Arte Magazine n°2016-11 12 mar 2016
Arte Magazine n°2016-11 12 mar 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-11 de 12 mar 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : Peaky Blinders, saison 2.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Série documentaire «Le polar commence avec les tragédies grecques» Dans la captivante série documentaire en trois parties Code(s) polar, l’écrivain Caryl Férey décrypte, avec le renfort d’autres experts issus du cinéma, de la bande dessinée ou du jeu vidéo, un genre dans lequel il excelle. Entretien. Comment êtes-vous devenu écrivain ? Caryl Férey  : J’ai commencé à écrire à l’adolescence tout en lisant Jack London et Joseph Kessel. Mais c’est plus tard, à 20 ans, en découvrant Philippe Djian et des auteurs américains comme Jim Harrison que j’ai souhaité en vivre. J’ai par ailleurs entamé un tour du monde, avec le sentiment que mon esprit s’ouvrait. Je prenais des notes, je me nourrissais des rencontres. Pourquoi écrivez-vous des polars ? Par la suite, j’ai découvert James Ellroy et le polar est devenu mon cadre. Ses romans sont remplis d’histoires d’amour qui finissent mal, dans un contexte politique, social et historique très présent. J’ai eu envie de «faire du Ellroy» en y ajoutant une dimension de voyage et des images poétiques. Mais, au fond, j’essaie d’évincer les codes du polar. Les armes et les voitures ne m’attirent pas. Je suis sensible au côté féminin de l’homme, pas aux histoires «burnées». Pour autant, certaines scènes de vos romans apparaissent très violentes… Elles ne sont jamais gratuites. J’utilise la violence pour décrire une situation  : par exemple, la cruauté en Afrique du Sud dans Zulu. Si je me penche sur un cadavre, je fais en sorte qu’il soit représentatif de la société que j’étudie, qu’elle soit chilienne, argentine ou maorie. Vous affirmez que vous écrivez car vous avez la rage. Êtes-vous toujours en colère ? Oui. Je suis issu d’une culture rock contestataire. Mais la rage peut vous tuer à petit feu à force d’être contre tout. J’essaie de la canaliser en intégrant les injustices qui me révoltent dans mes histoires. Cela me permet de rétablir un équilibre du monde, même bancal, en donnant la parole aux victimes. Comment construisez-vous vos intrigues, notamment pour Condor * ? Je commence toujours par une histoire d’amour. C’est le moteur de mon imagination. Tout découle par ailleurs d’une thématique. Avec Condor, je voulais évoquer le Chili, où les différences de classes sociales restent fortement marquées. Je mets ainsi en scène, d’un côté, une jeune Indienne mapuche qui tente de poursuivre des études dans un pays où elles sont réservées aux plus aisés, et de l’autre, un gosse de riche. Je divulgue les informations à la manière d’un journaliste, à savoir que je ne grossis pas le trait pour servir mes intérêts. J’essaie d’être le plus en adéquation possible avec le contexte historique, politique et socio-économique. Vous dites vous inspirer de Shakespeare… Tout est dans Shakespeare, qui est d’une modernité folle. Dans ses œuvres, la jalousie, la trahison et la paranoïa sortent du microcosme familial pour atteindre l’universel. Je considère que j’écris moimême des tragédies. Dans Haka, l’un de mes premiers romans, qui se déroule en Nouvelle-Zélande, on retrouve notamment cette dimension avec l’inceste. Pour moi, le polar commence avec les tragédies grecques. Quelle place faites-vous à la morale dans vos romans ? Plus que la morale, c’est l’éthique des personnages 6 N°11 – semaine du 12 au 18 mars 2016 – ARTE Magazine MIFFPCCDNEMA Composez le polar parfait ! Sélectionnez les ingrédients de base (l’enquêteur, le coupable, le crime), choisissez votre combinaison (détective privé ou anonyme ? Tueur en série ou petit escroc ? Cible humaine ou matérielle ?) et découvrez le gif correspondant à votre histoire. Textes à l’appui, ARTE Cinéma vous livre les secrets des polars les plus corsés ! ZIF 111:1 07 P.'F Explorez les codes du genre à travers des interviews exclusives des stars du polar  : l’Américain Michael Connelly, le dessinateur espagnol Juanjo Guarnido, le Norvégien Jo Nesbø, David Simon et Sam Esmail, les créateurs respectifs des séries The wire et Mr. Robot…
qui m’intéresse. Mes héros sont droits, raison pour laquelle on essaie souvent de les faire plier. Même s’ils peuvent paraître amoraux, ils ont des valeurs très fortes et ne s’abaissent pas à des compromis. Aujourd’hui, un livre vendu sur quatre est un polar. Qu’est-ce qui, selon vous, explique ce succès ? L’effet cathartique  : un polar met en scène la noirceur du monde de manière vivante, crue, réaliste. Les meilleurs d’entre eux aident à décrypter le monde. Les lecteurs s’y retrouvent. Quel sera le thème de votre prochain roman ? Il peindra un héros français et évoquera le déni de démocratie autour de l’accueil des migrants. Le style sera plus «débraillé», c’est-à-dire plus proche de mon écriture naturelle, qui mélange grossièretés, dialogues à l’emporte-pièce et poésie. Propos recueillis par Laure Naimski N°11 – semaine du 12 au 18 mars 2016 – ARTE Magazine Dimanche 13 mars à 23.05 Code(s) polar (1) Le criminel, la victime et l’enquêteur Lire page 14 Printemps du polar Du 13 mars au 3 avril, ARTE revisite les codes du polar à travers une riche programmation mêlant pépites du film noir et frissons documentaires. Dimanche 13 mars La nuit des généraux à 20.45 Code(s) polar (1) – Le criminel, la victime et l’enquêteur, série documentaire, à 23.05 Lundi 14 mars Le secret de la pyramide à 20.55 Ocean’s eleven - L'inconnu de Las Vegas à 22.45 Dimanche 20 mars Pas de printemps pour Marnie à 20.45 Code(s) polar (2) – Les lieux du crime à 22.50 Lundi 21 mars Easy money – Stockholm noir à 23.00 Easy money – La cité des égarés à 0.55 Mercredi 23 mars L’année du chat à 20.55 Les romans policiers et le troisième Reich à 22.50 La femme du policier à 23.45 jeudi 24 mars Easy money – Le dernier souffle à 23.55 Dimanche 27 mars Le nom de la rose à 20.45 Code(s) polar (3) – Les histoires à 22.50 Lundi 28 mars La corde à 20.55 La cité sans voiles à 22.10 Dimanche 3 avril Personne ne bouge – Spécial guerre froide et espionnage à 17.00 Arte est partenaire du festival Quais du polar du 1er au 3 avril à Lyon alice varenne 3NN32IVA 3711V 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :