Arte Magazine n°2016-01 2 jan 2016
Arte Magazine n°2016-01 2 jan 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-01 de 2 jan 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : les attentats de Paris.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Janvier 4 lundi 20.50 Tu mourras moins bête Immunologie Accompagné de son cobaye Nathanaël, le professeur Moustache démystifie la science par la pratique. Une série d’animation « scientificotrash » à l’humour ravageur, avec la voix de François Morel. L’une des bandes dessinées les plus populaires de la blogosphère débarque sur ARTE ! En trente épisodes de trois minutes, le professeur Moustache vulgarise les grandes et petites énigmes scientifiques de l’humanité. Que se passerat-il si je saute d’un pont ? Le sabre laser peut-il être inventé ? Comment fonctionnent mes globules ? Le professeur, doublé par le génial François Morel, répond aux questions les plus farfelues et nous livre une leçon de science animée, trash et hilarante. Car comme le dit le générique, « Tu mourras moins bête, mais tu mourras quand même ! » Aujourd’hui  : Guitou le microbe se plaint d’être sans cesse refoulé du corps humain. Le professeur Moustache va devoir lui rappeler que dans le corps une armée de globules blancs, de leucocytes et autres macrophages n’attendent qu’une chose  : casser du microbe ! Lire aussi page 7 Série d’animation (France, 2015, 30x3mn), d’après le blog et la bande dessinée de Marion Montaigne (Éditions Delcourt) - Réalisation  : Amandine Fredon - Coproduction  : ARTE France, Ex Nihilo, Folimage rue des archives 20.55 CINÉMA Mort sur le Nil Au sein d’un casting de haut vol, Peter Ustinov se glisse avec délectation dans le costume impeccable d’Hercule Poirot pour une croisière mouvementée sur le Nil. Hôtel Old Cataract, Assouan. Des touristes fortunés, dont la riche héritière Linnet Ridgeway, en lune de miel avec son époux Simon Doyle, embarquent sur le vapeur de croisière Karnak pour descendre le Nil. Le voyage s’annonce radieux mais Jacqueline, l’ancienne fiancée de Simon, apparaît inopinément. Parmi les autres passagers  : le so British colonel Race, des services secrets de Sa Majesté et, bien sûr, Hercule Poirot, détective en vacances, mais toujours tiré à quatre épingles. En visite au temple de Karnak, Linnet Ridgeway manque de se faire écraser par un bloc de pierre. Le lendemain, on la trouve morte dans sa cabine. Le détective se voit forcé de reprendre du service. C’est en partie grâce à ce film, tourné deux ans après la mort d’Agatha Christie, que Mort sur le Nil, perle du policier classique, paru en 1937, reste l’un des romans les plus connus de la série des Hercule Poirot. Peter Ustinov endosse avec gourmandise le costume impeccable du limier belge, entouré d’un casting international de haute volée. Meilleurs costumes, Oscar et Bafta 1979 16 N°1 – semaine du 2 au 8 janvier 2016 – ARTE Magazine (Death on the Nile) Film de John Guillermin (Royaume-Uni, 1978, 2h15mn, VF/VOSTF) Scénario  : Anthony Shaffer, d’après le roman d’Agatha Christie - Avec  : Peter Ustinov (Hercule Poirot), Jane Birkin (Louise Bourget), Bette Davis (Mme Van Schuyler), Mia Farrow (Jacqueline de Bellefort), David Niven (le colonel Race), Simon MacCorkindale (Simon Doyle) - Image  : Jack Cardiff - Musique  : Nino Rota - Production  : EMI Films, Mersham Productions ARD/DegeTO
23.10 CINÉMA Meurtre au soleil Une célèbre actrice est assassinée sur une île paradisiaque en Méditerranée. Hercule Poirot (Peter Ustinov) reprend du service. Une affaire de fraude à l’assurance amène le détective Hercule Poirot sur une île paradisiaque de la côte albanaise  : il doit y surveiller Arlena Marshall (Diana Rigg, ex-Emma Peel), comédienne égocentrique soupçonnée d’avoir subtilisé un diamant. Celle-ci collectionne aussi les ennemis dans l’hôtel de luxe où elle est descendue  : un producteur qui la presse de reprendre un rôle (James Mason, impeccable), un biographe qu’elle n’a pas payé, une épouse jalouse (Jane Birkin), la propriétaire de l’hôtel (Maggie Smith), excédée par ses caprices… Aussi, quand Arlena est retrouvée étranglée sur une plage, les mobiles ne manquent pas. Plein d’esprit et rondement mené, ce huis clos insulaire brille autant par son humour british que par la richesse de son casting. (Evil under the sun) Film de Guy Hamilton (Royaume-Uni, 1981, 1h52mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Anthony Shaffer, d’après le roman d’Agatha Christie Les vacances d’Hercule Poirot - Avec  : Peter Ustinov (Hercule Poirot), Colin Blakely (Sir Horace Blatt), Jane Birkin (Christine Redfern), Nicholas Clay (Patrick Redfern), Maggie Smith (Daphne Castle), Diana Rigg (Arlena Marshall), Roddy McDowall (Rex Brewster), Sylvia Miles (Myra Gardener), Denis Quilley (Kenneth Marshall), Emily Hone (Linda Marshall) Image  : Christopher Challis - Musique originale  : Cole Porter Production  : EMI Films, en association avec Titan Productions, Mersham Productions Cycle Agatha Christie Le cinéma d’ARTE fête la grande dame du roman policier, disparue il y a quarante ans, le 12 janvier 1976. Mort sur le Nil lundi 4 janvier à 20.55 Meurtre au soleil lundi 4 janvier à 23.10 Le crime de l’Orient-Express lundi 11 janvier à 20.55 Le miroir se brisa lundi 11 janvier à 22.55 arteà CC)NEMA Jouez aux devinettes ! Trouvez et partagez les titres de films d’Agatha Christie cachés derrière les émoticônes. N°1 – semaine du 2 au 8 janvier 2016 – ARTE Magazine Cosmographe/HAP/Majade 1.05 La lucarne Ma chambre syrienne Réalisateur et peintre syrien, Hazem Alhamwi retrace son parcours jusqu’à la révolution et plonge au cœur du drame de son pays. Ancien étudiant des Beaux-Arts né en 1980, le réalisateur syrien Hazem Alhamwi se souvient de sa vie en Syrie, de son enfance à la révolution née du printemps arabe, en 2011. Dans un pays paralysé par l’oppression et le culte du chef, il a trouvé sa voie entre les quatre murs de sa chambre, dessinant comme un forcené pour traduire la peur et la douleur qui écrasaient voisins, amis, artistes et créateurs. Des dessins qu’en 2011 il commence à filmer pour les croiser avec les témoignages, parfois anonymes, de son entourage. Plusieurs de ses interlocuteurs, ayant déjà connu de longues années de prison, redoutent de nouvelles répressions. Avec ce documentaire poignant, Alhamwi propose une immersion au cœur du drame syrien, et revient sur les origines de la guerre, en analysant l’implacable régime de terreur mis en place par les Assad, père et fils. Documentaire de Hazem Alhamwi (Allemagne/France/Syrie, 2014, 1h10mn) - (R. du 3/2/2015) Janvier lundi 17 4



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :