Arte Magazine n°2016-13 26 mar 2016
Arte Magazine n°2016-13 26 mar 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-13 de 26 mar 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : ça va disjoncter !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 30 mars JOURNÉE 5.30 M Lang Lang à Versailles Concert 6.15 LE7 R Quel cirque ! Inde ; Cambodge Série documentaire 7.10 M Xenius 7.35 7 ARTE journal junior Programme jeunesse (2016, 6mn) Le JT matinal et quotidien de six minutes pour les 10-14 ans. 7.45 LM Femmes de la mer Au secours des coraux Série documentaire 8.30 7 R Xenius Autopsie d’un meurtre  : les techniques de la criminalistique Magazine 8.55 M La planète Fifa Documentaire 10.35 LM Bell’Italia L’archipel toscan ; Capri, Ischia et Procida ; La lagune de Venise Série documentaire 12.50 LEM Médecines d’ailleurs Roumanie, les miracles des abeilles Série documentaire 13.20 7 ARTE Journal 13.35 L7 M VF/V0STF CINÉMA Ocean’s eleven L’inconnu de Las Vegas Film de Lewis Milestone (1960, 2h02mn) La comédie des sixties qui a inspiré le classieux remake de Steven Soderbergh. 15.40 L7 R Histoire(s) made in France Le Moyen Âge Série documentaire de Mélanie Dalsace et Alexandra Ranz (2013, 4x43mn) Un voyage à travers des millénaires de mémoire historique française. 16.25 L7 R Alfred Brehm, un certain regard sur les animaux (2) Un vulgarisateur de génie Documentaire 17.20 M Xenius Autopsie d’un meurtre  : les techniques de la criminalistique Magazine 17.45 E7 R Médecines d’ailleurs Bali – L’île des Balians Série documentaire Bonne Pioche 18.15 LM Belgique entre ciel et terre Moyenne Belgique Série documentaire SOIRÉE 19.00 L7 R L’Europe en châteaux Dans le Bade- Wurtemberg en Allemagne Série documentaire (2012, 43mn) À la découverte des châteaux souabes, dans le sud de l’Allemagne. 19.45 7 ARTE Journal 20.05 7 28 minutes Magazine présenté par Élisabeth Quin (2016, 43mn) 20.50 L7 E Salaire net et monde de brutes Placeur jeu télé Série d’animation (2015, 30x3mn) Aujourd’hui  : comment essayer de gagner sa vie en pourrissant celle des autres. 20.55 LMER CINÉMA Belle de jour Film 22.30 7 R le documentaire cULTUREL Dans l’Œil de Buñuel Documentaire 23.25 L7 E Je suis Documentaire 1.05 LEM VF/V0STF Peaky Blinders (4-6) Saison 2 Série 4.05 M Yourope La main à la pâte ? Magazine sous-titrage pour sourds E et malentendants M V0STF artim CC)NEMA 20 N°13 – semaine du 26 mars au 1er avril 2016 – ARTE Magazine paul blind Tiger Aspect/Robert Viglasky D audiovision pour aveugles et malvoyants L diffusion en haute définition disponible sur Internet durant sept jours après la diffusion 7 M vidéo à la demande M multidiffusion R rediffusion version française VF/V0STF version originale sous-titrée en français version originale sous-titrée en français Studiocanal 20.55 CINÉMA Belle de jour Entre fantasme et réalité, une étude au scalpel de la frustration de la bourgeoisie, à laquelle Catherine Deneuve, parfaite égérie buñuelienne, prête sa beauté diaphane. soirée luis buñuel Film de Luis Buñuel (France/Italie, 1966, 1h42mn) - Scénario  : Luis Buñuel et Jean-Claude Carrière, d’après le roman éponyme de Joseph Kessel - Avec  : Catherine Deneuve (Séverine), Jean Sorel (Pierre), Pierre Clémenti (Marcel), Michel Piccoli (Husson), Geneviève Page (Anaïs), Françoise Fabian (Charlotte), Macha Méril (Renée), Francisco Rabal (Hippolyte), Georges Marchal (le duc), Francis Blanche (M. Adolphe) - Image  : Sacha Vierny Montage  : Louisette Hautecœur Production  : Paris Film, Five Films - (R. du 28/2/2011) Jeune mariée à un beau médecin, Séverine s’ennuie ferme dans son existence de bourgeoise parisienne. Un ami du couple l’initie à un univers radicalement différent, celui d’une maison close, où elle éprouve bientôt le besoin de se rendre tous les après-midis… LA SOIF DU MAL Quel décalage entre le roman moralisant de Kessel et l’œuvre maladive du maître Buñuel ! À commencer par le personnage troublé de Séverine, bourgeoise au charme discret en possession de tous les attributs de sa classe – appartement luxueux, mari exemplaire, beauté élégante. Mais un traumatisme d’enfance l’a marquée du complexe de la faute et la belle est hantée par le mal. Sexuellement frustrée, elle rêve d’une autre vie et finit par succomber à la tentation. Tout le film oscille entre deux pôles  : normalité et perversion, vulgarité et raffinement, sentiment et plaisir. Au-delà d’une réflexion sur la transgression, l’intérêt du film de Buñuel réside dans les séquences oniriques qui contaminent de bout en bout la narration. La vie de Séverine n’est-elle pas, en fin de compte, un long fantasme, surgi des abîmes d’une sexualité refoulée ? Adoptant un style délibérément roman-photo, avec cette héroïne trop blonde et trop belle, ce mari boy-scout, ce bordel où se déclinent toutes les perversions, le cinéaste s’attache à gommer systématiquement les frontières entre réalité et fiction. Une œuvre devenue un classique, qui n’attire plus comme autrefois les foudres des censeurs, mais n’a rien perdu de son caractère sulfureux. Lion d’or, Venise 1967 Lire aussi page 9
D.R./Collection Christophe L 22.30 le documentaire culturel Dans lŒil de Buñuel Don Luis tel qu’en lui-même, raconté par ses proches, ses acteurs, ses films, ses archives et ses écrits. Délectable. «Inconformiste (sic) total», dit-il de lui-même dans un entretien d’archives. Et aussi  : «Je suis athée, grâce à Dieu.» Libertaire, subversif, marqué par la cruauté et la violence du monde, haïssant le jargon et la psychologie, adorant les blagues, tel fut Luis Buñuel, cinéaste majeur et inclassable. Il a laissé à la postérité plus de trente films, dont nombre de chefs-d’œuvre, une autobiographie pleine de verve et quelques interviews également réjouissantes, qui font la matière de ce passionnant portrait. François Lévy-Kuentz a aussi interrogé ses proches (son fils Jean-Louis, ses amis Carlos Saura et Jean-Claude Carrière) et certains de ses acteurs (Michel Piccoli, Carole Bouquet, Angela Molina) pour explorer la vie et l’œuvre de Don Luis. Plaisir et inquiétude De sa naissance en 1900, en Aragon, dans une Espagne «médiévale», à son dernier tournage en France, (Cet obscur objet du désir, 1977), ce film retrace la trajectoire de l’un des cinéastes les plus originaux du XX e siècle, dont la production s’étend sur un demisiècle, mais qui n’embrassa résolument son art qu’à partir de 50 ans. Iconoclaste, provocateur et grave à la fois, cherchant à faire éclater les règles narratives, à laisser libre cours à l’irrationnel, à bousculer l’ordre bourgeois, le cinéma de Buñuel demeure l’une des études les plus profondes de l’imbrication entre inconscient, ordre social et religion. L’œil coupé du Chien andalou, la Cène moquée par les mendiants dans Viridiana, le cul-de-jatte dépouillé dans Los olvidados, la claudication de Catherine Deneuve dans Tristana, les bottines de Jeanne Moreau dans le Journal d’une femme de chambre…  : autant d’images inoubliables, que l’on retrouve avec le plaisir mêlé d’inquiétude qui fait la marque de fabrique Buñuel. soirée luis buñuel Documentaire de François Lévy-Kuentz (France, 2013, 52mn) Coproduction  : ARTE France, Kuiv Productions - (R. du 1 er/7/2013) 23.25 Je suis Dans un centre spécialisé en rééducation, trois patients victimes d’un avc réapprennent les normes du comportement humain. Un film bouleversant d’Emmanuel Finkiel sur la (recon)quête de l’identité. Victimes d’un accident cérébral, trois patients – deux hommes et une femme – en rééducation dans un centre dédié, mènent un combat quotidien contre leur cerveau défaillant. Il leur faut tout réapprendre  : le sens et l’usage des mots, les mouvements, le nom des membres de leur famille, le passé, le dialogue et les émotions… Balisés par un personnel soignant dévoué, les jours passent et se ressemblent. Mêmes lumières de l’hôpital, mêmes couloirs, mêmes séances, rythmées par les visites des proches, aimants et désemparés. Au fil des saisons, les échecs répétés se transforment parfois en minuscules victoires et, lentement, une timide évolution se dessine. L’espoir, toujours, demeure, fil fragile sur lequel ces funambules avancent à la recherche de leur identité perdue, sans garantie aucune de guérison. Passé et avenir flous Emmanuel Finkiel filme avec pudeur et délicatesse ce douloureux parcours du combattant dans et vers l’inconnu. Victime lui-même d’un AVC en 2006, il guette en empathie patiente les progrès ténus sur les visages des protagonistes. Séances éreintantes de travail, incursions du monde du dehors via les familles  : le réalisateur accompagne à leur rythme les malades, suspendus entre les bribes confuses de leur ancienne vie et leur avenir flou. En N°13 – semaine du 26 mars au 1er avril 2016 – ARTE Magazine interrogeant la norme supposée du comportement, il pénètre au cœur de l’être. Codes sociaux, langage, justesse du raisonnement…  : privés de ces apprentissages, les trois patients n’en révèlent pas moins une bouleversante et extraordinaire humanité. Lire aussi page 7 Documentaire d’Emmanuel Finkiel (France, 2010, 1h36mn) - Production  : 13 Productions Distribution  : Les Poissons Volants mars 30 mercredi 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :