Arte Magazine n°2016-03 16 jan 2016
Arte Magazine n°2016-03 16 jan 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-03 de 16 jan 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : jeux de pouvoir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Janvier 17 dimanche 14 17.05 Personne ne bouge ! Spécial Buckingham Story Elizabeth II, couronnée en 1953, règne depuis si longtemps qu’elle est probablement la personnalité vivante la plus célèbre du globe. Quel est son véritable pouvoir et surtout, le secret de sa longévité ? Garde-robe Comment la fameuse veste en coton huilé, ce vêtement de roturier, est-elle devenue la veste de week-end préférée de la famille royale ? Scandale ! En 1992, les tabloïds publient des photos de la duchesse Sarah Ferguson (alors mariée au prince Andrew) les orteils dans la bouche de son conseiller financier. Clipologie «Hello» de Lionel Richie (1984)  : ce tube intersidéral fut la chanson préférée de Lady Di. Star-system Comment le prince Harry a-t-il réussi à devenir cool parmi les gens les plus coincés de l’univers, à savoir la famille royale ? Découvrez sa méthode. Icône Dans les années 1930, le roi George VI doit surmonter son bégaiement. Le film Le discours d’un roi fit de cette anecdote intime une fresque romanesque à succès. Perle rare Le journaliste Jonathan Ross parle carrière et royauté avec l’actrice Helen Mirren. En partenariat avec a Revue culturelle de Philippe Collin, Xavier Mauduit et Frédéric Bonnaud (France, 2016, 35mn) – Coproduction  : ARTE France, Ex Nihilo daniel faller/fabian stolz 17.45 MAestro Si la musique m’était contée Classique viennois ? Rigueur, justice et bon goût Une passionnante approche de l’histoire de la musique classique sur quatre siècles. Aujourd’hui  : le classicisme viennois. L’esprit des Lumières, la Révolution, les guerres de libération, le redécoupage de la carte de l’Europe… C’est dans ce contexte bouillonnant que Joseph Haydn érige la symphonie en genre musical majeur, que l’enfant prodige Mozart ravit son public et que le jeune Ludwig van Beethoven exprime dans ses œuvres l’irrésistible désir de liberté qui s’empare des peuples. Deux siècles plus tard, la pianiste vénézuélienne Gabriela Montero montre comment la musique évolue aussi sous l’effet des sciences et de la soif de savoir. Scènes d’animation Pour chaque épisode de cette série, un pianiste interprète ses préférences et présente les particularités d’un style ou d’un compositeur. Mises bout à bout, ces séquences composent une sorte de bande-son de l’histoire de l’Europe, complétée par des scènes d’animation, des extraits de films et de concerts ainsi que des entretiens avec des grands noms du monde de la musique. Lire aussi page 9 En partenariat avec sirte'c NCERT Série documentaire de Dag Freyer, Axel Brüggemann, Nicole Kraack et Lena Kupatz (Allemagne, 2014/2015, 4x1h30mn) N°3 – semaine du 16 au 22 janvier 2016 – ARTE Magazine Paul Blind 20.15 Vox pop Ni homme ni femme, troisième sexe ! Chaque semaine, Vox pop enquête dans les coulisses de la société européenne. L’enquête  : la difficile reconnaissance en Europe du troisième sexe. Ils ne sont ni hommes ni femmes, ont été l’un avant de devenir l’autre ou le contraire. Certains d’entre eux sont même nés avec des attributs féminins et masculins… Ils sont, la plupart du temps, mis au ban de nos sociétés. Enquête auprès des intersexués et des transsexuels en France. L’interview  : Silvan Agius, auteur d’une loi contre la discrimination à l’égard des transgenres et des intersexués. Le vox report  : à San Remo, en Italie, un tiers des fonctionnaires pointaient puis… rentraient chez eux. Ils ont été piégés par les caméras cachées de la police. Et, toujours, le tour d’Europe des correspondants. Magazine présenté par John Paul Lepers (France, 2016, 26mn) – Coproduction  : ARTE France, Magneto Presse
Columbia Pictures Ind. 20.45 CINÉMA Le pont de la rivière Kwaï Un pont, des soldats en sueur qui sifflent en travaillant et récoltent sept Oscars  : une des grandes réussites de David Lean, avec un Alec Guinness hypnotique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, en Birmanie, le colonel Saïto dirige un camp japonais de prisonniers au milieu de la jungle. Chargé de construire un pont d’une grande importance stratégique, il ordonne à ses prisonniers de se mettre à l’ouvrage. Mais le colonel britannique Nicholson refuse que ses officiers travaillent pour l’ennemi… Afin de le faire céder, Saïto décide de le mettre au supplice. réflexion pyrotechnique L’un des films de guerre les plus célèbres, autant connu pour l’ampleur de sa réalisation que pour sa bande-son (le sifflement de La marche du colonel Bogey est devenu un leitmotiv ancré dans la mémoire collective). Sublimant la beauté des paysages ceylanais, David Lean multiplie les séquences d’anthologie jusqu’à la scène paroxystique de l’explosion du pont. Après plus de deux heures où auront perlé humour et mélancolie, ce final place les hommes devant l’absurdité de leur existence. Une réflexion tout en pyrotechnie. Meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur (Alec Guinness), meilleure photographie, meilleure musique, meilleur montage, meilleur scénario adapté, Oscars 1958 (The Bridge on the river Kwaï) Film de David Lean (États-Unis/Royaume-Uni, 1957, 2h41mn, VF/VOSTF) Scénario  : CarlForeman, Michael Wilson, d’après le roman éponyme de Pierre Boulle – Avec  : Alec Guinness (le colonel Nicholson), Geoffrey Horne (le lieutenant Joyce), André Morell (le colonel Green), William Holden (le commandant Shears), Jack Hawkins (le commandant Warden), Sessue Hayakawa (le colonel Saïto), James Donald (le commandant Clipton), John Boxer (le commandant Hughes) – Image  : Jack Hildyard Montage  : Peter Taylor – Musique  : Malcolm Arnold Production  : Columbia Pictures Corporation, Horizon Pictures En partenariat avec 1 1111 111 lU N°3 – semaine du 16 au 22 janvier 2016 – ARTE Magazine Bettmann/CORBIS I r - 23.25 Jayne Mansfield La tragédie d’une blonde L’itinéraire d’une des plus célèbres pin-up américaines des années 1950, entre gloire et tragédie. Un documentaire empreint de nostalgie et truffé d’images d’archives. Née dans une famille bourgeoise en 1933, Jayne Mansfield n’avait qu’un but dans la vie  : devenir star. Tout juste majeure, la brune plantureuse quitte son Texas pour Los Angeles, se teint les cheveux et change de look. Mais Hollywood toise de haut sa blondeur platine et ses formes avantageuses. Elle part alors à New York pour s’essayer au théâtre où le succès l’attend. Au cinéma, Mansfield est enfin reconnue pour son rôle dans La blonde explosive, qui récolte un Golden Globe en 1958. La presse se l’arrache et le public l’adule, au point d’en faire une rivale de Marilyn Monroe. Sa chute n’en est que plus brutale. Dès 1958, alors qu’elle n’a pas 30 ans, l’actrice disparaît des écrans et se retrouve ruinée. Sa descente aux enfers s’achève lors d’une nuit d’été en 1967, sur une route à proximité de La Nouvelle-Orléans où, contrairement à une rumeur tenace, elle n’est pas morte décapitée mais mortellement percutée par un camion. Elle avait 34 ans. Électrisante À travers de nombreuses images d’archives, notamment de la tournée européenne triomphale de l’actrice en 1957, ce documentaire captivant permet de (re)découvrir le vieil Hollywood des années 1950, royaume des pin-up. Des vidéos stupéfiantes témoignent de l’électricité provoquée par «la blonde explosive», reflet déjà vacillant d’une époque aujourd’hui disparue. CÛNEMA Sur le web, retrouvez des extraits inédits resituant les archives dans leur contexte. Documentaire de Patrick Jeudy (France, 2014, 53mn) – Coproduction  : ARTE France, What’s Up Films – (R. du 22/3/2015) Janvier dimanche 15 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :