Arte Magazine n°2016-01 2 jan 2016
Arte Magazine n°2016-01 2 jan 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-01 de 2 jan 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : les attentats de Paris.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Série noire d’auteur En immersion mêle des personnages naufragés dans un Paris nocturne, filmé dans un noir et blanc stylisé. Une minisérie noire qui détonne par son esthétique et révèle des comédiens hors pair… Philippe Haïm l’a écrite, réalisée et mise en musique. Fiction En immersion semble être un projet très personnel. Comment est-il né ? 4 Philippe Haïm  : Au départ, je voulais raconter le travail d’infiltration policier dans l’univers des drogues 2.0. Mais c’est devenu l’histoire d’êtres qui sombrent  : Michel dans sa maladie, sa fille Clara dans la drogue, un dealer par sa vénalité, un sans-papiers perdu… Des êtres en détresse, dont les vies se noient dans un naufrage commun. L’histoire d’un père et d’une fille qui n’arrivent pas à se sauver ensemble et dont le lien est si fort qu’il structure l’ensemble du récit. C’est une série noire et intime. Pourquoi ce parti pris fort de stylisation ? Si l’histoire reste actuelle, j’ai voulu la déréaliser. Le noir et blanc nous plonge dans un conte urbain, à l’ambiance mystérieuse. Je voulais être expressionniste sans tomber dans l’esthétisme gratuit. La maladie de Michel provoque des visions oniriques de noyades et d’apnée de son naufrage qui créent une identité visuelle décalée. Comment avez-vous composé la musique ? Au cinéma, tout est musical  : le rythme des acteurs, des séquences, des mouvements de caméra. Il faut composer la bonne harmonie. Dans cette série, plusieurs scènes durent trois minutes sans un mot, avec seulement de la musique. C’est un facteur clef de ma 6 N°1 – semaine du 2 au 8 janvier 2016 – ARTE Magazine Jeudi 7 janvier à 20.55 En immersion Lire pages 22-23 mise en scène. J’ai donc voulu la composer pour maîtriser ce choix. D’où le pari d’écrire soixante-quinze minutes de musique pour grand orchestre, en espérant qu’elle soulève le film, par-delà ses images. Votre casting révèle de nombreux comédiens inconnus… Nous n’écrivons que des personnages. Les acteurs, sous notre direction, les transforment en êtres humains. Il y a en France un vivier de talents extraordinaires qu’un metteur en scène se doit de découvrir. Cette série suit cinq personnages, elle est une chorale. Je devais donc trouver chacun des « humains » pour créer leur famille. Je remercie ARTE et ma productrice Bénédicte Lesage pour ma totale liberté de casting, c’est suffisamment rare pour être dit. En immersion nous plonge dans une vision très noire de notre société… En 2008, avec Secret défense, j’avais traité de la radicalisation islamiste dans les prisons françaises. Là, j’explore les ravages des drogues synthétiques, nouveau marché juteux pour des dealers prêts à tout. C’est un cercle complexe qui détruit beaucoup de jeunes. Et ces jeunesses perdues me touchent. J’essaie de les raconter, sans me prendre pour un sociologue. Propos recueillis par Jonathan Lennuyeux-Comnène
SÉRIE D’ANIMation Marion Montaigne Un rein l’amuse ARTE adapte en trente épisodes animés la bande dessinée « scientifico-trash » de Marion Montaigne, Tu mourras moins bête. Entretien avec la créatrice du professeur Moustache, alter ego délirant, mais sachant gratter là où ça fait mal. D’où vient le professeur Moustache ? Marion Montaigne  : J’ai créé le blog de Tu mourras moins bête en 2008, sur un coup de tête. J’habitais en face de la Cité des sciences et leur médiathèque était remplie de livres scientifiques qui me passionnaient. J’aurais pu faire un livre, mais j’aimais trop passer du coq à l’âne, de la biologie aux scaphandriers  : tout m’intéressait. J’ai donc décidé d’écrire des articles humoristiques qui vulgariseraient des faits scientifiques. Le blog a fini par prendre de l’ampleur, et j’en ai finalement publié quatre tomes ! Vous partez souvent d’exemples issus de la culture pop. Pourquoi ce choix ? Parce que j’adore aller au cinéma et que j’aime les films hollywoodiens. Mais aujourd’hui, avec l’accès à l’information sur Internet, j’estime qu’on ne peut plus montrer un accélérateur de particules qui ressemble à un bac à sable, comme dans Spiderman. Comme tout le monde regarde les blockbusters, ces références communes me permettent d’interpeller le lecteur pour aborder des sujets complexes. Comment François Morel est-il devenu la voix du professeur Moustache ? À l’origine, le professeur Moustache est une femme. Mais avec tout ce que je lui ai fait subir dans mes livres, les prises de testostérone, etc., c’est un personnage bizarre, alors qu’importe ! Avec François Morel, j’ai senti qu’on tenait le bon comédien. Maintenant, j’ai sa voix dans la tête quand je dessine. J’ai assisté à tous les enregistrements et lorsqu’il part en sucette dans les aigus, c’est vraiment fabuleux ! François Morel a dû penser que j’étais totalement folle. Il ne doit pas souvent lire de scénario où il est question de lasers et de têtes qui explosent… Je pense qu’il n’a jamais dit autant d’horreurs au micro. N°1 – semaine du 2 au 8 janvier 2016 – ARTE Magazine À partir du lundi 4 janvier à 20.50 Tu mourras moins bête Lire page 16 Votre univers est délibérément trash. Pourquoi ? Parce que la vie est trash et qu’édulcorer ne sert à rien ! Les enfants ont peur des sorcières et les contes sont là pour exorciser leurs angoisses. Quant aux adultes, ils ont peur de tomber malades, de souffrir et de crever, alors autant en rire ! Tu mourras moins bête fonctionne justement parce qu’on s’en prend plein la tête. Pas besoin de considérer les gens comme des idiots, en les ménageant sous prétexte qu’ils ne pourraient pas encaisser. Je trouve les rapports humains plus violents qu’un type qui pisse le sang. Cacher les choses est, selon moi, d’une hypocrisie incroyable. Rire repousse la folie et les névroses ! Propos recueillis par François Pieretti artpEDITIC)NS Marion Montaigne a aussi publié Bizarrama culturologique chez arte Éditions. arta cREOTivE artimFUTURED Retrouvez l’intégralité de la série en ligne sur les deux sites d’ARTE. 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :