Arte Magazine n°2016-05 30 jan 2016
Arte Magazine n°2016-05 30 jan 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-05 de 30 jan 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : de l'exil à l'asile.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
mercredi 3 février JOURNÉE 5.05 L M Berlin live Albert Hammond Concert 6.05 E M Voyage aux Amériques Argentine – La région viticole de Mendoza Série documentaire 6.35 M Personne ne bouge ! Spécial désir Magazine 7.10 LM Xenius Le bois ? Quelles techniques pour l’ennoblir ? Magazine 7.35 7 ARTE Journal junior Programme jeunesse 7.45 LM 360°-Géo Au fil de la Lena en Sibérie Reportage 8.30 7 LR Xenius Hygiène  : où est la juste mesure ? Magazine 8.55 LM Walt Disney (1) Documentaire Disney 10.50 L M France-Allemagne, une histoire commune Les traces de la Guerre froide Série documentaire 11.35 LE M Ports d’attache New York ; Barcelone Série documentaire 13.20 7 ARTE Journal 13.35 LE M CINÉMA Razzia sur la chnouf Film 15.25 L7 ER Ports d’attache La Nouvelle-Orléans Série documentaire 16.20 LEM Les pharaons de l’Égypte moderne (3) Moubarak Documentaire 17.20 LM Xenius Hygiène  : où est la juste mesure ? Magazine 17.45 L7 France-Allemagne, une histoire commune Les traces de la révolution industrielle Série documentaire (2015, 10x26mn) Une réflexion stimulante sur l’histoire commune de la France et de l’Allemagne. 18.15 M La splendeur des Bahamas Récifs coralliens Série documentaire Parallax Film Prod Un film à la patte SOIRÉE 19.00 L Carnavals Villingen, la cinquième saison Série documentaire (2015, 5x43mn) Un voyage sensoriel en cinq étapes dans le sillage du carnaval. 19.45 7 ARTE Journal 20.05 7 28 minutes Magazine 20.50 L7 E Tu mourras moins bête C’est quoi une «near death experience» ? Série d’animation (2015, 30x3mn) Aujourd’hui  : Pourquoi les comateux voient parfois des tunnels, des êtres de lumière et ont un sentiment de paix ? 20.55 D CINÉMA V0STF Minuit à Paris Film 22.25 L LE DOCUMENTAIRE CULTUREL Maïdan – L’art et la révolution Documentaire 23.20 L V0STF CINÉMA Paradis  : amour Film 1.15 LM VF/V0STF Wolf Hall (4-6) Le baiser du diable ; Mauvais présage ; Le maître des ombres Série sous-titrage pour sourds E et malentendants 16 N°5 – semaine du 30 janvier au 5 février 2016 – arte Magazine D audiovision pour aveugles et malvoyants L diffusion en haute définition disponible sur Internet durant sept jours après la diffusion 7 M vidéo à la demande M multidiffusion R rediffusion version française VF/V0STF version originale sous-titrée en français version originale V0STF sous-titrée en français zdf/roger Arpajou 20.55 CINÉMA Minuit à Paris Un aspirant écrivain se retrouve projeté chaque nuit dans le Paris des années 1920. Un voyage fantastique et onirique au sein de la «génération perdue». Scénariste à tout faire pour Hollywood, Gil passe quelques jours à Paris avec sa fiancée. Si Inez court les magasins de luxe, lui rêve au Paris bohème des écrivains de la «génération perdue», fuyant ses beaux-parents admirateurs du Tea Party et les amis de sa future femme, dont un conférencier suffisant. Un soir, alors qu’il rentre ivre d’un cocktail, une voiture ancienne s’arrête à sa hauteur et l’emmène un siècle en arrière, au beau milieu du Paris des années 1920. Rêve éveillé Minuit à Paris est bien plus qu’un simple hommage de Woody Allen à la ville. Toujours virtuose dans l’incursion fantastique, le réalisateur réunit un casting flamboyant d’interprètes ravis de leurs rôles. Le charme naïf d’Owen Wilson a rarement été aussi bien utilisé, muet de stupeur devant le flamboyant couple Fitzgerald ou Ernest Hemingway, qui parle comme il écrit, autoritaire et tout en conjonctions. Sublimé par le grand chef opérateur Darius Khondji, le film incarne l’évasion par le cinéma  : sans chercher à comprendre, le spectateur se laisse emporter dans un rêve éveillé, vivant et plein de passion. Comme le dit le personnage de Gil, citant Faulkner  : «Le passé n’est pas mort, il n’est même pas passé.» Meilleur scénario original, Oscars et Golden Globes 2012 Lire aussi page 7 (Midnight in Paris) Film de Woody Allen (France/Espagne/États- Unis, 2011, 1h34mn, VOSTF) - Scénario  : Woody Allen - Avec  : Owen Wilson (Gil), Rachel McAdams (Inez), Michael Sheen (Paul), Marion Cotillard (Adriana), Kathy Bates (Gertrude Stein), Corey Stoll (Ernest Hemingway), Tom Hiddleston (F. Scott Fitzgerald), Alison Pill (Zelda Fitzgerald), Adrian Brody (Salvador Dalí), Léa Seydoux (Gabrielle) - Image  : Darius Khondji Montage  : Alisa Lepselter - Production  : Gravier Productions, Mediapro, Pontchartrain Productions, Televisió de Catalunya (TV3), Versátil Cinema
Sergey Stetsenko 22.25 LE DOCUMENTAIRE CULTUREL Maïdan – L’art et la révolution La révolution ukrainienne de l’hiver 2013-2014, réprimée dans le sang, a donné lieu à une création artistique sans précédent. Jamais révolution n’avait fait aussi rapidement son entrée dans les musées. En avril 2014, quelques mois seulement après le début des manifestations de l’«EuroMaïdan» à Kiev, la Künstlerhaus de Vienne leur dédiait une exposition (I am a drop in the ocean, art of the ukrainian revolution). Dès le début du mouvement, artistes et créateurs ont pris une place centrale dans les événements, en investissant la place de l’Indépendance. œuvres plastiques réalisées in situ, happenings théâtraux ou musicaux – comme celui du pianiste Markiyan Matsekh – devant les forces de l’ordre…  : professionnels ou amateurs, les artistes ont manié avec brio la subversion pacifique. Ce film en porte témoignage, en rencontrant artistes, militants et commissaires d’exposition, qui retracent un mouvement à mi-chemin entre occupation politique, fête populaire et happening artistique. Une effervescence éclipsée hélas par la répression sanglante déclenchée en février 2014. Pour les Ukrainiens, l’exposition de Vienne et les œuvres créées alors participent à la mémoire collective de cette douloureuse page d’histoire. Documentaire de Nataliya Babintseva (Russie, 2014, 52mn) Ulrich Seidl Film 23.20 CINÉMA Paradis  : amour Un regard sans concession sur le tourisme sexuel en Afrique à travers le portrait tragi-comique d’une femme mûre en quête d’amour. Pour se consoler de sa solitude, Teresa, une Autrichienne quinquagénaire, s’offre des vacances au Kenya. Sur les plages, de jeunes hommes appâtent avec des bijoux de pacotille ces Occidentales d’âge mûr et souvent bien en chair, surnommées «sugar mamas». Mais c’est pour mieux leur proposer des relations sexuelles tarifées. Dans ce paradis factice, Teresa cherche un impossible amour. Jeu de dupes Habitué des documentaires qui auscultent son pays, Ulrich Seidl scrute une forme de néocolonialisme fécondée par un implacable instrument de domination  : le sexe. Dans Paradis  : amour, première partie d’un triptyque, il filme au plus près des étreintes vides de sentiment, employant des acteurs africains non professionnels, et montre sans juger, entre grotesque et pathétique, le spectacle d’une chair désespérément triste. Un humour grinçant et des images saisissantes sauvent le film d’un nihilisme radical. Sélection officielle, Cannes 2012 – Meilleurs film, réalisation et actrice, Prix autrichiens du cinéma 2013 Lire aussi page 7 N°5 – semaine du 30 janvier au 5 février 2016 – arte Magazine (Paradies  : liebe) Film de Ulrich Seidl (Autriche/Allemagne/France, 2012, 2h, VOSTF) - Scénario  : Ulrich Seidl, Veronika Franz - Avec  : Margarethe Tiesel (Teresa), Peter Kazungu (Munga), Inge Maux (Inge), Dunja Sowinetz (une touriste), Helen Brugat (une touriste), Maria Hofstätter (Anna Maria), Melanie Lenz (Melanie) - Image  : Ed Lachman, Wolfgang Thaler - Montage  : Christof Schertenleib Production  : ARTE France, WDR, Ulrich Seidl Film, Tatfilm, Parisienne de Production, ORF, Degeto Berlinale 2016 Une programmation spéciale du 3 au 11 février, en avant-première de la 66 e Berlinale. Foi et Espoir, les deux autres volets de la trilogie Paradis, sont diffusés le lundi 8 février à 22.35 et le mercredi 10 à 23.25, après un portrait documentaire d’Ulrich Seidl. Avec aussi des hommages à Buster Keaton et à Costa-Gavras. février 17 3 mercredi



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :