Arte Magazine n°2015-51 12 déc 2015
Arte Magazine n°2015-51 12 déc 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-51 de 12 déc 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : les aventuriers de l'art moderne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
espenel La Europa de los escritores C I Md. Arno', Jsào -G Ela apte Euennhlii là Umar Wei Lui WEB Te decernentleerros il run 14. ARTE devient quadrilingue 8 N°51 – semaine du 12 au 18 décembre 2015 – arte Magazine, I  : yropa laa. « crime - LIVIetP:idàly kiduJuip. renido 11.11 crle I. 6.9 «. e « 1 «, melon « L 41 « u%.e. «.. Déjà très à l’aise en français et en allemand, ARTE maîtrise désormais deux autres langues. La chaîne propose sur le web une large programmation sous-titrée en anglais et en espagnol, s’inscrivant toujours plus dans une dynamique européenne. Depuis la mi-novembre, les internautes anglophones et hispanophones peuvent savourer certains des magazines phares d’ARTE dans leur langue maternelle  : Tracks, Metropolis, Le dessous des cartes, mais aussi BiTS, le webmagazine des cultures geek, et plusieurs documentaires font en effet partie de l’offre sous-titrée, désormais destinée à un public européen plus large. En ajoutant l’anglais et l’espagnol au français et à l’allemand, disponibles depuis son lancement en 1991, la chaîne rend accessible une partie importante de ses programmes à tous les Européens. Cette expérience de distribution multilingue, soutenue par la Commission européenne et inédite à cette échelle, permettra aussi de faire connaître la diversité de la création hors d’Europe puisque les sites arte.tv/en (pour l’anglais) et arte.tv/es (pour l’espagnol) seront accessibles dans le monde entier. Une belle vitrine pour les programmes d’ARTE, qui sont d’origine européenne à 85%. Cet engagement d’arte vient compléter d’autres initiatives, entre autres, la plate-forme web opéra Arte.tv (The opera platform) accessible en trois langues. En 2014, la chaîne s’était également associée au Parlement européen pour diffuser sur son site le film L’étrangère de Feo Aladag, lauréat du Prix Lux 2010. Le long métrage, disponible pendant quatre-vingtdix jours, avait été sous-titré dans les vingt-quatre langues officielles de l’Union européenne. Les programmes proposés en quatre langues refléteront la ligne éditoriale d’ARTE  : la créativité et la diversité de son offre, à travers ses magazines emblématiques, des captations de spectacles, des séries documentaires d’exception (L’Europe des écrivains, Les aventuriers de l’art moderne…), des documentaires liés à l’actualité internationale, issus, notamment, la programmation spéciale climat diffusée à l’occasion de la COP21 ; son sens de l’innovation, à travers les webproductions. Au total, onze à douze heures de nouveaux programmes quadrilingues seront mis en ligne chaque semaine. Nicolas Bole arte.tv/en et arte.tv/es Également accessible via arte+7
Ils sont sur ARTE Iggy Pop À 68 ans, il continue de s’afficher torse nu. Le rock, c’est sa seconde peau ; son corps, un outil que cet ancien batteur se plaît à maltraiter. Depuis ses débuts en 1967 avec le groupe The Psychedelic Stooges (futur The Stooges), l’enfant désœuvré du Michigan lui a tout fait subir. La drogue, l’alcool et son attitude provocante sur scène ont préfiguré la geste punk nihiliste à venir. En 1977, Iggy (surnom venant de l’iguane) est lessivé. À la sortie d’un séjour en hôpital psychiatrique, David Bowie l’encourage à relancer sa carrière en solo, avec l’album The idiot, ainsi baptisé d’après le roman de Dostoïevski. Les deux amis – sortes de doubles opposés – composent ensemble des chansons dont « China girl », la plus célèbre. Dernier fait d’armes de l’Iguane, sa participation à un film suédois de Bjorn Tagemose, actuellement en préparation, où, aux côtés d’autres rock et pop stars, il joue un ange punk, nommé Vicious, venu mettre la pagaille sur Terre... Iggy Pop aux Nuits de Fourvière à Lyon, samedi 12 décembre à 0.20 Momoko Seto Elle écrit des poèmes, filme des crevettes en plein libertinage, réalise des documentaires. Mais c’est avec une série de courts métrages écolo-futuristes, Planets, que Momoko Seto s’est fait remarquer. En 2008, cette artiste japonaise, formée aux Beaux-Arts de Marseille, présente le premier d’entre eux  : Planet A, un monde se muant en statues de sel sous l’effet de la disparition des mers. Dans le cadre du Jour le plus court, ARTE diffuse Planet ∑, son court métrage primé à la Berlinale 2015. Réalisé avec la technique du time lapse, le film dévoile un monde poétique et fascinant évoluant en accéléré, comme sous la loupe d’un microscope. Court-circuit n°775 – Le jour le plus court, vendredi 18 décembre à partir de 0.15 N°51 – semaine du 12 au 18 décembre 2015 – arte Magazine corbis Imago/StudioX Armin Mueller- Stahl Lorsque le public le découvre en ancien nazi dans le film Music box de Costa-Gavras, en 1989, il compte déjà une carrière aussi longue que sa vie s’est avérée tumultueuse. Fils d’un ancien combattant du front de l’Est, cet ex-violoniste a grandi dans le Berlin soviétique où il a joué dans les films d’espionnage produits par la Stasi, avant d’émigrer en Allemagne de l’Ouest puis aux États-Unis. Depuis la fin des années 1980, il y tourne avec les plus grands metteurs en scène, de Steven Soderbergh (Kafka) à David Cronenberg (Les promesses de l’ombre). Armin Mueller-Stahl sera à l’affiche du prochain film de Terrence Malick, Knight of cups, en salles le 25 novembre 2015., lundi 14 décembre à partir de 20.55 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :