Arte Magazine n°2016-16 16 avr 2016
Arte Magazine n°2016-16 16 avr 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-16 de 16 avr 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : Arte concert festival.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
avril 20 Désir d’émancipation Michael Fassbender en Rochester, Mia Wasikowska en Jane Eyre  : contrairement au roman – déjà porté à l’écran une vingtaine de fois – qui mettait au premier plan deux héros sans grande beauté, le réalisamercredi ARD/Degeto/2011 fOcus Features 20.55 CINÉMA Jane Eyre Les amours semées d’embûches de la fière Jane Eyre et de l’ombrageux Edward Rochester. Une adaptation classieuse et gothique du chef-d’œuvre de Charlotte Brontë avec un duo glamour (Mia Wasikowska et Michael Fassbender). Épuisée et transie, Jane Eyre s’effondre sur le seuil de la demeure du pasteur St. John et de ses sœurs. La jeune fille reprend des forces, ranimée par la chaleur et les attentions de cette famille accueillante, sans rien dévoiler du pesant secret qui l’a conduite à s’enfuir et que des flashbacks vont dévoiler. Orpheline pauvre en butte à la haine de sa tante, elle est envoyée enfant au sinistre pensionnat de Lowood. Une fois adulte, elle trouve une place de gouvernante dans un manoir isolé, Thornfield, avec pour seule compagnie une vieille intendante, quelques domestiques et Adèle, sa petite élève, aussi charmante qu’écervelée. Longtemps absent, le maître des lieux, Edward Rochester, surgit un soir d’une humeur ombrageuse. Malgré ses manières rudes, Jane ne tarde pas à s’attacher à cet homme tourmenté, qui semble ne plus pouvoir se passer d’elle. Mais ce bonheur nouveau lui paraît fragile et irréel… 20 N°16 – semaine du 16 au 22 avril 2016 – ARTE Magazine teur Cary Joji Fukunaga a opté pour un casting des plus glamours. Mais le distinguo s’arrête là car les deux acteurs ont le tempérament de feu requis pour incarner ces deux êtres épris d’absolu qui contiennent farouchement leur passion. L’accent est mis sur le désir d’émancipation social de Jane Eyre, dont Mia Wasikowska exalte avec finesse la détermination. L’atmosphère gothique du film (manoir lugubre, scènes éclairées à la bougie), la majesté des plans, la grâce des mouvements et la palette de couleurs automnales nimbent d’une grande élégance cette nouvelle et attrayante adaptation. Lire aussi page 9 Film de Cary Joji Fukunaga (Grande-Bretagne, 2011, 2h, VF/VOSTF) - Scénario  : Moira Buffini, d’après le roman éponyme de Charlotte Brontë - Avec  : Mia Wasikowska (Jane Eyre), Michael Fassbender (Edward Rochester), Jamie Bell (St. John Rivers), Su Elliot (Hannah), Judi Dench (Mme Fairfax), Sally Hawkins (Mme Reed), Imogen Poots (Blanche Ingram), Sophie Ward (Lady Ingram), Romy Settbon Moore (Adèle Varens) - Image  : Adriano Goldman - Musique  : Dario Marianelli Montage  : Melanie AnnOliver - Production  : Focus Features, BBC Films, Ruby Films, Lipsync Productions
Martin Langner 22.50 Le documentaire culturel Libre ET biélorusse Un théâtre en résistance Au Belarus, une troupe de théâtre courageuse tente dans une semiclandestinité de libérer la parole, bravant l’omnipotence du président Loukachenko. Les comédiens et artistes du Théâtre libre de Minsk sont sous surveillance, mais rien ne les empêche de braver sur scène la léthargie et l’autocensure de leur pays bâillonné. Au pouvoir depuis 1994, le tout-puissant président Loukachenko, réélu pour un cinquième mandat en octobre dernier, perpétue le système policier et répressif de l’ère soviétique. En 2010, à l’issue de manifestations massives contestant sa légitimité, des milliers d’opposants ont été arrêtés. Les deux directeurs de la troupe, Nicolaï Khalezin et sa femme Natalia, ont alors dû s’exiler à Londres. Mais leur troupe, qu’ils dirigent à distance par Skype interposé, continue envers et contre tout de travailler à la périphérie de Minsk, dans une semi-clandestinité. Un bâtiment en béton sans âme abrite répétitions et représentations. Pour atténuer les risques, le public est convié par SMS juste avant le spectacle. Leur dernière pièce en date, intitulée Le temps des femmes, évoque l’expérience vécue par trois femmes interrogées durant des heures par la police politique en 2010. Documentaire de FriedemannHottenbacher (Allemagne, 2015, 53mn) Pallas Film 23.40 Cinéma En attendant la MER Libéré de prison, l’ancien capitaine Marat revient dans son village au bord de la mer d’Aral, désormais asséchée. Un drame nimbé de poésie. Jugé responsable d’un naufrage qui a coûté la vie à l’équipage de son chalutier et à sa fiancée, Marat a passé des années en détention. Pendant son absence, la mer d’Aral s’est retirée de son village  : il n’y a plus qu’un désert de sel, des fonds marins asséchés et des épaves enlisées. Dont celle de son bateau, qu’il veut réparer et placer sur des rails pour lui faire retrouver l’eau de la mer. Convaincu qu’il y parviendra la nuit du Nouvel An, il poursuit son rêve en dépit des quolibets de ses voisins. Tamara, la sœur de sa fiancée disparue, qui l’aime en secret, le soutient dans sa folle entreprise, car une voyante lui a dit qu’il l’aimerait à son tour le jour où la mer reviendrait. Mer et âmes Décédé l’an dernier à seulement 49 ans, le réalisateur tadjik Bakhtiar Khudojnazarov (Lion d’argent à Venise en 1993 avec Œil pour œil) s’est servi de la fiction pour évoquer avec un réalisme quasi documentaire l’assèchement de la mer d’Aral, provoqué par les planifications aveugles de l’URSS, puis aggravé par les politiques des États riverains désormais indépendants. Le cinéaste dépeint aussi l’assèchement des âmes provoqué par la disparition de l’eau  : les pêcheurs d’autrefois survivent N°16 – semaine du 16 au 22 avril 2016 – ARTE Magazine en détournant illégalement le pétrole des pipe-lines, ou en attaquant des camions. Nimbé de la poésie du désespoir, son film offre une métaphore puissante de la perte de notre humanité qu’entraîne l’épuisement de la nature. (V ogidanii moria) Film de Bakhtiar Khudojnazarov (Russie/Allemagne/Belgique, 2012, 1h43mn, VOSTF) - Scénario  : Sergueï Ashkenazy - Avec  : Egor Beroev (Marat), Anastasia Mikulchina (Tamara/Dari), Detlev Buck (Balthazar), Dinmukhamet Akhimov (le père de Tamara) Image  : Jan Vancaillie, Dusan Joksimovic, Rifkat Ibragimov - Montage  : Salome Machaidze, Danielius Kokanauskis - Musique  : Shuhei Kamimura - Production  : Pallas Film, VISS, Silkroad Production, Entre Chien et Loup avril 20 mercredi 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :