Arte Magazine n°2015-51 12 déc 2015
Arte Magazine n°2015-51 12 déc 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-51 de 12 déc 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : les aventuriers de l'art moderne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
décembre 13 dimanche KEYSTONE-FRANCE 17.00 Personne ne bouge ! Spécial Romy sChneider Révérence affectueuse et irrévérencieuse à la reine francoallemande du cinéma, Romy Schneider. Story En 1969, Romy Schneider irradie de beauté dans La piscine de Jacques Deray. Retour sur ce film solaire avec Jean-Claude Carrière, son scénariste, et la journaliste Véronique Le Bris. Garde-robe Toujours dans La piscine, en seyant bikini noir, Romy Schneider forme avec Alain Delon l’un des duos les plus torrides de l’histoire du cinéma français. Scandale ! En 1975, l’image de Romy est lisse, trop lisse. Alors, quand elle l’écorche en jouant une comédienne réduite à tourner dans des films porno dans L’important c’est d’aimer d’Andrzej Zulawski, c’est le scandale ! Story Au début des années 1960, le réalisateur Henri-Georges Clouzot veut tourner L’enfer, un long métrage sur la folie, avec Romy Schneider. Le film ne se fera jamais. Star system Vous souhaitez devenir célèbre ou le rester ? Découvrez la méthode de la lauréate du Prix Romy-Schneider. Icône En 1955, à 16 ans, Romy entame la saga Sissi qui fera d’elle l’incarnation de la princesse pour des générations. Retour sur cette trilogie impériale. Perle rare Berlin, 1976. Michel Drucker part à la rencontre de Romy Schneider, alors en tournage en Allemagne, pour évoquer avec elle son pays d’origine. En partenariat avec e Revue culturelle de Philippe Collin, Xavier Mauduit et Frédéric Bonnaud (France, 2015, 35mn) – Coproduction  : ARTE France, Ex Nihilo 18.30 maestro DvoŘák à Prague Danses slaves Coup d’envoi alerte de la 120 e saison de l’Orchestre philharmonique tchèque, avec les Danses slaves du grand Dvořák. Sous la baguette de Jirí Belohlávek, qui a notamment dirigé le Londoner BBC Symphony Orchestra, l’Orchestre philharmonique tchèque a ouvert sa 120 e saison par un hommage à un compatriote, le grand compositeur Antonín Dvořák, avec la deuxième série des Danses slaves opus 72. Inspirées par les Danses hongroises de Brahms, celles-ci offrirent pour la première fois à Dvořák une reconnaissance internationale. En partenariat avec e Concert (République tchèque, 2015, 43mn) – Réalisation  : Adam Rezek 20.00 Karambolage Aujourd’hui  : la double identité ; les trappes à charbon de Paris à Berlin ; Wanda, princesse polonaise ; sans oublier la devinette. Magazine de Claire Doutriaux (2015, 12mn) 14 N°51 – semaine du 12 au 18 décembre 2015 – arte Magazine Petra Hajská 20.10 Vox pop Chaque semaine, Vox pop enquête sur la société européenne. L’enquête  : le fonds d’investissement américain Blackstone, créé par d’anciens banquiers de Lehman Brothers, s’est spécialisé dans le rachat de créances douteuses, aux États- Unis d’abord, puis en Grande- Bretagne, et désormais sur le continent européen. À Barcelone, ce fonds vautour a racheté aux banques locales en faillite les prêts immobiliers de milliers de propriétaires espagnols. L’interview  : Inés Arrimadas, députée au Parlement catalan de Ciudadanos, parti démocrate libéral en pleine ascension, créé en 2006. Le vox report  : Göteborg, deuxième ville suédoise, expérimente la semaine des 30 heures, afin de favoriser le mieux-être et de lutter contre le chômage. Sans oublier le tour d’Europe des correspondants. artPINF. Magazine présenté par John Paul Lepers (France, 2015, 26mn) Coproduction  : ARTE France, Magneto Presse paul blind 1 Gaumont
20.45 Cinéma Les malheurs d’Alfred Tout ce que tente Alfred se solde par un échec, jusqu’au jour où il rencontre l’amour. Un feu d’artifice burlesque et tendre des gaucheries de Pierre Richard, qui signe la mise en scène du film. La carrière d’architecte d’Alfred tourne au désastre. Tout ce qu’il construit s’écroule. Côté vie privée, c’est aussi le fiasco. Sa fiancée Pauline décide de rentrer dans les ordres. Un jour qu’il songe à en finir, il croise la belle Agathe, une ancienne speakerine, elle aussi au désespoir. Tous deux se jettent à l’eau, provoquant la panique générale. Après une franche engueulade, les deux jeunes gens finissent par se raconter leurs malheurs et tomber amoureux. Réconcilié avec l’existence, Alfred entame une tumultueuse carrière télévisée. gags en cascade Sur une idée de Roland Topor, Les malheurs d’Alfred est le deuxième film de Pierre Richard après Le distrait. Il se crée ici un rôle sur mesure d’homme poursuivi par la guigne, où il enchaîne comme à son habitude les maladresses et essuie de multiples avanies avec sa bonhomie coutumière. Exhibitionniste profitant de la pagaille générale, paysans regardant la télé sur leur brouette, avalanche de seaux d’eau et de chutes…  : les gags s’enchaînent sur un rythme alerte, transformant le film en feu d’artifice burlesque, tout en distillant la tendresse qui fait le charme de l’univers de Pierre Richard. Film de Pierre Richard (France, 1972, 1h38mn) – Scénario  : Roland Topor, André Ruellan, Pierre Richard, Yves Robert – Avec  : Pierre Richard (Alfred Dhumonttiey), Pierre Mondy (François Morel), Anny Duperey (Agathe Bodard), Jean Carmet (Paul), Paul Préboist (le paysan), Mario David (Kid Barrantin), Yves Robert (le spectateur) Image  : Jean Boffety – Musique  : Vladimir Cosma – Montage  : Ghislaine Desjonquères – Production  : Gaumont International, Les Productions de la Guéville, Madeleine Films Terry O’Neill 22.15 Frank Sinatra Le crooner à la voix de velours Retour sur la vie tumultueuse d’un acteur et chanteur américain mythique, avec ses zones d’ombre et de lumière. Fils d’immigrés italiens né près de New York, Frank Sinatra (dont on fête le centenaire de la naissance) s’essaie d’abord à la boxe. Au début des années 1950, sa carrière de chanteur connaît un creux  : son show TV fait un flop et le label qui l’a recruté le congédie. Mais il ne tardera pas à reprendre une ascension fulgurante. Le septième art veut du bien à Sinatra, puisqu’il obtient l’Oscar du meilleur second rôle pour Tant qu’il y aura des hommes de Fred Zinneman (1953). Le bruit court qu’il aurait pu interpréter Angelo Maggio, l’un des personnages principaux du film, grâce à ses contacts avec la mafia. Qu’importe, cela ne fait que l’auréoler d’une part de mystère. Il est le chéri de ces dames, mais ses trois mariages se concluent par des échecs. Frank Sinatra connaîtra le sort de nombre de célébrités ravagées par l’alcoolisme, le tabagisme, l’addiction au jeu et les dépressions à répétition. Il s’éteindra un jour de mai 1998, accédant définitivement au rang d’icône. hommage à Frank Sinatra Documentaire d’Annette Baumeister (Allemagne/États-Unis, 2015, 1h30mn) N°51 – semaine du 12 au 18 décembre 2015 – arte Magazine SWEn GOEBBELS 23.45 Au cœur de la nuit till brÖnner et jonathan jeremiah Las Vegas ! La métropole du jeu aux enseignes agressives sert de cadre à la rencontre entre deux fans de Sinatra. Depuis deux décennies, Till Brönner est un musicien de jazz fort prisé en Allemagne comme à l’étranger. Il a joué notamment avec Annie Lennox, Aimee Mannet le Brésilien Sergio Mendes. Il rencontre ici le crooner britannique Jonathan Jeremiah. Son premier album, A solitary man, a été bien accueilli, ainsi que son titre phare, « Happiness ». Les deux hommes partent à la découverte des sons de Las Vegas, entre orchestres pour mariages, ambiances de casinos et spectacles pour adultes. Ils sont aussi en quête de témoignages et de souvenirs d’un artiste qu’ils affectionnent tous les deux, Frank Sinatra... Documentaire de Hasko Baumann(Allemagne, 2015, 52mn) hommage à Frank Sinatra Frank Sinatra – Le crooner à la voix de velours dimanche 13 décembre à 22.15 Au cœur de la nuit – Till Brönner et Jonathan Jeremiah dimanche 13 décembre à 23.45 La blonde ou la rousse mercredi 23 décembre à 13.35 Frank Sinatra (1 & 2) – All or nothing at all mercredi 23 décembre à 20.55 décembre dimanche 15 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :