Arte Magazine n°2016-11 12 mar 2016
Arte Magazine n°2016-11 12 mar 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-11 de 12 mar 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : Peaky Blinders, saison 2.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Peaky Blinders «L’aura L’acteur irlandais Cillian Murphy a fait de Tommy Shelby, le chef du gang des Peaky Blinders, l’un des mauvais garçons les plus marquants du petit écran. Alors que la série revient sur ARTE pour une deuxième saison, il évoque ce rôle sur mesure. en couverture d’un mythe» Comment êtes-vous devenu le héros de Peaky Blinders ? Cillian Murphy  : C’est la puissance et la nouveauté de l’écriture qui m’ont séduit. En découvrant le scénario, j’ai été tout de suite conquis. C’est la première fois qu’en Grande-Bretagne on parvient à accomplir ce que les Américains savent si bien faire  : raconter une histoire, en l’occurrence celle d’un gang anglais issu de la classe ouvrière, en lui donnant l’aura d’un mythe. Steven Knight [créateur et scénariste, NDLR] crée des personnages captivants qui vous engagent en tant qu’acteur. On est autant happé par leur évolution que par celle de l’intrigue proprement dite. Par ailleurs, la force d’attraction d’une série télé, c’est le plaisir du long cours  : disposer, avec cette deuxième saison, de six heures supplémentaires pour creuser son personnage est un vrai cadeau. Avec le temps, on s’approprie complètement le rôle  : il devient partie intégrante de vous-même, et, réciproquement, vous faites partie de lui. A-t-il été facile d’incarner Tommy Shelby, avec son regard froid qui terrorise ? Je ne suis vraiment pas un dur, ce n’est pas mon truc ! Il m’a fallu trouver en moi l’espèce d’autorité qui cadrait avec un jeune gangster de ce calibre. Pouvoir aller là où la vie réelle ne vous emmènera jamais, c’est l’un des grands bonheurs du métier. On 4 N°11 – semaine du 12 au 18 mars 2016 – ARTE Magazine Robert Viglasky Jeudi 17 mars à partir de 20.55 Peaky Blinders (1-3) Saison 2 Lire pages 22-23 dit que c’est le privilège des timides. En ce qui me concerne, c’est assez vrai. À sa décharge, il faut rappeler ce que Tommy a traversé. Au début de la première saison, il émerge à peine des tranchées de la Première Guerre mondiale et il est en état de choc. En même temps, il se trouve à l’orée d’une époque très excitante, dans laquelle tout semble possible parce que l’ordre social est bouleversé. Quelles sont ses motivations profondes, selon vous ? Je crois qu’il est habité par une sorte de nihilisme, comme tous les jeunes gens de sa génération. L’expérience atroce de la guerre leur a fait perdre tout respect pour l’autorité. La plupart ont aussi cessé de croire en un quelconque Dieu. Tommy ne
compte que sur lui-même. Il a pris conscience de la fragilité de la vie et il est décidé à en tirer tout ce qu’il peut. Pour moi, l’un de ses ressorts les plus fondamentaux, c’est qu’il n’a pas peur de mourir. Je dirais aussi que ce qu’il recherche, au fond, le tire plutôt du côté du bien, même si ses antécédents et ses méthodes paraissent souvent infâmes. Il désire avant tout protéger les siens. Il les aime, veut rester proche d’eux, mais il aspire aussi à changer sa condition. C’est un autre aspect très important du personnage  : l’ambition classique du mauvais garçon qui rêve de légitimité. Mais les Shelby se trouvent sans arrêt replongés malgré eux dans le monde de la pègre. Ce jeu de forces contraires est le moteur dramatique le plus prenant de la série. Ces propos sont extraits d'un entretien réalisé par la production de Peaky Blinders. surtauCREC)TIVE Sur peakyblinders.arte.tv, retrouvez l’hommage graphique réalisé par le designer Nigel Evan Dennis – bien connu des fans de séries pour ses illustrations de True detective et Game of thrones –, actualisé pour la saison 2 avec de nouvelles planches interactives. N°11 – semaine du 12 au 18 mars 2016 – ARTE Magazine Z’YEUX BLEUS Ange ou démon ? Dans Peaky Blinders, Cillian (prononcez Killian) Murphy joue avec maestria du charme ambigu, du mystère et de l’intensité qui lui ont permis, à bientôt 40 ans, de se forger au théâtre, puis au cinéma, une carrière à la fois exigeante et grand public. Passionné de musique, ce natif de Cork s’est formé sur le tas au métier de comédien. Atout maître de sa beauté androgyne, son regard bleu perçant, capable de passer en un instant d’une douceur confondante à une froide férocité, a fait vivre, avant le fascinant Thomas Shelby, des personnages si différents qu’on peine à croire parfois qu’il s’agisse du même acteur. Cillian Murphy a ainsi été survivant traqué chez Danny Boyle (28 jours plus tard, 2002), épouvantail chez Christopher Nolan (la trilogie des Batman), travesti paumé chez Neil Jordan (Breakfast on Pluto, 2005), indépendantiste épris d’idéal dans Le vent se lève (Ken Loach, Palme d’or 2006) ou héritier introverti dans Inception (Christopher Nolan encore, 2010). Installé à Londres mais avec toujours un pied dans son Irlande natale, alternant productions indépendantes et internationales, théâtre classique et contemporain, il a tourné fin 2015 la saison 3 de Peaky Blinders. ARTE rediffuse l’intégralité de la première saison de Peaky Blinders les samedi 12 (à partir de 2.20), dimanche 13 (à partir de 1.40) et lundi 14 mars (à partir de 2.35). artPEDITIC)Ns La saison 1 de Peaky Blinders est disponible en coffret dvd et Blu-Ray. La saison 2 paraîtra le 23 mars. 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :