Arte Magazine n°2015-47 14 nov 2015
Arte Magazine n°2015-47 14 nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-47 de 14 nov 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : occupied.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
mardi 17 novembre JOURNÉE 5.00 M J. S. Bach  : les «Variations Goldberg» par Alexandre Tharaud 6.05 L E M Mystères d’archives 1940. Charlie Chaplin tourne «Le dictateur» Collection documentaire 6.35 M 7 Vox pop Les migrants, une chance pour l’Europe ? Magazine 7.05 L M Yourope Quand le jeu vidéo se frotte à la réalité Magazine 7.35 7 ARTE Journal junior Programme jeunesse 7.40 L M Les nouveaux paradis Le Mexique, un désert entre deux mers Série documentaire 8.25 L 7 Xenius Faut-il réinventer les pratiques agricoles ? Magazine 8.55 L M Quand Homo sapiens peupla la planète (3) Australie, un peuple aux confins du monde Série documentaire 9.50 L M Quand Homo sapiens peupla la planète (5) Amérique, l’ultime migration Série documentaire 10.45 L E M Mystères d’archives 1941. L’attaque de PearlHarbor ; 1940. Eva Braun filme Hitler Collection documentaire 11.40 L M Les nouveaux paradis Oman, l’Arabie heureuse Documentaire 12.25 L 7 R 360°-Géo Sibérie, les soldats du feu Reportage de Michael Höft (2010, 52mn) Baptême du feu aux côtés des pompiers parachutistes qui tentent de préserver la taïga. 13.20 7 ARTE Journal 13.35 L D E CINÉMA Le hussard sur le toit Hachette Première & Cie Library of Congress Film de Jean-Paul Rappeneau (1995, 2h10mn) Adaptées du roman de Giono, les aventures d’Angelo, fougueux hussard italien, et de la belle Pauline de Théus, à travers la Provence ravagée par le choléra. 15.35 L 7 M E R Conquérants Le crabe royal Série documentaire 16.20 L M M Voyage au centre de la mer Documentaire 17.20 L M Xenius Faut-il réinventer les pratiques agricoles ? Magazine 17.45 7 M E R Mystères d’archives 1927. La traversée de l’Atlantique de Lindbergh Collection documentaire de Serge Viallet (2009, 10x26mn) Juin 1927. Quand Charles Lindbergh traverse l’Atlantique, la machine médiatique s’emballe, même s’il n’est pas le premier à réaliser cet exploit. 18.15 L M La Corée du Sud, le pays aux multiples miracles Les îles Jeju et Wando Série documentaire SOIRÉE 19.00 L 7 E Ma vie avec 16 dindons sauvages Documentaire de David Allen (2011, 43mn) L’expérience hors du commun menée par Joe Hutto, naturaliste et écrivain américain, qui a élevé, dans l’isolement total, seize bébés dindons sauvages. 19.45 7 ARTE Journal 20.05 7 28 minutes Magazine 20.50 E 7 Silex and the city Juracirque Park Série d’animation 20.55 M 7 La Maison de la radio Documentaire 22.35 L 7 E Austerlitz Documentaire 0.05 L 7 Bonne nuit papa Ma famille au Cambodge Documentaire 1.50 L M VF/V0STF Gomorra (8-10) Élections ; Erreur de jeunesse ; Règlement de conte Série 4.10 L M Yourope Quand le jeu vidéo se frotte à la réalité Magazine 16 N°47 – semaine du 14 au 20 novembre 2015 – ARTE Magazine David Allen 2010 Les Films d'Ici 20.55 La Maison de la radio Par Nicolas Philibert, une plongée sensible au cœur de la célèbre Maison ronde, à l’écoute de ceux qui l’aiment et l’animent. Comment rendre visible une matière, le son, qui par définition ne l’est pas ? Pendant six mois, Nicolas Philibert (Être et avoir, Retour en Normandie) s’est immergé dans la Maison ronde pour un film en forme de tour de cadran – celle des horloges digitales rouges, discrètes et omniprésentes, des studios. Des petits matins survoltés aux silences feutrés des nuits bleues, il a filmé, avec une curiosité bienveillante et sans voix off, les visages révélés et les corps qui s’animent, s’agitent et se dérobent aussi parfois, derrière les micros familiers de nos postes. Une chorégraphie de figures et de métiers pour une ruche bouillonnante, maison-monde à l’écoute de celui du dehors. Battements de cœur Cette radioscopie douce des stations Inter, Culture, Info, Musique, France Bleu et consœurs suit les battements de cœur d’une maison hantée par les voix. Dans cette intimité étrangement publique, Frédéric Lodéon disparaît derrière ses piles de sonates  : une écrivaine invitée attend, novice étonnée, suspendue au verbe prolixe d’Alain Veinstein, tandis que les emballements poétiques d’un amateur d’orages enchantent le chasseur de sons Hervé Pochon. Choral et mélodique, ce voyage est traversé de jolies fulgurances, sans chercher à démontrer. Tant mieux, au fond, si au terme de/la réjouissante balade demeure le mystère des ondes. Étoile d'or, Académie de la presse du cinéma français 2014 Lire aussi pages 6-7 le Festival du documentaire fichier Illustrator CS3 du logotype PRINT CMJN 00/80/100/00 En partenariat avec ton direct Pantone Matching System PMS 165 C PMS 165 U noir seul Documentaire de Nicolas Philibert (France, 2012, 1h39mn) noir + soutien de bleu CMJN 60/00/00/100 Coproduction  : ARTE France, ARTE France Cinéma, Les Films d’Ici, Longride Inc. les films d'ici
22.35 Austerlitz D’une beauté sidérante, l’adaptation par Stan Neumannd’Austerlitz, le chef-d’œuvre de W. G. Sebald, recomposition délicate de débris de mémoire à travers l’Europe, dans l’ombre de l’Holocauste. Sur la couverture, un petit page blanc et blond au regard exigeant, photo troublante comme échappée d’un vieil album oublié. «On achète un livre, sans trop savoir pourquoi [...]. Un jour, on finit par l’ouvrir, presque distraitement, et on se retrouve face à ce qu’on a de plus secret en soimême. C’est ce qui m’est arrivé avec Austerlitz de W. G. Sebald...» Fasciné par l’ultime chef-d’œuvre du romancier allemand disparu en 2001, Stan Neumannse glisse entre ses pages, sur les traces de son énigmatique héros, Jacques Austerlitz, historien d’art obsédé par l’architecture monumentale du XIX e siècle, en même temps que photographe amateur et collectionneur compulsif d’images. Cette quête labyrinthique et érudite le conduit en chemin de fer à travers l’Europe, entre fragments de réel et fiction, facéties de l’auteur et infinie mélancolie. Mémoire perdue De la gare d’Anvers aux thermes fantomatiques de Marienbad, de Londres à Paris en passant par Prague et jusqu’au ghetto de Terezín, les étapes, comme autant de pièces fragiles d’un puzzle, filmées dans l’intimité du livre, sondent les mystères des lieux  : «Il arrive souvent que nos projets les plus grandioses révèlent le degré de nos inquiétudes.» Et annoncent les désastres à venir... Au fil du voyage, dans l’ombre du réalisateur-lecteur qui décèle au passage, dans le récit de Sebald, des emprunts à Proust, Walter Benjamin ou Kafka, Jacques Austerlitz, incarné face caméra par un Denis Lavant habité, explore une zone aveugle de sa mémoire, plongée vertigineuse dans les ténèbres de son enfance occultée. Une histoire hantée par l’Holocauste, qui renvoie Stan Neumann, d’origine tchèque et fils de résistant déporté, à la sienne  : «L’idée me vient, complètement absurde, que ce livre n’a été écrit que pour moi», confesse-t-il en voix off. D’une/beauté sidérante, son film revisite le roman pour en restituer et en réinventer avec subtilité le charme envoûtant, imprégnant et infusant notre mémoire. Lire aussi pages 6-7 et 9 le Festival du documentaire fichier Illustrator CS3 du logotype PRINT CMJN 00/80/100/00 En partenariat avec r ! ton direct Pantone Matching System PMS 165 C PMS 165 U noir seul Documentaire de Stan Neumann(France, 2013, 1h30mn) - Avec  : noir + soutien de bleu CMJN 60/00/00/100 Denis Lavant et Roxane Duran - Coproduction  : ARTE France, Les Films d’Ici N°47 – semaine du 14 au 20 novembre 2015 – ARTE Magazine 0.05 Bonne nuit papa Ma famille au Cambodge Du Cambodge à l’Allemagne, Marina Kem enquête sur son père, que son exil enrda, à la fin des années 1960, a sauvé du génocide perpétré par les Khmers rouges. Une poignante quête identitaire. À la fin des années 1960, Ottara Kem quitte le Cambodge après avoir obtenu une bourse d’études en RDA. Il échappe ainsi au génocide que vont perpétrer les Khmers rouges quelques années plus tard. Il se marie avec une Allemande dont il aura trois filles. Puis, le couple divorce et un fossé se creuse entre le père et ses enfants. Des années plus tard, Marina, l’aînée, l’entraîne au Cambodge alors qu’il est atteint d’un cancer incurable. L’expérience de l’exil C’est à la fois en quête de ses origines cambodgiennes et de son père aujourd’hui décédé, et auparavant solitaire et peu loquace, que la documentariste Marina Kem va se lancer. Un parcours difficile et poignant qui va exhumer l’histoire, violente, du Cambodge. La famille Kem compte de nombreux fonctionnaires, déclarés ennemis du régime khmer rouge et «rééduqués» dans des camps. Ceux qui ont survécu témoignent avec émotion dans le film. À travers des images d’actualité, des entretiens et de riches archives familiales, la jeune femme parvient à reconstituer la biographie mélancolique d’un homme coupé de sa famille et contraint de faire sa vie en Allemagne, alors qu’il devait au départ revenir au pays auréolé de ses suc-/cès universitaires. Un film d’une émouvante beauté sur la relation père-fille et l’expérience de l’exil. Lire aussi pages 6-7 le Festival du documentaire fichier Illustrator CS3 du logotype PRINT Marina Kem/SterNTAucher En partenariat avec CMJN 00/80/100/00 ton direct Pantone Matching System PMS 165 C PMS 165 U - m noir seul Documentaire de Marina Kem (Allemagne, 2014, noir + soutien de bleu CMJN 60/00/00/100 1h39mn) - Coproduction  : ARTE/NDR, Sterntaucher Filmproduktion novembre mardi 17 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :