Arte Magazine n°2015-48 21 nov 2015
Arte Magazine n°2015-48 21 nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-48 de 21 nov 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : alerte climat.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
novembre 22 dimanche Getty images 12.30 Streetphilosophy Vivre pour la gloire Une nouvelle émission philosophique, sous forme de déambulation dans Berlin, en compagnie du jeune présentateur Jonas Bosslet. Jonas Bosslet se demande pourquoi autant d’individus se mettent aujourd’hui en scène sur les réseaux sociaux. Pourquoi est-il si important de récolter une myriade de likes ? Comment expliquer cette inextinguible soif de reconnaissance et de gloire ? Rencontres avec le catcheur Cash Money Erkan, l’écrivaine et philosophe Mirna Funk, le journaliste de mode CarlJakob Haupt, auteur du blog Dandy diary, et l’animateur de télévision Joko Winterscheidt. Magazine présenté par Jonas Bosslet (Allemagne, 2015, 26mn) – Réalisation  : Dominik Bretsch et Simon Hufeisen – Production  : Weltrecorder 17.00 Personne ne bouge ! Spécial Indiens Le reflet décalé des premiers habitants de l’Amérique dans le miroir de la culture de masse. Du «contre-western» des seventies aux confidences de Kevin Costner, habité par son film Danse avec les loups, en passant par les nombreux avatars du mocassin, le clip d’Iron Maiden sur la colonisation de l’Amérique, la figure de Pocahontas ou le petit scandale provoqué à Hollywood par un Marlon Brando en faveur de l’American Indian Movement, Personne ne bouge ! traque le reflet éclaté et décalé des premiers habitants du territoire dans le miroir de la culture de masse. En partenariat avec Revue culturelle de Philippe Collin, Xavier Mauduit et Frédéric Bonnaud (France, 2015, 35mn) Coproduction  : ARTE France, Ex Nihilo 14 N°48 – semaine du 21 au 27 novembre 2015 – ARTE Magazine Frank Henschke 17.35 Architecture et nature  : une union durable Un plaidoyer pour une nouvelle architecture écoresponsable, axée sur le développement durable, avec l’un de ses éminents représentants, l’Allemand Christoph Ingenhoven. La construction, le fonctionnement, l’entretien et la destruction de bâtiments produisent plus de 50% des émissions de CO 2 de la planète, responsables du réchauffement climatique. À eux seuls, Européens, Américains et Japonais produisent annuellement 900 millions de tonnes de gravats. Or, la majorité de ces anciens matériaux ne sont pas recyclables. La crise aidant, et les normes d’économie d’énergie devenant partout plus contraignantes, architectes et ingénieurs se doivent d’innover. Loin des bâtiments au design excentrique imaginés par les architectes stars, il convient désormais de construire en harmonie avec la nature. L’un des pionniers de l’architecture supergreen est l’Allemand Christoph Ingenhoven, qui a conçu dès 1995 une tour écologique. Digne héritier du Bauhaus, il plaide pour des matériaux biodégradables, la ventilation naturelle ou encore le recours à l’eau de pluie et à la géothermie. Ingenhoven établit un lien entre passé, à travers le savoir séculaire des paysans suisses construisant leur chalet, et avenir, avec les contributions d’étudiants en architecture français, allemands et autrichiens, appelés à ériger les cités de demain. Documentaire de Britta Nagel et Frank Henschke (Allemagne, 2015, 52mn) Mark Allan 18.30 MAestro 150 e anniversaire de Jean Sibelius  : «Symphonie n°1 en mi mineur op. 39»/Sir Simon Rattle dirige l’Orchestre philharmonique de Berlin au Barbican Centre de Londres. Parmi les nombreuses manifestations organisées dans le monde entier pour fêter le 150 e anniversaire du compositeur finlandais Jean Sibelius, né le 8 décembre 1865, l’une des plus mémorables restera sans doute la représentation, sur trois jours, de l’ensemble de ses sept symphonies au Barbican Hall de Londres. C’est l’Orchestre philharmonique de Berlin, dirigé par sir Simon Rattle, qui s’est lancé dans ce défi ambitieux. ARTE retransmet ici la Symphonie n°1 en mi mineur opus 39. En partenariat avec artem.0) NCERT 150 E ANNIVERSAire de J EAN sibelius Concert (Royaume-Uni, 2015, 43mn) – Réalisation  : Helen Mansfield – Production  : BBC 20.15 Vox pop Patrick Drahi, naissance d’un tycoon Chaque semaine, Vox pop enquête sur la société européenne. L’enquête  : Patrick Drahi, Israélien résidant en Suisse, achète partout dans le monde des compagnies de téléphone et des câbloopérateurs – dont SFR et Portugal Telecom. Survivra-t-il aux 50 milliards de dettes de sa société Altice ? L’interview  : Alain Weill, patron de RMC et BFM, et nouvel associé de Patrick Drahi. Le «vox report»  : le pouvoir macédonien reconstruit entièrement Skopje, sa capitale, pour lui donner un visage «antique» et controversé. Et le tour d’Europe des correspondants. Magazine présenté par John Paul Lepers (France, 2015, 26mn) – Coproduction  : ARTE France, Magneto Presse
tf1 international 20.45 CINÉMA La forêt d’émeraude Un ingénieur cherche désespérément son fils, enlevé par des Indiens, au cœur de la forêt amazonienne. Signée John Boorman (Délivrance), une fable écologique d’une beauté à couper le souffle. Ingénieur, Bill Markham supervise l’édification d’un immense barrage dans la forêt amazonienne. Au cours d’une promenade en famille, son fils Tommy, 7 ans, est enlevé par des Indiens, les «Invisibles». Le garçon est adopté par le chef de la tribu, qui l’initie aux coutumes et aux tâches quotidiennes de la communauté. Mais après des années de vaines recherches, Bill retrouve enfin la trace de son fils… Regard d’ethnologue Près de quinze ans après le succès de Délivrance, dans lequel il sapait le mythe de la nature bienveillante pour mieux dénoncer la guerre du Viêtnam, John Boorman inversait le rapport de force en nous plongeant au cœur d’une forêt majestueuse mais que l’homme peut aisément ravager. Apôtre du développement industriel, Bill Markham, interprété par l’impeccable Powers Boothe, ne prendra conscience du saccage en cours qu’au terme d’une quête initiatique semée d’embûches. Ce film d’aventures, inspiré de faits réels, véhicule une réflexion sur l’avenir de la civilisation d’autant plus saisissante qu’elle s’appuie sur un regard d’ethnologue  : avant de se lancer dans la réalisation de ce plaidoyer écologique, John Boorman a longuement exploré l’Amazonie pour observer les rites des dernières tribus indiennes et percer les mystères de la forêt, dont il est parvenu à capturer l’impérieuse beauté. En partenariat avec FIRE (The emerald forest) Film de John Boorman (Royaume-Uni, 1985, 1h48mn, VF/VOSTF) Scénario  : Rospo Pallenberg – Avec  : Powers Boothe (Bill Markham), Meg Foster (Jean Markham), Charley Boorman (Tommy), William Rodriguez (Tommy enfant), Dira Paes (Kachiri) Image  : Philippe Rousselot – Montage  : Ian Crafford Musique  : Brian Gascoigne, Junior Homrich Production  : Christel Films, Embassy Pictures (R. du 2/9/2013) N°48 – semaine du 21 au 27 novembre 2015 – ARTE Magazine Hebräische Universität Jerusalem 22.35 Albert Einstein, portrait d’un rebelle Il fut à la fois controversé et mythifié de son vivant. Soixante ans après sa mort, que sait-on d’Einstein, personnalité publique dont la vie privée recèle pourtant encore bien des zones d’ombre ? Peu après la Première Guerre mondiale, la théorie de la relativité d’Albert Einstein connaît un extraordinaire retentissement. Ses découvertes révolutionnaires ouvrent une nouvelle ère dans l’histoire des sciences. Le chercheur accède au statut de célébrité et en joue  : il se met en scène pour façonner son personnage de génie excentrique, individualiste et radical, puisant toute l’inspiration de sa vie dans son travail. Einstein ravit le monde entier par son humour, son charisme, ses traits d’esprit et son éthique humaniste. Pourtant, après sa mort, on découvre une autre image de cet homme, qui fut presque sanctifié de son vivant  : carriériste opportuniste, coureur de jupons passablement misogyne, époux et père indigne… Comment comprendre les deux faces opposées de cette personnalité ? Où s’arrête le mythe, et où commence la réalité ? En partenariat avec Documentaire de Sylvia Strasser et Wolfgang Würker (Allemagne, 2015, 1h30mn) Walter Films 0.10 Dans le ventre de l’orgue de Notre-Dame En compagnie d’Olivier Latry, organiste titulaire de Notre-Dame de Paris, un passionnant voyage au cœur de l’un des instruments les plus prestigieux au monde. Au cœur de la nuit, au centre exact de la capitale française, Olivier Latry, seul dans la cathédrale, joue courbé sur ses claviers. Organiste titulaire des grandes orgues Cavaillé-Coll – le nom de leur facteur –, il savoure le privilège de cet instrument, parmi les plus prestigieux au monde, qui l’oblige à répéter quand les autres dorment. «Tirasse», «cromorne», «récit», grand «positif»…  : Olivier Latry révèle les mystères des grandes orgues à travers sa musique, 17 mètres au-dessus de la nef. Une puissance magnifiée par l’ampleur et le silence de ce lieu désert. Jetant un pont entre le présent et ses grands prédécesseurs, de Louis Vierne à Pierre Cochereau, l’organiste explique aussi comment, glissant du sacré au profane, ils ont réussi à obtenir un statut de musiciens à part entière. Aux XIX e et XX e siècles, l’orgue de Notre-Dame a fasciné des compositeurs d’avant-garde, dont il interprète aujourd’hui les partitions. sorte. c NCERT Sur le web, retrouvez ce documentaire et un mini concert d’Olivier Latry à Notre-Dame de Paris Documentaire d’Isabelle Julien (France, 2015, 52mn) – Coproduction  : ARTE France, Walter Films novembre 22 dimanche 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :