucémies se sont déclarées parmi les membres des équipes de secours envoyées sans protection appropriée dans la centrale. Mais dans la population ayant reçu des doses plus faibles, il est trop tôt pour estimer l’impact. Il faut attendre vingt à trente ans, sachant que le suivi épidémiologique est rendu difficile par le fait que l’accident est survenu au moment de l’effondrement de l’Union soviétique. Au Japon, les autorités ont mis en place un plan de surveillance élaboré, concernant les 2 millions d’habitants de la préfecture de Fukushima. Leur santé va être suivie pendant des décennies, pour détecter d’éventuels cancers, malformations congénitales et autres pathologies. Jusqu’à présent, on n’a pas observé d’effets sanitaires directement liés à l’exposition à la radioactivité. En revanche, il existe un décompte officiel des victimes de la triple catastrophe (séisme, tsunami et accident nucléaire), soit deux mille décès associés à l’importante dégradation des conditions de vie dans la préfecture de Fukushima, où on dénombre encore près de cent mille personnes évacuées. Propos recueillis par Laure Naimski * Jacques Lochard est également directeur du Centre d’études sur l’évaluation de la protection dans le domaine nucléaire (CEPN). N°17 – semaine du 23 au 29 avril 2016 – ARTE Magazine Mardi 26 avril à 20.55 Tchernobyl, Fukushima  : vivre avec Lire pages 18-19 photos  : bellota films airtià FUTURE) Radioactivity Par quelles images représenter la radioactivité, à la fois invisible et omniprésente dans la mémoire collective ? Parallèlement au documentaire Tchernobyl, Fukushima  : vivre avec, ARTE propose Radioactivity, une expérience Web inédite, sur ordinateur, tablette ou mobile. Ce générateur de films, conçu par Bruno Masi et coproduit par ARTE, l’INA et Red Corner, permet aux internautes de composer leur propre clip à partir de deux cents archives exceptionnelles montrant les différents visages de la radioactivité depuis un siècle. Crèmes de beauté au radium, champignons atomiques, images en temps réel de la catastrophe de Fukushima…  : Radioactivity fait émerger un pan de mémoire populaire. L’outil offre à chacun la possibilité de s’approprier un patrimoine visuel et de partager ensuite le clip créé sur les réseaux sociaux. arte.tv/radioactivity En ligne le 18 avril 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :