Arte Magazine n°2016-09 27 fév 2016
Arte Magazine n°2016-09 27 fév 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-09 de 27 fév 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : total K. Dick.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
MERCREDI 2 MARS JOURNÉE 5.05 L M JORDI SAVALL «Magnificat» et «Jubilate Deo» à Versailles Concert 6.10 E M CURIOSITÉS ANIMALES L’éléphant et le rat-taupe nu Série documentaire 6.30 M PERSONNE NE BOUGE ! Spécial divas Magazine 7.10 M XENIUS Une menace pour les forêts tropicales ? Magazine 7.35 7 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse JT présenté en alternance par Carolyn Höfchen, Magali Kreuzer, Dorothée Haffner et Frank Rauschendorf (2016, 6mn) Le JT matinal et quotidien de six minutes pour les 10-14 ans. 7.45 E M LE RETOUR DES CAMÉLIDÉS Les princes à deux bosses Série documentaire 8.30 L R XENIUS Fouilles archéologiques  : à la recherche du passé 8.55 L M LA MONTAGNE, NOUVEL IBIZA ? Documentaire 10.45 L E M PORTS D’ATTACHE Lima ; Boston ; Tokyo Série documentaire 13.20 7 ARTE JOURNAL 13.35 L M CINÉMA OPÉRATION JUPONS Film de Blake Edwards (1959, 2h04mn, VF) Tony Curtis et Cary Grant dans la mission WDR/Degeto r fez*P1 BONNE COMPAGNIE Charlotte Engel la plus loufoque de la Seconde Guerre mondiale. 15.40 L R 7 LE BONHEUR EST DANS L’ALPAGE Un paradis entre terre et ciel Série documentaire 16.25 L M CHINE  : TRÉSORS PERDUS DE LA DYNASTIE DES HAN Documentaire 17.20 L M XENIUS Fouilles archéologiques  : à la recherche du passé Magazine 17.45 L 7 E MÉDECINES D’AILLEURS Myanmar, les médecins tatoueurs Série documentaire (2015, 20x26mn) Un tour du monde des soins traditionnels avec le médecin urgentiste Bernard Fontanille. 18.15 L M UNE VIE DE CHOUETTE Documentaire SOIRÉE 19.00 7 LE MACAREUX MOINE, NOMADE DE L’ATLANTIQUE NORD Documentaire (2015, 43mn) À Terre-Neuve, une vue imprenable sur la nidification de ces petits oiseaux de mer. 19.45 7 ARTE JOURNAL 20.05 7 28 MINUTES Magazine 20.50 L 7 E SALAIRE NET ET MONDE DE BRUTES Téléopérateur hotline Série d’animation (2015, 30x3mn), d’après la BD d’Élise Griffon et Sébastien Marnier Aujourd’hui  : comment essayer de gagner sa vie sans trop se salir dans une start-up à l’ambiance très très détendue. 20.55 E 7 CINÉMA À PERDRE LA RAISON Film 22.40 L 7 E LE DOCUMENTAIRE CULTUREL LES MONDES DE PHILIP K. DICK Documentaire 23.35 L 7 V0STF CINÉMA WRONG Film 1.05 M TRAITEMENT DE CHOC Film 2.30 7 M E R CHILI, LE JUGE ET LE GÉNÉRAL Documentaire 3.55 L M YOUROPE Comment donner un sens à sa vie ? Magazine sous-titrage pour sourds E et malentendants 20 N°9 – Semaine du 27 février au 4 mars 2016 – ARTE Magazine D audiovision pour aveugles et malvoyants L diffusion en haute définition disponible sur Internet durant sept jours après la diffusion 7 M vidéo à la demande M multidiffusion R rediffusion version française VF/V0STF version originale sous-titrée en français version originale V0STF sous-titrée en français Versus Production/Fabrizio MALTESSE 20.55 CINÉMA À PERDRE LA RAISON Totalement dépendant du docteur Pinget, un jeune couple finit par se déchirer. Le lent délitement d’une famille, intense de bout en bout, avec Émilie Dequenne et Tahar Rahim. Murielle et Mounir s’aiment passionnément. La jeune institutrice emménage chez le docteur Pinget, le père adoptif du jeune homme, qui est aussi son employeur et l’époux (dans le cadre d’un mariage blanc) de sa sœur. Cet arrangement à trois subsiste malgré les grossesses successives de Murielle. Le médecin, le couple et ses trois enfants s’entassent dans le même appartement. L’atmosphère joyeuse des débuts cède place aux tensions. Mounir s’emporte souvent contre sa femme, qui perd pied. Omniprésent et volontiers cassant, André Pinget entretient la famille. La dépendance financière et affective du couple devient totale quand Murielle, à nouveau enceinte, se sent trop déprimée pour aller travailler… CONFUSION ET PROMISCUITÉ Corps enchevêtrés, plans serrés et entachés d’ombre, couleurs à l’unisson tirant vers le chair et le gris  : grâce à une mise en scène sobre et stylisée, ce film, au bord du thriller psychologique, émeut et oppresse du début à la fin. Solaire puis hagarde, Émilie Dequenne impressionne par les multiples nuances de son jeu, face aux excellents Tahar Rahim et Niels Arestrup. Lire aussi page 9 Meilleure actrice (Émilie Dequenne), section «Un certain regard», Cannes 2012 Film de Joachim Lafosse (Belgique/France/Luxembourg/Suisse, 2012, 1h51mn) - Scénario  : Matthieu Reynaert, Thomas Bidegain, Joachim Lafosse - Avec  : Émilie Dequenne (Murielle), Tahar Rahim (Mounir), Niels Arestrup (André Pinget), Stéphane Bissot (Françoise), Claire Bodson (la policière), Nathalie Boutefeu (le docteur De Clerck) - Image  : Jean-François Hensgens Montage  : Sophie Vercruysse - Coproduction  : Versus Production, Samsa Film, Les Films du Worso, Box Productions, Prime Time, BNP Paribas Fortis Film Fund, RTBF, RTS, SRG SSR, ARTE Cofinova D. R.
22.40 LE DOCUMENTAIRE CULTUREL LES MONDES DE PHILIP K. DICK Une plongée dans la vie et les écrits d’un extraordinaire écrivain de science-fiction, dont l’œuvre a anticipé comme aucune autre le monde paranoïaque et technologique de notre XXI e siècle. sartaCREC)TIVE À retrouver en ligne, deux créations Web inspirées de l’univers de l’écrivain  : I, Philip, première fiction française en réalité virtuelle ; et Californium, jeu vidéo halluciné. En partenariat avec d € c can L’œuvre de K. Dick est souvent comparée à celle de Kafka, Orwell et Asimov, mais plus de trente ans après sa disparition, l’écrivain semble être le plus visionnaire de l’ère digitale. Figure de la contreculture, mais méconnu de son vivant, il fait partie de ces auteurs dont le nom est devenu un adjectif  : «dickien». Il existe un sentiment dickien de l’existence, fait de doutes et d’angoisses sur la nature du réel, mais aussi de questionnements sur la notion d’humanité. Agoraphobe, il n’a quasiment jamais quitté sa banlieue californienne, mais a voyagé en esprit à travers un nombre incalculable d’univers – souvent avec l’aide d’amphétamines. Il décrit nombre des thèmes qui hantent nos vies aujourd’hui  : les mondes virtuels, les sociétés totalitaires, les technologies asservissantes ou les désastres écologiques. PROPHÈTE PARANO YannCoquart et Ariel Kyrou s’appuient sur les témoignages de ceux qui l’ont connu, dont ceux de sa veuve et de son biographe, pour fouiller la personnalité de l’écrivain, révélant un personnage aussi fascinant que tourmenté  : paranoïaque, persuadé de se souvenir du futur, attiré par les femmes «mourantes, malades ou abîmées», selon les mots de son psychothérapeute. «Sa vie était un fouillis, une succession de crises sans fin.» Grâce aussi aux archives rares de l’auteur, à la présence de l’acteur Rutger Hauer et d’autres témoins, le film révèle toute la puissance et la folie d’un visionnaire de génie considéré comme l’un des plus grands auteurs de science-fiction. Lire aussi pages 4-6 Documentaire de YannCoquart et Ariel Kyrou (France, 2015, 56mn) - Coproduction  : ARTE France, Nova Production N°9 – Semaine du 27 février au 4 mars 2016 – ARTE Magazine D. R. 23.35 CINÉMA WRONG Un monde déréglé, un humour décalé  : tout l’univers de Quentin Dupieux dans l’histoire de cet homme dont la vie devient le jouet de forces insensées. Au réveil, Dolph Springer s’inquiète. Paul, son fidèle chien, a disparu. Ni Victor, son jardinier – qui ne s’explique pas non plus le remplacement surnaturel dans le jardin du palmier par un sapin –, ni son étrange voisin ne l’ont aperçu. Mais Dolph doit partir au travail, dans une société qui l’a licencié depuis trois mois, et dont il s’obstine pourtant à fréquenter les locaux. Il y pleut sans discontinuer. ANTINATURALISME SAUVAGE Wrong possède les qualités des deux films précédents de Quentin Dupieux  : humour décalé, glissement subtil entre rêve et réalité, personnages entre deux mondes. L’idée conductrice de tout le cinéma de Dupieux est celle du dérèglement. Refus de la psychologie, de la continuité narrative, refus des tics des acteurs de cinéma  : un antinaturalisme sauvage, rendu encore plus surprenant par le calme de la mise en scène et la musique planante. Avec ce troisième opus, le réalisateur confirme son appartenance à la tradition des francs-tireurs du cinéma français. Film de Quentin Dupieux (France/États-Unis, 2011, 1h29mn, VOSTF) - Scénario  : Quentin Dupieux Avec  : Éric Judor (Victor), William Fichtner (Master Chang), Jack Plotnick (Dolph Springer), Alexis Dziena (Emma), SteveLittle (le détective Ronnie) Image  : Quentin Dupieux - Musique  : Mr Oizo, Tahiti Boy - Coproduction  : ARTE France Cinéma, Kinology, Love Streams, Agnès B. Productions, Iconoclast - (Déprogrammation du 11/11/2015) MARS 21 2 MERCREDI



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :