Arte Magazine n°2016-12 19 mar 2016
Arte Magazine n°2016-12 19 mar 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-12 de 19 mar 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : le siège.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
mars 21 lundi 2003 By Paramount Pictures 20.55 CINÉMA Cent dollars pour un shérif Pour retrouver l’assassin de son père, une jeune femme engage un alcoolique au cœur d’or. Un rôle formidable pour John Wayne, récompensé par un Oscar. Mattie Ross, une adolescente au caractère bien trempé, est prête à tout pour venger la mort de son père, assassiné par un vaurien, Tom Chaney. Après avoir mis de l’ordre dans les affaires de son paternel, Mattie décide de se lancer à la poursuite du tueur. Elle engage, non sans mal, un shérif borgne, usé, ronchon et alcoolique  : le vieux Rooster Cogburn, qui manie la gâchette avec dextérité mais sans jugement. Contre la volonté de Mattie, un troisième larron surnommé «Le Bœuf» se greffe au duo. L’homme, dont le raffinement n’est pas la qualité première, tente lui aussi de mettre la main sur Chaney. Les trois traqueurs mettent le cap vers le territoire indien, là où le meurtrier s’est réfugié. Leur périple sera semé d’embûches. Du cran Rarement un film n’a aussi bien porté son nom, l’expression «true grit» proche du «cran» français. Insolente, intelligente, déterminée, têtue, Mattie Ross (Kim Darby), incroyable révélation de ce film, détonne avant tout par son incroyable courage. Face à elle, John Wayne campe un personnage extrêmement touchant et généreux. Cette composition lui vaudra d’ailleurs le 16 N°12 – semaine du 19 au 25 mars 2016 – ARTE Magazine seul Oscar de sa carrière. Le scénario, classique, est exploité à son meilleur grâce au savoir-faire d’Henry Hathaway (La conquête de l’Ouest), cinéaste hollywoodien qui donna au western ses lettres de noblesse, et à des seconds rôles attachants, parmi lesquels ceux des jeunes Robert Duvall et Dennis Hopper… Le film culte de la période western de Hathaway a connu une nouvelle adaptation en 2011, sous forme d’un bel hommage, par les frères Coen. Meilleur acteur (John Wayne) Oscars 1970 (True grit) Film d’Henry Hathaway (États-Unis, 1969, 2h08mn, VF) - Scénario  : Marguerite Roberts, d’après le roman éponyme de Charles Portis - Avec  : John Wayne (Rooster Cogburn), Glen Campbell (Le Bœuf), Kim Darby (Mattie Ross), Robert Duvall (Ned Pepper), Jeff Corey (Tom Chaney), Strother Martin (Oberst G. Stonehill), Jeremy Slate (Emmett Quincy), Dennis Hopper (Moon) - Image  : Lucien Ballard - Montage  : Warren Low Musique  : Elmer Bernstein - Production  : Paramount Pictures, Hal Wallis Productions - (R. du 9/8/2009) Aril Wretblad
23.00 Cinéma Easy money Stockholm noir Une plongée vertigineuse dans le monde de la pègre de Stockholm. Daniel Espinosa adapte un roman noir à succès de Jens Lapidus, qui en renouvelle le genre avec brio. Dans les tréfonds de la capitale suédoise s’entremêlent les destins de trois personnages. L’ambitieux JW, brillant étudiant en école de commerce, fréquente la jeunesse dorée bien qu’il peine lui-même à joindre les deux bouts. Alors qu’il travaille comme chauffeur de taxi, il croise le chemin de Jorge, dealer latino tout juste évadé de prison, qui prépare un dernier coup avant de rentrer au pays. Un coup pour le moins risqué  : Jorge a non seulement la police à ses trousses, mais aussi la mafia serbe, responsable de son incarcération, en la personne du sinistre tueur à gages Mrado. Thriller nerveux Attiré par ce qu’il croit être l’argent facile, JW s’acoquine peu à peu avec le monde du crime organisé, au risque de s’y perdre. Dans cet univers de violence et de coups fourrés, où le code de l’honneur clanique s’érode face au chacun pour soi, les trois hommes se trouvent écartelés entre leurs activités criminelles et un entourage qui pourrait représenter une dernière planche de salut. Entre paranoïa, trafics et trahisons, ce thriller habilement adapté d’un best-seller de Jens Lapidus doit son efficacité à un rythme nerveux et à son portrait sans fard d’un Stockholm souterrain rongé par les mafias, sur fond de société en crise. (Snabba cash) Film de Daniel Espinosa (Suède/Allemagne, 2010, 1h55mn, VOSTF) - Scénario  : Maria Karlsson, d’après Stockholm noir - L’argent facile de Jens Lapidus - Avec  : Joel Kinnaman (JW), Matias Padin Varela (Jorge), Dragomir Mrsic (Mrado), Lisa Henni (Sophie) - Image  : Aril Wretblad - Montage  : Theis Schmidt Coproduction  : Tre Vänner Produktion AB, Film i Väst, Nordisk Film, Sveriges Television (SVT), Nouvago Capital, Intervista Digital Media, Canal+, Network Movie, ZDF/ARTE, Das kleine Fernsehspiel - (R. du 23/1/2014) printemps du polar N°12 – semaine du 19 au 25 mars 2016 – ARTE Magazine Lena Garnold 0.55 CINÉMA Easy money ii La cité des égarés Après le succès de l’adaptation du premier polar de Jens Lapidus, une nouvelle plongée noire et nerveuse dans l’univers du crime organisé de Stockholm. Après avoir purgé les trois premières années de sa peine de prison, Johan Westlund, alias JW, étudiant fauché tombé dans le monde du crime organisé, obtient sa première permission de vingt-quatre heures. Bien décidé à se racheter, il doit finaliser un projet financier sur lequel il travaille depuis sa cellule. Mais trahi par son ancien camarade de promotion, il se trouve embarqué par Mrado, l’un des prisonniers, dans un nouveau coup impliquant Radovan, chef de la mafia serbe. Jorge, lui, retourne à Stockholm pour livrer de la cocaïne à Radovan. Mais l’affaire tourne mal, et la tête de Jorge est mise à prix. Mahmoud, qui doit une grosse somme à Radovan après avoir laissé échapper deux prostituées de ses griffes, tente d’éponger sa dette en traquant Jorge. Les trois antihéros, malfrats ballotés par des actions qui les dépassent, voient à nouveau leur destin se croiser de la plus tragique des manières… Le deuxième opus de la trilogie adaptée des best-sellers de Jens Lapidus frappe encore fort. Un thriller naturaliste et nerveux, filmé au plus près de ses personnages. La trilogie Easy money se conclut jeudi 24 mars à 23.55. printemps du polar (Snabba cash - Aldrig fuckaupp) Film de Babak Najafi (Suède, 2012, 1h33mn, VOSTF) - Scénario  : Maria Karlsson, Peter Birro, Babak Najafi, Fredrik Wikström Nicastro, d’après le roman de Jens Lapidus - Avec  : Joel Kinnaman (JW), Matias Varela (Jorge), Dragomir Mrsic (Mrado), Fares Fares (Mahmoud), Madeleine Martin (Nadja), Dejan Čukić (Radovan), Joel Spira (Nippe), Lisa Henni (Sophie) Image  : Aril Wretblad - Montage  : Theis Schmidt Musique  : Jon Ekstrand - Coproduction  : ZDF/ARTE, Sveriges Television (SVT), Nordsvensk Filmunderhallning, The Movie Network (TMN), Nordisk Film, Hobohm Brothers, Film i Väst, Tre Vänner Produktion mars lundi 17 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :