Arte Magazine n°2016-15 9 avr 2016
Arte Magazine n°2016-15 9 avr 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-15 de 9 avr 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : au côté des réfugiés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Comment avez-vous rejoint le projet Réfugiés ? Yolande Moreau : C’est Philippe Brachet, le rédacteur en chef d’arte Reportage, qui m’a contactée. Le sujet m’interpellait, étant très choquée par la situation des réfugiés en France. Mais il y a déjà eu tellement de reportages et de documentaires dessus, réalisés par des gens compétents, que l’idée m’effrayait. Les événements inquiétants de l’année 2015, qui s’est soldée par une percée du Front national aux dernières élections, ont été déterminants. La peur fait son chemin et il est essentiel de réagir. en couverture Donner un visage aux réfugiés Réfugiés, la série multimédia d’ARTE Reportage, revient avec un cinquième volet sur la “jungle” de Calais. Entretien avec l’actrice et réalisatrice Yolande Moreau, qui signe le film Nulle part, en France. Comment avez-vous abordé cette incursion dans le documentaire ? Heureusement, j’étais accompagnée d’une équipe d’enfer. L’idée de pénétrer dans la “jungle” de Calais avec une caméra me terrorisait. Mais l’équipe l’a fait avec tellement de simplicité que l’on réussissait rapidement à établir des liens avec les réfugiés, qui étaient même contents de pouvoir s’exprimer. Tout est une question de temps, d’investissement, mais aussi d’immédiateté car il se passe des choses en permanence, souvent imprévisibles. À l’issue du tournage, je me suis demandé ce que j’allais faire de toute cette matière, qui balayait différents aspects. J’ai choisi de me concentrer sur les réfugiés à travers le témoignage de Hawré, qui nous a beaucoup touchés. J’ai souhaité donner aux exilés le visage de ce jeune Kurde, afin que les spectateurs s’identifient à son parcours et soient émus à leur tour. Quels étaient vos autres partis pris de réalisation ? J’ai privilégié les grands plans fixes pour raconter le quotidien, le vent, la boue, la proximité de la mer. Et j’ai eu très vite envie de faire appel à l’écrivain Laurent Gaudé, qui a composé des poèmes sur ces hommes et ces femmes n’ayant nulle part où aller. Ses mots sonnent tellement justes… Je voulais joindre ses mots aux images, et trouver ainsi un mode de narration différent par rapport aux documentaires classiques. Propos recueillis par Manon Dampierre 4 N° 15 – semaine du 9 au 15 avril 2016 – ARTE Magazine RÉFUGIÉS, LE LIVRE Préfacé par Régis Wargnier et réunissant des textes, des photographies et des planches de BD réalisés par les artistes engagés dans le projet, le livre, coédité par arte et Invenit, sort en librairie le 22 avril. RÉFUGIÉS, la série multimédia Sur arte.tv/refugies, les récits de l’écrivain Didier Daeninckx, du photographe Gaël Turine et du dessinateur Cyrille Pomès complètent celui de Yolande Moreau. Retrouvez aussi l’intégralité des quatre premiers volets au Népal, en Irak, au Liban et au Tchad. Samedi 9 avril à 18.35 ARTE Reportage Nulle part, en France Lire page 10
programmation spéciale Le baron empêché Entre fiction et documentaire, ARTE retrace le destin singulier du baron Empain, héritier brisé d’une dynastie capitaliste tombée dans l’oubli, dont l’enlèvement en 1978 a inspiré à Lucas Belvaux son film Rapt. Mercredi 13 avril à partir de 20.55 Rapt suivi de Les barons eMpain La dynastie fracassée Lire pages 20-21 ©jpruelle.com Romanesque destinée que celle du baron belge Édouard-Jean Empain, “Wado” pour ses intimes, capitaine d’industrie flambeur et conquérant, brisé en pleine gloire par un rapt crapuleux, en 1978. Héritier d’un empire familial forgé en deux générations, il en prend les commandes à 30 ans, en 1967. Il porte le poids d’une jeunesse dorée, mais douloureuse, passée surtout en France où, orphelin de père à l’âge de 9 ans, il grandit entre des gouvernantes et des institutions religieuses. Sa mère, Rozell Rowland, une Américaine danseuse de burlesque épousée en secondes noces par son père, N° 15 – semaine du 9 au 15 avril 2016 – ARTE Magazine ne l’a jamais aimé mais lui a légué sa blondeur et son physique avantageux. À 20 ans, le garçon solitaire s’empresse de se marier avec une belle Italienne de 18 ans, Silvana, avant de découvrir incidemment l’ampleur de sa fortune. Le franc-tireur Grand admirateur de son aïeul, le général baron Édouard Empain, fondateur de l’empire familial, bâtisseur du métro parisien, de nombreux tramways et réseaux ferroviaires et de la ville égyptienne d’Héliopolis, Wado va tout faire pour se montrer à sa hauteur. En 1969, il défie l’État français en mettant la main sur le groupe Schneider et sa force nucléaire. Mal vu par les grandes familles, pour lesquelles il n’est pas du sérail, ce grand séducteur et joueur de poker garde secrètes les frasques de sa vie privée mais se voit souvent épinglé par Le canard enchaîné pour la gestion de ses affaires. Cette décennie fastueuse s’achève dramatiquement en 1978 par son enlèvement très médiatisé à Paris. Libéré après soixante-trois jours de captivité et un auriculaire amputé, cet homme qui n’a peur de rien découvre qu’il a tout perdu : trahi par ses proches, il divorce puis cède ses parts du groupe, et ne reviendra plus vraiment aux affaires. Marie Gérard Le baron Empain selon Yvan Attal, qui l’interprète dans Rapt “Avec ce personnage, je fonctionnais un peu par clichés. C’est quelqu’un qui est sûr de lui, assez naturellement arrogant. Et malgré tous ses secrets, je pense que c’est tout de même quelqu’un de digne. Il ne s’écroule pas. C’est un homme qui porte en lui une certaine force, et même un sens moral. Ça ne l’empêche pas d’être humain, d’avoir peur en détention. Il fait face aux événements, il ne craque pas devant ses ravisseurs, il est capable de leur parler, et lorsqu’il sort, il continue à être lui-même, à se battre. Il se sait toujours capable de diriger son groupe. La seule chose qui l’ébranle, c’est sa famille.” 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :