Arte Magazine n°2015-47 14 nov 2015
Arte Magazine n°2015-47 14 nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-47 de 14 nov 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : occupied.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ina/zhao liang Behemoth – Le dragon noir Documentaire «Privilégier le regard du réalisateur» Du 15 au 20 novembre, ARTE propose une deuxième et foisonnante édition de son Festival du documentaire, programmé à l’antenne et au cinéma Les 3 Luxembourg, à Paris. Entretien avec Martine Saada, directrice de l’unité Société et Culture d’ARTE France. 6 N°47 – semaine du 14 au 20 novembre 2015 – ARTE Magazine thomas pirel
Yom, Ir ; 1., l'. lit."1 1'e. t"I. r" ; '.'L 1.,F"l':.. i 1.'1 ; ",", ; 1... ! ; , """.'rer"1"rivree...71:21"y !.Y.i.e.M.91.4 "V:-4.1.11r91:ley Après une première édition en 2013, ARTE organise un nouveau Festival du documentaire. Pourquoi ? Martine Saada  : La présidente d’ARTE France, Véronique Cayla, a souhaité dès son arrivée à la tête de la chaîne que le documentaire soit célébré en alternance avec la fiction dans un festival, exposant sur la chaîne et en salles le meilleur de nos productions. Pour sa deuxième édition, ce festival documentaire propose à l’antenne douze films. On privilégie les grands formats. Notre «label ARTE» intègre des films d’auteurs dont les durées ne sont jamais rigides  : ils peuvent faire 52 minutes ou trois heures. Tous échappent à la logique de case de la grille. Ils viennent en complément des autres films d’auteurs, très présents dans nos rendezvous réguliers  : «La lucarne», «Société» ou «Le documentaire culturel». On pourra aussi découvrir ces documentaires au cinéma... C’est une autre façon d’apprécier le genre documentaire. On pourra aussi voir d’autres films  : celui de Thierry Thomas et Chantal Thomas sur Roland Barthes, celui de David Teboul sur Christine Angot, Marie Darrieussecq et Jean-Christophe Bailly, dans le cadre de notre collection «L’Europe des écrivains», ou encore le documentaire de société d’Isabelle Boni-Claverie Trop noire pour être Française ? Mais au cinéma ou à l’antenne, il s’agit de la même volonté d’afficher une politique déterminée. Comment définiriez-vous le cadre global de votre programmation ? Revendiquez-vous une ligne éditoriale spécifique ? S’il fallait parler de ligne, elle serait à la fois cohérente et hétéroclite. Cohérente parce qu’elle offre au téléspectateur des regards personnels, des écritures singulières portées par des réalisateurs qui sont aussi les auteurs de leurs films et pour qui la forme compte autant que le sujet. Hétéroclite parce que, de fait, il n’existe pas de thématique commune. Chaque documentaire est spécifique. Notre attachement à des films singuliers s’illustre aussi dans notre politique d’achat  : on acquiert du cinéma documentaire pour, parfois, l’intégrer dans nos grilles. Chaque film invente donc son propre mode d’écriture ? Oui, car on a la chance à ARTE de pouvoir échapper aux formatages pour privilégier le contenu, le regard du réalisateur et son écriture cinématographique. La chaîne reste, il est vrai, une exception en Europe. C’est important qu’on puisse retrouver dans ce festival des réalisateurs consacrés – comme Rithy Panh, il y a deux ans, comme Stan Neumanncette année – et d’autres émergents. Pour moi, il est essentiel d’accompagner le travail de jeunes cinéastes comme la réalisatrice de Killing time, Lydie Wisshaupt-Claudel. Elle filme avec une grande puissance d’incarnation les hommes qui rentrent de la guerre avant d’y repartir  : un temps suspendu, un temps du rien, passé au café, dans sa famille, sans pouvoir retrouver ses marques. Quant à Stan Neumann, je savais depuis longtemps qu’il voulait adapter le roman de W. G. Sebald, Austerlitz. Il est, je crois, emblématique de la volonté d’ARTE d’accompagner une œuvre en train de se construire. Son précédent film, La langue ne ment pas, adapté de l’œuvre de Victor Klemperer, produit à l’époque par Thierry Garrel, est en écho avec Austerlitz. J’aime aussi beaucoup Les 18 fugitives  : un film d’animation palestinien décalé, qui traite du conflit avec humour. Des films ambitieux comme ceux-là, il n’y en a pas beaucoup. La création sans filet, avec la certitude d’avoir quelque chose de fort à dire, comme une nécessité absolue, cela reste rare. N°47 – semaine du 14 au 20 novembre 2015 – ARTE Magazine Sur arte.tv/festivalducinemadocumentaire, retrouvez tout le programme, des articles et des bonus vidéo. le Festival du documentaire Du 15 au 20 novembre, arte bouscule sa grille pour accueillir la deuxième édition de son Festival du documentaire  : le meilleur des coproductions de la chaîne, pour la plupart sorties en salles ou primées dans les grands festivals internationaux. Présenté par Rebecca Manzoni DIMANCHE 15 NOVEMBRE Les 18 fugitives à 22.55 LUNDI 16 NOVEMBRE Hitchcock/Truffaut à 20.55 L’effet domino à 0.10 MARDI 17 NOVEMBRE La Maison de la radio à 20.55 Austerlitz à 22.35 Bonne nuit papa – Ma famille au Cambodge à 0.05 MERCREDI 18 NOVEMBRE Killing time – Entre deux fronts à 22.25 Behemoth – Le dragon noir à 23.45 JEUDI 19 NOVEMBRE Les yeux du silence – (The look of silence) à 22.25 Indonésie 1965 – Permis de tuer à 0.10 VENDREDI 20 NOVEMBRE Sleeplessin New York à 22.25 Breathing Earth – Le rêve de Susumu Shingu à 0.00 fichier Illustrator CS3 du logotype PRINT Lire pages 9, 13-17, 19-20, 23 et 25 CMJN 00/80/100/00 En partenariat avec ton direct Pantone Matching System PMS 165 C PMS 165 U Du vendredi 13 au dimanche noir seul 15 novembre, au cinéma noir + soutien de bleu CMJN 60/00/00/100 Les 3 Luxembourg à Paris, les Actions culturelles d’ARTE proposent, dans le cadre du festival, une sélection de documentaires, accompagnée de débats et de rencontres./7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :