Arte Magazine n°2016-15 9 avr 2016
Arte Magazine n°2016-15 9 avr 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-15 de 9 avr 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : au côté des réfugiés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 13 avril JOURNÉE 5.20 L7 R Lionel Bringuier, Renaud Capuçon et le Philharmonique de Radio France Concert 6.05 EM Médecines d’ailleurs Bali – L’île des Balians Série documentaire 6.35 LM Xenius Archéologie : des trésors sous la glace ? Magazine 7.00 M Personne ne bouge ! Spécial Catherine Deneuve Magazine 7.35 7 ARTE Journal junior Programme jeunesse 7.45 LM Le Rhin vu du ciel Le Rhin romantique Série documentaire 8.30 LR Xenius Faut-il croire à l’astrologie ? Magazine 8.55 LM Mystérieuse disparition au Yellowstone Documentaire 9.50 LM Comment cloner un mammouth laineux ? Documentaire 11.05 LM Les bébés du zoo Premiers pas ; Premiers combats ; Premières frayeurs Série documentaire © DOKfilm 13.20 7 ARTE Journal 13.35 LM VF/V0STF CINÉMA La grande course autour du monde Film de Blake Edwards (1965, 2h26mn) Une course-poursuite hilarante autour du monde, avec Tony Curtis, Jack Lemmon, Natalie Wood et Peter Falk. 16.25 L7 R Home Swiss home La route des lacs Série documentaire de Peter Latzko (2014, 2x52mn) Des rencontres fortes sur les sites helvètes classés à l’Unesco. 17.20 LM Xenius Faut-il croire à l’astrologie ? Magazine 17.45 LE7 Jardins d’ici et d’ailleurs Tête d’or Série documentaire (2015, 20x26mn) Jean-Philippe Teyssier, architecte paysagiste, nous emmène à la découverte des plus beaux jardins de France et d’Europe, jusqu’au 29 avril. 18.15 LM Mes amis les grands dauphins Documentaire © Gedeon Programmes SOIRÉE 19.00 L7 Sur un arbre perché Rêves de cabanes Documentaire de Denis Dommel et Laurent Martein (2016, 43mn) À la découverte de cabanes perchées dans les arbres, refuges de rêve pour les amoureux de la nature. 19.45 7 ARTE Journal 20.05 7 28 minutes Magazine d’actualité présenté par Élisabeth Quin (2016, 43mn) 20.50 LE7 Salaire net et monde de brutes Hôtesse Salon de l’auto Série d’animation (2015, 30x3mn) Aujourd’hui : comment essayer de gagner sa vie en étant bien carrossée. 20.55 7 CINÉMA Rapt Film 22.55 L Les barons Empain La dynastie fracassée Documentaire 0.30 L Hells Angels – Entre frères Lutz Schelhorn et le Charter Stuttgart Documentaire 2.00 EM VF/V0STF Molly, une femme au combat (3 & 4) Série 3.45 M Yourope Quelle protection pour les animaux ? Magazine sous-titrage pour sourds E et malentendants 20 N° 15 – semaine du 9 au 15 avril 2016 – ARTE Magazine © BBC Pictures D audiovision pour aveugles et malvoyants L diffusion en haute définition disponible sur Internet durant sept jours après la diffusion 7 M vidéo à la demande M multidiffusion R rediffusion version française VF/V0STF version originale sous-titrée en français version originale V0STF sous-titrée en français © David Koskas 20.55 | CINÉMA Rapt Inspirée du rapt du baron Empain en 1978, une vertigineuse descente aux enfers, qui met en lumière la vulnérabilité du pouvoir. Avec Yvan Attal, tout en douloureuse retenue. Soirée baron Empain Riche héritier et capitaine d’industrie courtisé par les politiques, Stanislas Graff, père et mari aimant, mène une double vie, entre garçonnière et ruineuses parties de poker. Un matin, le “Président”, comme chacun l’appelle, est kidnappé par des truands, lesquels exigent une rançon de 50 millions d’euros (le film est transposé aux années 2000) et n’hésitent pas à lui couper un doigt. Alors que la police s’en mêle, les négociations s’éternisent et la presse révèle la face cachée de l’industriel respecté, semant le trouble dans sa famille et dans ses affaires. Victime encombrante Librement inspiré de l’enlèvement du baron Empain en 1978, Rapt s’appuie sur un rythme haletant de thriller pour sonder méthodiquement les bouleversements provoqués par l’onde de choc chez chacun des protagonistes. Nanti brutalement déclassé et maltraité, Stanislas Graff subit son sort avec une dignité muette, tandis que sa détention s’étire et que, à l’extérieur, l’image du martyr se fracasse au fil des révélations de la presse. Yvan Attal apporte une blanche et douloureuse profondeur à ce rôle de victime entravant les rouages du système. C’est cette vertigineuse descente aux enfers, traduisant la vulnérabilité du pouvoir, que Lucas Belvaux met en scène avec maestria. Lire aussi page 5 Film de Lucas Belvaux (France, 2009, 2h05mn) - Scénario : Lucas Belvaux - Avec : Yvan Attal (Stanislas Graff), Anne Consigny (Françoise Graff), André Marcon (André Peyrac), Françoise Fabian (Marjorie), Alex Descas (maître Walser), Michel Voïta (le commissaire Paoli) - Image : Pierre Milon - Montage : Danielle Anezin - Production : Agat Films & Cie, Entre Chien et Loup, France 3 Cinéma, RTBF, Ateliers de Baere
22.55 Les barons eMpain La dynastie fracassée L’histoire, aussi édifiante que romanesque, de trois générations d’industriels belges, racontée entre autres par Jean-Édouard Empain, dont le rapt, en 1978, a signé la chute d’un empire familial hors norme. en 1978 du baron belge Empain, flamboyant héritier et capitaine d’industrie, qui a L’enlèvement conquis sept ans plus tôt à la hussarde la présidence du groupe français Schneider, est resté dans les mémoires, en partie grâce au film Rapt de Lucas Belvaux, diffusé avant ce documentaire. Mais qui connaît l’histoire de l’empire familial dont ces soixante-trois jours terribles de captivité ont marqué la chute ? Symbolique du capitalisme sans frein des XIX e et XX e siècles, mais aussi étonnamment romanesque, le destin de cette “dynastie fracassée”, selon le mot de la sociologue Monique Pinçon-Charlot, est raconté par l’ex-otage Jean-Édouard Empain, dit “Wado”. Dans un salon encombré de souvenirs, de bibelots et de photos, qui évoque irrésistiblement le poids d’un passé écrasant, le vieux monsieur, disert et blessé, donne avec une surprenante liberté de ton sa version de l’épopée familiale. Le demi-dieu et le flibustier Au commencement, il y a un “demi-dieu” : son grand-père, Édouard (1852-1929), self-made-man visionnaire, profite de l’essor du capitalisme belge, des avancées techniques et de la colonisation pour bâtir un empire colossal, qui lui vaut son titre de noblesse. Il a construit le métro de Paris, bâti le chemin de fer et exploité des mines au Congo belge, fait surgir des sables égyptiens une ville entière, Héliopolis… Digne héritier de son aïeul et flibustier conquérant, Jean-Édouard dirigera un groupe tentaculaire, avec plus de 120 000 salariés et 22 milliards de chiffre d’affaires, mais perdra tout après sa détention, suite aux révélations de la presse sur sa vie privée. Sa voix et celles de chercheurs se mêlent à de riches archives, films et photographies, pour un foisonnant et passionnant voyage à travers un siècle de capitalisme, entre grande histoire et tragédies intimes. Documentaire de Tanguy Cortier et Alice Gorissen (Belgique/France, 2015, 1h30) - Coproduction : To Do Today Productions, ARTE GEIE, RTBF Soirée baron Empain N° 15 – semaine du 9 au 15 avril 2016 – ARTE Magazine © Todo Today Productions © SWR/INDI FILM 0.30 Hells Angels – Entre frères Lutz Schelhorn et le Charter Stuttgart Une rencontre étonnante avec les membres d’un club allemand de Hells Angels, ces motards considérés comme violents, bien loin des préjugés négatifs attachés au mouvement. Nés aux États-Unis en 1948, les Hells Angels ont toujours eu mauvaise réputation, même si le cinéma américain a parfois magnifié ces gangs de motards fous de leurs Harley-Davidson. Les “Anges de l’enfer” sont généralement considérés comme des groupes dangereux et violents, alors qu’eux-mêmes se voient comme des fans de rock, rebelles, solidaires et amoureux de la liberté. Le club des Hells Angels de Stuttgart est le deuxième à avoir été fondé en Allemagne. Son président, Lutz Schelhorn, a rencontré le réalisateur de ce documentaire, Marcel Wehn, en 2008 alors qu’il travaillait sur la déportation des juifs de Stuttgart. Wehn a commencé à le filmer lors des regroupements du club, de fêtes et aussi dans son intimité familiale. Une immersion étonnante, qui contredit la réputation sulfureuse attachée depuis toujours aux Hells. Car si certaines des violences qu’on leur prête sont avérées, comme le reconnaît lui-même Schelhorn, elles sont largement exagérées par les autorités et les médias. Documentaire de Marcel Wehn (Allemagne, 2014, 1h29mn) avril 21 13 mercredi



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :